Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

A.C.T.U.E.L.

 

 

Transcription de Roger Parmentier

Banlieue de Paris - 1981

 

Texte biblique

Traduction Segond 1910

 

Chapitre 12

 

La Communauté et son Enfant
Le monstre appelé « le Cerveau »
attaque en vain et reçoit
une terrible blessure

Une autre vision apocalyptique m'est alors confiée pour avertir et réconforter les frères.
Je vois comme dans le ciel la Communauté millénaire des militants, revêtue de lumière au lieu des vêtements ordinaires que nous lui connaissons. Elle se prépare à donner le jour à un enfant, et c'est à la fois une joie et une douleur d'enfantement.

A l'autre extrémité apparaît le « Cerveau opérationnel subversif », monstrueux, rougeoyant d'un feu d'enfer, dirigé par sept chefs et disposant de dix sortes d'engins de mort. Il parvenait même à capter d'énormes aérolithes et à en bombarder la terre.

Et le Cerveau se tenait prêt au combat, face à la Communauté qui allait mettre au monde un enfant, pour pouvoir l'anéantir aussitôt. En effet, au moment le plus surprenant, la Communauté donne le jour à l'enfant appelé à conduire, coûte que coûte, l'humanité et le cosmos vers le bonheur. Presque aussitôt l'enfant est emporté au loin en sûreté. Et la Communauté s'échappe aussi pour une terrible traversée du désert, où elle ne sera pas abandonnée, mais nourrie et protégée pendant le temps convenu. Dès lors une guerre éclair se déclare dans le ciel. Michel et ses compagnons attaquent le Cerveau. Mais celui-ci et ses hommes de main ripostent et sont finalement vaincus. Les voici chassés du ciel.

Alors le Cerveau gravement blessé s'effondre sur la terre. Il y avait si longtemps que ce Cancer des consciences, l'Accusateur, le Venimeux, le Destructeur, ravageait l'Oecumène, la terre des hommes. Aussitôt, j'entends dans le ciel des voix éclatantes et joyeuses proclamer :
- « Maintenant le bonheur est arrivé et la grande réalisation de l'inspirateur et la bonté immense de son Issa ! Car il a perdu la toute-puissance le Cerveau subversif, le Calomniateur de nos frères, celui qui les accusait jour et nuit d'agir par intérêt. Les frères l'ont vaincu par la souffrance d'Issa, par la Parole faible à laquelle rien ne peut résister. Nos frères n'ont pas aimé leur vie au point d'avoir peur de la mort. C'est pourquoi réjouissez- vous tous jusqu'aux galaxies, et vous aussi dont le séjour sur terre est précaire ! »

- « Malheur pourtant quelque temps encore à la terre et aux mers... Car le Cerveau s'est effondré au milieu de vous, plein de rage, sachant que son temps de survie est compté ! »

Quand le Cerveau opérationnel se rend compte qu'il est blessé à mort, il tente de capturer par ruse la Communauté. Mais celle-ci est mise hors d'atteinte, comme par un oiseau qui l'aurait emportée sur ses aIles. Le Cerveau ne se tient pas pour battu ; il entreprend une dernière action d'envergure, très habile ; pourtant une force imprévue la fait échouer. Noir de fureur, il se retourne contre les derniers combattants de la Communauté, ceux qui vivent du grand projet de l'inspirateur et qui prolongent l'action-parole d'Issa. Le Cerveau, malgré ses plaies, reste prêt à frapper et demeure aux aguets sur le seuil.

 

 

Chapitre 12

 

1 Un grand signe parut dans le ciel: une femme enveloppée du soleil, la lune sous ses pieds, et une couronne de douze étoiles sur sa tête.
2 Elle était enceinte, et elle criait, étant en travail et dans les douleurs de l'enfantement.

