Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français


Spiritualité des images

 



Portrait de femme

avec un enfant qui se regarde dans un miroir

 

François de Troy

1704

 

Musée du Louvre
tableau du mois
aile Richelieu, 2e étage, salle 18

jusqu’au 1er avril 2013

 

Gilles Castelnau

 

12 mars 2013

Qui est cette dame ? L’inscription sur le mur de la salle, traditionnelle pour les « tableaux du mois » et qu'a faite, cette fois-ci le commissaire Dominique Brême ( 1 ) indique que l’on peut voir sur la traverse supérieure du châssis l'inscription « Mme de Parabert ». On connaît Marie-Madeleine de Parabère, de petite noblesse et d’une grande beauté, qui fut la maîtresse de Philippe d’Orléans, le futur régent de France. Mais elle est née en 1693 et à la date du tableau, elle n’aurait eu que 11 ans, cela ne peut donc pas être elle !

Une copie de ce portrait, qui se trouve dans une collection particulière, porte une autre mention : « Mme Gaiot peinte par M. de Trois, 1709 ». Mais il y avait à cette époque tellement de dames portant ce nom qu’on ne peut savoir de laquelle il s’agit.

Dans le coin du tableau un enfant, de dos se contemple dans un miroir que la dame semble indiquer du doigt, tout en regardant ailleurs. Dominique Brême écrit qu’il porte le collier de cuir des esclaves de ce temps. Au dessus du miroir, la tête d’un petit chien apparaît. Le geste de la dame est ambigu. Est-ce le miroir qu’elle désigne ?

Elle est très élégante, sa chevelure est édifiée de façon compliquée, ses magnifiques vêtements sont dans un savant désordre. Son décolleté charmeur et le geste de sa main qui le protège, mais va peut-être l’ouvrir, est certainement aguichant.

 

A quoi pense cette belle dame avec son regard un peu de biais et son sourire interrogateur ? Voilà justement une bonne question. Que pouvait-on penser en 1704, à la Cour, dans les châteaux et les hôtels particuliers de Paris ?

- Peut-être à ces peuples étranges que l’on colonisait au-delà des mers et d’où l’on faisait venir de gentils enfants comme celui-ci, en même temps que des perroquets multicolores et d’autres bêtes exotiques ?

- Peut-être à la guerre de succession d’Espagne dont les si mauvaises nouvelles tourmentaient tellement le Roi Louis XIV : la Savoie vient de changer de camp, le Portugal s’est allié à nos ennemis anglais, le terrible duc anglais de Marlborough (« Malbrough s’en va-t-en guerre » !) a fait mouvement des Pays-Bas pour aider les Autrichiens nous battre en Souabe avec les Bavarois, les Anglais ont repris Gibraltar et la Catalogne a acclamé « Charles III ». Nous sommes refoulés des Pays-Bas, d’Italie du Nord et la guerre se trouve ramenée aux frontières du royaume !
Le mari ou les amants de la dame sont peut-être à la guerre ?

- Et puis la guerre des Cévennes contre les Huguenots, les Camisards comme on les appelait. Le maréchal de Villars et tous ses régiments ont fini par faire capituler l'un des chefs, le jeune Cavalier, mais les troubles n'en finissent pas, et les atrocités : meurtres de prêtres, pasteurs brûlés vifs ou roués, femmes mises en prison, enfants arrachés à leur mère, honnêtes gens envoyés aux galères, et tous ces réfugiés qui s’échappent vers la Suisse, l’Allemagne, la Hollande, l’Angleterre, dont il ne faut pas parler devant le Roi, mais dont on connaît bien certains.

- Les catholiques aussi souffrent.
Bossuet, sans qu’on sache pourquoi, a fait condamner ces gens pourtant si pieux qui entouraient Mme Guyon et l’abbé Fénelon.
On veut obliger les gentilles religieuses jansénistes de Port-Royal à signer des condamnations tout à fait injustes.
Le pape interdit aux fidèles jésuites de continuer à convertir les Chinois car ils disaient qu’ils étaient déjà chrétiens sans le savoir...

Cette belle dame pensait-elle à tout cela pendant que François de Troy peignait son portrait ? Et celui-ci en ajoutant les symboles énigmatiques de l’esclave noir, du miroir et de la tête de chien, entendait-il suggérer quelque chose ?

Les visiteurs de ce « tableau du mois », pourront se le demander !

 

_______________________

 

( 1 ) Directeur du Musée de l’Ile-de-France à Sceaux et commissaire de l’exposition qui y a lieu en ce moment « 1704 – Le Salon, les Art et le Roi »

 

 

Retour vers spiritualité des images
Vos commentaires et réactions

 

haut de la page

 

vril  

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.