Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français


Spiritualité des images

 

Figure féminine aux fleurs, 1948


Lucio Fontana

 

1899-1968


Rétrospective

 

 

musée d'Art moderne de la Ville de Paris

jusqu’au 24 août 2014

 

Gilles Castelnau

 

1er juin 2014

Cette « Figure féminine aux fleurs » se tient très droite, hiératique, dans une contemplation calme, le visage un peu levé vers le ciel. Elle présente son bouquet comme une offrande religieuse. Sa robe bleue est bien étrange et semble l’enraciner dans l’univers minéral du monde ou peut-être, à cause de sa couleur bleue, la faire participer au flux puissant d’un torrent dévalant une montagne.

Toute sa vie, Lucio Fontana a été obsédé par le sentiment religieux. Il l’a évidemment d’abord compris dans le catholicisme conservateur de l’Argentine et de l’Italie de ses parents. Mais toutes ses œuvres révèlent qu’il en brisait le cadre ecclésiastique et doctrinal. Il vivait une sorte de panthéisme et était sensible à la présence immanente de l’au-delà. Ce monde du sacré baignait tellement dans sa pensée la réalité humaine qu’il n’a cessé de s’efforcer à en manifester la présence.

Christ en croix, 1950-1955

 

Ce crucifix dépasse largement les représentations des églises baroques. Il est animé d’une étonnante vie propre. Le personnage du Christ et le bois de la croix se confondent en une même vie transfigurée qui participe peut-être à une exubérante nature tropicale ou une nuée céleste.

Les moyens humains de la technique artistique ne permettaient évidemment pas de représenter la spiritualité cosmique dont fantasme Fontana, la lumière céleste et l’obscure présence des multiples réalités invisibles qui entourent certainement la vie humaine et l’imprègnent.

Celui-ci ne se décourage pas. Il fonde, avec d’autres, le « mouvement spatialiste » qui s’efforce de dégager la toile de ses deux dimensions pour suggérer l’illusion d’une troisième dimension imaginaire.

 

La lune à Venise, 1961

 

Ces morceaux de céramique de couleur font jouer et pénétrer la lumière sur la toile ainsi que l’épaisse peinture noire que Soulage pratiquait lui si bien.

 

La Fin de Dieu et de la Trinité. 1963-1966

Fontana aura aussi l’idée de rayer, de trouer et de couper ses toiles pour faire prendre conscience du monde invisible que l’on imagine au-delà de ces trous.

 

Concept spatial. La fin de Dieu, 1963

 

Il réalise ainsi trente-huit de ces « Fins de Dieu ». Il ne comprenait évidemment rien au fameux dogme de la Trinité mais la forme d’œuf de ces réalisations suggère peut-être l’origine de toute vie et sa capacité de se reproduire indéfiniment.

On peut se demander quel sens Fontana donnait à cette expression de « la fin de Dieu ». Il est peu probable qu’il ait eu connaissance de la théologie protestante libérale qui, à la même époque, notamment aux Etats-Unis, réfléchissait à « la mort de Dieu », signifiant ainsi le refus d’un Être céleste dominateur intervenant souverainement dans l’histoire des hommes. Il disait d’ailleurs – les commissaires de l’exposition (Choghakate Kazarian et Sébastien Gokalp) le citent sur le mur :
« La fin de Dieu pour moi signifie l’infini, l’inconcevable, la fin de la figuration, le début de rien »

 

Un design spatialiste ? 1964-1967

Dans la ligne de sa figuration de la présence de l’au-delà, après la période des toiles trouvées, Lucio Fontana produit un très grand nombre de ces « petits théâtres » :
« Ce sont les formes des habitants des autres mondes ».

 

Concept spatial. Petit théâtre, 1965

 

Je ne peux m’empêcher de reproduire cette gravure du 17e siècle qui me semble correspondre tout à fait à la curiosité et à la recherche spirituelle de Lucio Fontana sur la découverte de l’au-delà.

 

astonome

 

 

 

Retour vers spiritualité des images
Vos commentaires et réactions

 

haut de la page

 

trospective  

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.