3 Un autre signe parut encore dans le ciel; et voici, c'était un grand dragon rouge, ayant sept têtes et dix cornes, et sur ses têtes sept diadèmes.
4 Sa queue entraînait le tiers des étoiles du ciel, et les jetait sur la terre.

Le dragon se tint devant la femme qui allait enfanter, afin de dévorer son enfant, lorsqu'elle aurait enfanté.
5 Elle enfanta un fils, qui doit paître toutes les nations avec une verge de fer. Et son enfant fut enlevé vers Dieu et vers son trône.
6 Et la femme s'enfuit dans le désert, où elle avait un lieu préparé par Dieu, afin qu'elle y fût nourrie pendant mille deux cent soixante jours.
7 Et il y eut guerre dans le ciel. Michel et ses anges combattirent contre le dragon. Et le dragon et ses anges combattirent,
8 mais ils ne furent pas les plus forts, et leur place ne fut plus trouvée dans le ciel.

9 Et il fut précipité, le grand dragon, le serpent ancien, appelé le diable et Satan, celui qui séduit toute la terre, il fut précipité sur la terre, et ses anges furent précipités avec lui.
10 Et j'entendis dans le ciel une voix forte qui disait: Maintenant le salut est arrivé, et la puissance, et le règne de notre Dieu, et l'autorité de son Christ; car il a été précipité, l'accusateur de nos frères, celui qui les accusait devant notre Dieu jour et nuit.
11 Ils l'ont vaincu à cause du sang de l'agneau et à cause de la parole de leur témoignage, et ils n'ont pas aimé leur vie jusqu'à craindre la mort.
12 C'est pourquoi réjouissez-vous, cieux, et vous qui habitez dans les cieux.

Malheur à la terre et à la mer! car le diable est descendu vers vous, animé d'une grande colère, sachant qu'il a peu de temps.

13 Quand le dragon vit qu'il avait été précipité sur la terre, il poursuivit la femme qui avait enfanté l'enfant mâle.
14 Et les deux ailes du grand aigle furent données à la femme, afin qu'elle s'envolât au désert, vers son lieu, où elle est nourrie un temps, des temps, et la moitié d'un temps, loin de la face du serpent.
15 Et, de sa bouche, le serpent lança de l'eau comme un fleuve derrière la femme, afin de l'entraîner par le fleuve.
16 Et la terre secourut la femme, et la terre ouvrit sa bouche et engloutit le fleuve que le dragon avait lancé de sa bouche.
17 Et le dragon fut irrité contre la femme, et il s'en alla faire la guerre aux restes de sa postérité, à ceux qui gardent les commandements de Dieu et qui ont le témoignage de Jésus.
18 Et il se tint sur le sable de la mer.

Chapitre 13

La pieuvre nommée 1'« Organisation »

 

Aussitôt je vois surgir de l'Histoire et de l'inconscient collectif un monstre, semblable à une pieuvre gigantesque, surnommée 1'« Organisation ». Comme le « Cerveau » elle est dirigée par sept présidents commissaires, disposant de dix instruments de domination ultramodernes. Elle est parée de tous les prestiges scientifiques et philosophiques. Elle est constituée d'éléments arrachés à plusieurs puissances multicontinentales. De plus, ô horreur, le Cerveau, bien que gravement atteint, lui fait don de ses pouvoirs, de ses plans et de son autorité politico-mystique. L'un des présidents commissaires se donne alors l'apparence d'un cadavre, puis se montre aux foules, bien vivant. Aussitôt c'est l'enthousiasme, le plus religieux délire ! Tous se mettent à vénérer le « Cerveau » qui semblait avoir donné un tel pouvoir à 1'« Organisation », et à vénérer 1'« Organisation » , en disant : « qui pourrait lui être comparé ? qui pourrait espérer la vaincre ? »

Il lui est donné pour agir un temps limité, mais important. Elle commence par chercher à ridiculiser l'inspirateur dans l'esprit d'un grand nombre. Puis, sans attendre, elle entreprend la répression systématique contre les militants d'Issa et les écrase. Son quadrillage informatisé s'étend sur tous les continents, sur toutes les lectures, les conversations, les pensées. La soumission et la satisfaction sont générales chez ceux dont le nom ne figure pas sur le registre du grand projet d'Issa.

