Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

Spiritualité des images

Pâques

Jésus est ressuscité !

 

Le Christ apparaît à Madeleine
« Noli me tangere »
Bronzino, 1561

Louvre

 

 

10 avril 2006
Les visiteurs de la grande galerie du Louvre
s'arrêtent, surpris, devant ce tableau 
: les maniéristes ne peignent pas le monde tel qu'on peut le voir, ni même tel qu'il pourrait être, mais le transfigurer. Ainsi le Bronzino n'a pas représenté le Christ dans sa dignité et sa majesté habituelles. Ce tableau ne nous rend pas témoins d'une scène concrète mais nous fait entrer dans le domaine étrange et surnaturel de Pâques, sensible seulement au rêve et à la foi. Monde de la danse, de la paix, des fleurs, des bijoux, de la beauté des vêtements. Raffinement, grâce, élégance.
Le spectateur se détourne, déstabilisé et mécontent ou, au contraire, s'arrête et fasciné entre dans la méditation ainsi proposée. C'est bien cela, la question de Pâques !

Le Christ et Madeleine ondulent sans poids et sans volume en un étrange ballet. Leurs membres, leurs doigts sont écartés sans but, dans des gestes de danseurs. Madeleine est émerveillée. La troisième femme ne regarde personne mais joint les mains en signe de recueillement. La rencontre du jardin semble sur le point de se terminer : le Bronzino nous situe devant cette vérité importante de la foi, le Christ est vivant mais on ne peut l'atteindre, il est devenu objet de foi.

On ne peut plus le voir, l'important est de le « croire », de le voir avec les yeux de la foi. Les étranges postures de ces femmes le montrent bien.

Madeleine, à moitié à genoux, à moitié debout, semble en extase. L'étrange mouvement de son corps exprime vie, renouveau, surprise. Elle danse, les yeux aux ciel, ses vêtements flottent, comme aussi ses beaux cheveux bouclés. Son visage n'exprime aucun sentiment, elle vit un moment de paix. .Elle ne « voit » plus Jésus, elle le « croît » déjà.

Le Ressuscité est léger, fluide.
Son vêtement le découvre ; il est presque nu, offert dirait-on, dans une pose paisible, gracieuse. Son corps est musclé, plein et puissant, son visage apaisé, reposé, intériorisé ; sa petite barbe fine, ses cheveux ont quelque mèches légères, bouclées ; ils sont doux et bien coiffés. Il porte une auréole légère, à peine luisante. Tout son personnage respire la légèreté. Ses doigts sont ouverts, flottants ; il tient à peine l'interminable manche de la pelle traditionnelle qui ne semble évidemment pas destinée à servir vraiment.

Son visage ne regarde ni Madeleine ni le spectateur ; chacun est laissé à ses réflexions.

Le calvaire se découpe sur le ciel ; les croix sont désormais vides, les soldats ont disparu ; la scène de la crucifixion paraît s'éloigner. D'ailleurs le corps de Jésus ne porte plus les traces de la passion, de la flagellation, du coup de lance ; à peine celle d'un clou sur l'un de ses pieds et son visage n'exprime plus ni le souvenir de la souffrance ni le triomphe d'un vainqueur. Il n'est plus « Jésus », il est déjà le « Christ ».

.

 

Allons-nous nous détourner du manque de majesté souveraine de ce Christ ressuscité ? Reprocherons-nous à  Madeleine et aux femmes leur manque de tenue religieuse ? Réprouverons-nous un manque de sérieux dans la représentation du Vainqueur de la mort ?

Ne devons-nous pas plutôt nous réjouir et pénétrer nous-mêmes dans cette ambiance légère et apaisante de bienveillance et de joie ?

Peut-être y a-t-il aussi dans cette oeuvre un peu de la joie païenne de la Renaissance. Celle-ci est-elle d'ailleurs incompatible avec le sourire de l'Évangile ?

 

Voir aussi plusieurs textes

Jésus-Christ, mort et ressuscité

 

Retour vers spiritualité des images
Vos commentaires et réactions

 

haut de la page

 

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.