Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français


Spiritualité des images

 

 

Portrait de Marie-Gabrielle Capet, vers 1780-1781


« Le Trait en liberté »

dessins de François-André Vincent

 

1746-1816

 

musée de Paris Cognacq-Jay

jusqu’au 29 juin 2014

 

Gilles Castelnau

 

31 mai 2014

François-André Vincent était un homme heureux. Ses dessins sont charmants. Il nous baignent d’une ambiance souriante, apaisante.

Le musée Fabre de Montpellier vient de terminer une grande exposition de ses tableau sous le titre « Un peintre protestant entre Fragonard et David » dont voici mon compte-rendu.

Les caricatures qu’il faisait de ses amis sont nombreuses parmi les dessins exposés.

 

Portrait-charge du sculpteur Moitte, 1772 ou 1773


Comme l’écrivent les conservateurs :

« La déformation des traits ne vise jamais à la moquerie gratuite ou à la critique féroce, mais plutôt à saisir de façon détournée un trait de caractère bien propre au modèle. Il s’agit en général de proches du peintre, avec lesquels il partageait pour la plupart des liens tout à fait cordiaux. »

 

Figure d’homme debout en costume du XVIIe siècle appuyé sur une épée, vers 1790-1792

 

Sa représentation dérisoire d'un homme d'épée est une caricature enjouée de l'attitude si prétentieuse des nobles de son époque.

 

On se souvient qu’André était protestant : il a manifestement retenu de son instruction religieuse le message positif du salut dans l’arche de Noé de toutes les bêtes de la création qui n’était guère courant dans ce 18e siècle tellement déchristianisé.

 

Noé entre dans l’arche, 1774

 

Et, comme à Montpellier, il est clair qu’il aimait les femmes !

 

Portrait de Madame Bergeret, 1790

 

Retour vers spiritualité des images
Vos commentaires et réactions

 

haut de la page

 

vril  

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.