[Si l'un d'entre vous a des oreilles et du discernement qu'il s'en serve ! Emprisonnements et exécutions ne vont pas manquer. C'est ici que se manifeste la ténacité de la foi des militants.]

Au même moment je vois surgir pareIllement un autre monstre, habilement camouflé en entreprise inoffensive ; seule sa voix, identique à celle du « Cerveau », la trahit.

Ce second monstre agit pour le compte du premier. Officiellement, c'est le Service d'information, donc l'Appareil de propagande et d'Intimidation psychologique. C'est lui qui organise l'enthousiasme « spontané » pour les présidents commissaires, en particulier la crédulité au miracle de la « résurrection » de l'un d'eux. Elle invente de merveilleux miracles mystiques et scientifiques. Les plus séduisants utilisent les phénomènes extra-terrestres, réalisés sous le contrôle de 1' « Organisation ».

Elle recommande à tous le portrait fétiche du président commissaire « ressuscité ». Sa représentation officielle avait d'ailleurs un prestige incroyable. Le refus d'adoration permettait l'identification des militants et l'application de la solution finale. Elle exige le port de l'insigne de l'Organisation de tous les habitants, riches ou pauvres, appartenant à tous les niveaux de la hiérarchie sociale. Sans cet insigne tatoué sur le front et la main et marqué dans l'esprit, impossible d'acheter ou de vendre, de toucher un salaire ou d'avoir un compte bancaire. L'insigne de l'Organisation est codé. Soyez intelligents pour en comprendre le chiffre. Il n'a rien de divin.
C'est six cent soixante-six.

 

 

 

 

Chapitre 13

1 Puis je vis monter de la mer une bête qui avait dix cornes et sept têtes, et sur ses cornes dix diadèmes, et sur ses têtes des noms de blasphème.
2 La bête que je vis était semblable à un léopard; ses pieds étaient comme ceux d'un ours, et sa gueule comme une gueule de lion. Le dragon lui donna sa puissance, et son trône, et une grande autorité.
3 Et je vis l'une de ses têtes comme blessée à mort; mais sa blessure mortelle fut guérie. Et toute la terre était dans l'admiration derrière la bête.
4 Et ils adorèrent le dragon, parce qu'il avait donné l'autorité à la bête; ils adorèrent la bête, en disant: Qui est semblable à la bête, et qui peut combattre contre elle?

5 Et il lui fut donné une bouche qui proférait des paroles arrogantes et des blasphèmes; et il lui fut donné le pouvoir d'agir pendant quarante-deux mois.
6 Et elle ouvrit sa bouche pour proférer des blasphèmes contre Dieu, pour blasphémer son nom, et son tabernacle, et ceux qui habitent dans le ciel.
7 Et il lui fut donné de faire la guerre aux saints, et de les vaincre. Et il lui fut donné autorité sur toute tribu, tout peuple, toute langue, et toute nation.
8 Et tous les habitants de la terre l'adoreront, ceux dont le nom n'a pas été écrit dès la fondation du monde dans le livre de vie de l'agneau qui a été immolé.

9 Si quelqu'un a des oreilles, qu'il entende!
10 Si quelqu'un mène en captivité, il ira en captivité; si quelqu'un tue par l'épée, il faut qu'il soit tué par l'épée. C'est ici la persévérance et la foi des saints.

11 Puis je vis monter de la terre une autre bête, qui avait deux cornes semblables à celles d'un agneau, et qui parlait comme un dragon.

