Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

Spiritualité des images

 

Un « Christ » abominable

 

Gilles Castelnau

 


Église de la Madeleine à Paris. photo Gérard Chevalier

 

2 octobre 2005
Au fronton de l'église de la Madeleine à Paris
, lorsqu'on lève les yeux, on est saisi par cet imposant personnage. Il est placé très haut. Il est très grand. Et son étrange coiffure accentue les traits figés de son visage.

On comprend qu'il représente le Christ. Mais à sa droite et à sa gauche il est entouré par deux grands anges aux ailes puissantes et dont les traits sans expression montrent que l'heure n'est pas à la détente ! D'autant plus que l'un d'eux brandit une épée et menace les malheureux qui cherchent à lui échapper. Il y a bien la jolie Madeleine, assise à ses pieds, qui pourrait mettre une note de tendresse dans un tableau si dur, mais elle apparaît peu et aucun des personnages ne lui prête attention.

C'est sous le roi Louis-Philippe que cette terrible sculpture fut imaginée. Comment a-t-on pu pervertir à ce point l'image du Sauveur ? Loin de s'entourer de mauvais anges gardes du corps, de dominer et de repousser les hommes, Jésus-Christ, bien au contraire est apparu comme notre défenseur. Il est celui qui nous protège et nous défend lorsque nous sommes accusés, menacés, exclus.

Les Pharisiens tenants de la morale stricte, Pilate gardien de l'ordre public à l'ombre des croix n'ont pas supporté la tendresse de Dieu qu'il nous révélait, la paix qu'il nous rendait le courage qu'il nous communiquait. Ils l'ont condamné, ils ont voulu l'éliminer car ainsi se conduisent les puissances aliénantes. Et sous Louis-Philippe on on a même réussi à le représenter sous les traits d'un juge terrifiant.

Lorsque nous passerons rue Royale, nous aurons un regard de défi pour cette sinistre scène représentée au sommet des grandes colonnes de la Madeleine et nous nous réconforterons en pensant au vrai Jésus-Christ qui se dresse contre toute cette méchanceté au nom du Dieu sauveur !

 

photo Gérard Chevalier

 

Retour vers spiritualité des images
Vos commentaires et réactions

 

haut de la page

 

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.