12 Elle exerçait toute l'autorité de la première bête en sa présence, et elle faisait que la terre et ses habitants adoraient la première bête, dont la blessure mortelle avait été guérie.
13 Elle opérait de grands prodiges, même jusqu'à faire descendre du feu du ciel sur la terre, à la vue des hommes.
14 Et elle séduisait les habitants de la terre par les prodiges qu'il lui était donné d'opérer en présence de la bête, disant aux habitants de la terre de faire une image à la bête qui avait la blessure de l'épée et qui vivait.

15 Et il lui fut donné d'animer l'image de la bête, afin que l'image de la bête parlât, et qu'elle fît que tous ceux qui n'adoreraient pas l'image de la bête fussent tués.
16 Et elle fit que tous, petits et grands, riches et pauvres, libres et esclaves, reçussent une marque sur leur main droite ou sur leur front,
17 et que personne ne pût acheter ni vendre, sans avoir la marque, le nom de la bête ou le nombre de son nom.
18 C'est ici la sagesse. Que celui qui a de l'intelligence calcule le nombre de la bête. Car c'est un nombre d'homme, et son nombre est six cent soixante-six.

 

 

Chapitre 14

L'allégresse des militants d'Issa et la venue de l'Homme

 

Je regarde à nouveau et cette fois je vois Issa, debout sur sa montagne, et avec lui les cent quarante-quatre mille qui portent son signe et celui de l'inspirateur sur leurs fronts. Une merveilleuse symphonie éclate, jouée par des orchestres à cordes. Et tous les participants improvisent un chant joyeux en présence d'Issa, des créatures de rêve et des vingt-quatre militants. Personne d'autre n'aurait pu composer ce chant ou l'apprendre que les cent quarante-quatre mille pour qui le prix de la libération avait été payé. Ils sont purs de toute compromission avec tout ce qui désagrège réellement l'être. Ils accompagnent Issa partout. Pour l'inspirateur et pour Issa, Ils sont les premiers fruits de la grande récolte. Ils n'ont pas pactisé avec le mensonge : ils sont devenus comme Issa l'espérait.

Peu après, je vois un autre messager traverser l'espace, riche de l'heureuse proclamation à confier aux accablés de la terre, de toute condition, de tout milieu, de tout parti, de toute culture. Il annonçait de tout son coeur :
- « C'est le moment ! soyez tournés vers l'inspirateur et reconnaissez-le ! car l'heure du grand règlement de comptes est venue. Donnez votre amour à celui qui fait surgir les sources de la vie, de la pensée et des mondes. »

Un second messager le suit de près, criant :
- « Elle est tombée la Capitale de l'exploitation, de l'impérialisme et du crime, elle qui avait intoxiqué la terre entière de ses alcools et de ses drogues ! »

Un troisième arrive presque en même temps :
- « Si quelqu'un se donne à l'Organisation et accepte son idéologie et ses signes sur lui et en lui, Il va voir où mène ce genre d'ivresse : il aura voulu son tourment qui lui semblera interminable. Jour et nuit, il va mesurer ce qu'il en coûte de s'abandonner ainsi. »

C'est ici qu'est révélée la qualité de la foi et de la ténacité des militants qui ne se sont pas écartés de la Parole d'Issa, de ses encouragements.

Et une voix proclame :
- « Enregistre, frère Jean : Heureux ceux qui s'enfoncent dans la mort en solidarité avec Issa, et en plein accord avec lui. Oui, dit l'Esprit. Ils rajeunissent après tant de peines, et leurs entreprises les perpétuent. »

Dès lors j'aperçois comme dans le ciel celui qu'avait annoncé Issa : l'Homme accompli, dominant les brouillards, continuant à porter la plus émouvante couronne et tenant la faucille d'or dans le champ des étoIles. Et on lui dit :
- « Lance, nous t'en prions, ta faucille sur la terre et moissonne, car le blé est mûr. Et c'est alors que la terre entière est moissonnée. »

Puis il lance un couteau aux vendangeurs ; aussitôt les grappes sont vendangées, jetées dans la cuve, intégralement pressées et la place rendue nette. Le grand tri est achevé.

 

 

Chapitre 14

 

1 Je regardai, et voici, l'agneau se tenait sur la montagne de Sion, et avec lui cent quarante-quatre mille personnes, qui avaient son nom et le nom de son Père écrits sur leurs fronts.
2 Et j'entendis du ciel une voix, comme un bruit de grosses eaux, comme le bruit d'un grand tonnerre; et la voix que j'entendis était comme celle de joueurs de harpes jouant de leurs harpes.
3 Et ils chantent un cantique nouveau devant le trône, et devant les quatre êtres vivants et les vieillards. Et personne ne pouvait apprendre le cantique, si ce n'est les cent quarante-quatre mille, qui avaient été rachetés de la terre.
4 Ce sont ceux qui ne se sont pas souillés avec des femmes, car ils sont vierges; ils suivent l'agneau partout où il va. Ils ont été rachetés d'entre les hommes, comme des prémices pour Dieu et pour l'agneau;
5 et dans leur bouche il ne s'est point trouvé de mensonge, car ils sont irrépréhensibles.

6 Je vis un autre ange qui volait par le milieu du ciel, ayant un Evangile éternel, pour l'annoncer aux habitants de la terre, à toute nation, à toute tribu, à toute langue, et à tout peuple.
7 Il disait d'une voix forte: Craignez Dieu, et donnez-lui gloire, car l'heure de son jugement est venue; et adorez celui qui a fait le ciel, et la terre, et la mer, et les sources d'eaux.

8 Et un autre, un second ange suivit, en disant: Elle est tombée, elle est tombée, Babylone la grande, qui a abreuvé toutes les nations du vin de la fureur de son impudicité!

9 Et un autre, un troisième ange les suivit, en disant d'une voix forte: Si quelqu'un adore la bête et son image, et reçoit une marque sur son front ou sur sa main,
10 il boira, lui aussi, du vin de la fureur de Dieu, versé sans mélange dans la coupe de sa colère, et il sera tourmenté dans le feu et le soufre, devant les saints anges et devant l'agneau.
11 Et la fumée de leur tourment monte aux siècles des siècles; et ils n'ont de repos ni jour ni nuit, ceux qui adorent la bête et son image, et quiconque reçoit la marque de son nom.

12 C'est ici la persévérance des saints, qui gardent les commandements de Dieu et la foi de Jésus.

13 Et j'entendis du ciel une voix qui disait: Ecris: Heureux dès à présent les morts qui meurent dans le Seigneur! Oui, dit l'Esprit, afin qu'ils se reposent de leurs travaux, car leurs �uvres les suivent.

14 Je regardai, et voici, il y avait une nuée blanche, et sur la nuée était assis quelqu'un qui ressemblait à un fils d'homme, ayant sur sa tête une couronne d'or, et dans sa main une faucille tranchante.
15 Et un autre ange sortit du temple, criant d'une voix forte à celui qui était assis sur la nuée: Lance ta faucille, et moissonne; car l'heure de moissonner est venue, car la moisson de la terre est mûre.
16 Et celui qui était assis sur la nuée jeta sa faucille sur la terre. Et la terre fut moissonnée.

17 Et un autre ange sortit du temple qui est dans le ciel, ayant, lui aussi, une faucille tranchante.
18 Et un autre ange, qui avait autorité sur le feu, sortit de l'autel, et s'adressa d'une voix forte à celui qui avait la faucille tranchante, disant: Lance ta faucille tranchante, et vendange les grappes de la vigne de la terre; car les raisins de la terre sont mûrs.
19 Et l'ange jeta sa faucille sur la terre. Et il vendangea la vigne de la terre, et jeta la vendange dans la grande cuve de la colère de Dieu.
20 Et la cuve fut foulée hors de la ville; et du sang sortit de la cuve, jusqu'aux mors des chevaux, sur une étendue de mille six cents stades.

 

 

 

Chapitre 15

Ouverture de la demeure d'Issa

 

Et je vois comme dans le ciel un tableau vivant, schéma animé et saisissant : sept messagers tenant sept châtiments avertisseurs où s'accomplissent les derniers appels à l'humanité.

Je vois d'abord une sorte d'immense coupole de verre incandescent, et, la dominant, l'étonnant cortège de ceux qui résistent victorieusement à l'Organisation et à son Appareil de propagande et d'intimidation, et à leur nom chiffré ! Ces victorieux sont debout et chantent paisiblement, accompagnés de la même symphonie. Ils chantent le choral du premier libérateur, quand le peuple échappa aux tyrans obsédés par leur mort. Ils chantent aussi les chorals d'Issa-le-Libérateur. Ils proclament :
- « Tes entreprises sont merveilleuses, ô inspirateur, serviteur suprême, toi qui accomplis des réalisations grandioses par des moyens faibles ! Qui ne t'aimerait ? Qui ne se dévouerait à ton grand projet ? Il n'y a que toi pour espérer ainsi contre toute espérance ! Et nous savons bien le dernier mot : toutes les nations s'approcheront de toi pour vivre, car ta façon de juger est unique ! »

Je découvre alors la Haute demeure, grande ouverte. Les sept messagers en sortent, en tenue d'apparat, portant les sept châtiments avertisseurs. Tout le monde est impressionné, par la proximité de l'inspirateur.

 

 

Chapitre 15

 

1 Puis je vis dans le ciel un autre signe, grand et admirable: sept anges, qui tenaient sept fléaux, les derniers, car par eux s'accomplit la colère de Dieu.

2 Et je vis comme une mer de verre, mêlée de feu, et ceux qui avaient vaincu la bête, et son image, et le nombre de son nom, debout sur la mer de verre, ayant des harpes de Dieu.
3 Et ils chantent le cantique de Moïse, le serviteur de Dieu, et le cantique de l'agneau, en disant: Tes �uvres sont grandes et admirables, Seigneur Dieu tout-puissant! Tes voies sont justes et véritables, roi des nations!
4 Qui ne craindrait, Seigneur, et ne glorifierait ton nom? Car seul tu es saint. Et toutes les nations viendront, et se prosterneront devant toi, parce que tes jugements ont été manifestés.
5 Après cela, je regardai, et le temple du tabernacle du témoignage fut ouvert dans le ciel.
6 Et les sept anges qui tenaient les sept fléaux sortirent du temple, revêtus d'un lin pur, éclatant, et ayant des ceintures d'or autour de la poitrine.
7 Et l'un des quatre êtres vivants donna aux sept anges sept coupes d'or, pleines de la colère du Dieu qui vit aux siècles des siècles.

8 Et le temple fut rempli de fumée, à cause de la gloire de Dieu et de sa puissance; et personne ne pouvait entrer dans le temple, jusqu'à ce que les sept fléaux des sept anges fussent accomplis.

 

Chapitre 16

Les sept châtiments avertisseurs

 

Aussitôt une voix ordonne aux sept messagers :
- « Vous pouvez maintenant répandre sur la terre les sept châtiments avertisseurs. »

Et le premier provoque en effet une sorte de cancer chez les partisans de l'Organisation.
Un deuxième porte à son comble la pollution des mers, provoquant des dégâts considérables.
Un troisième intensifie au maximum la pollution des eaux courantes, et les agresseurs des prophètes sont obligés à leur tour de boire des eaux amères et fétides.
Le quatrième fait disparaître l'ionosphère qui nous protège des ardeurs solaires. Tout devient torride, mais les partisans de l'Organisation ne révisent pas leurs néfastes orientations. Le
Le cinquième plonge dans la nuit l'état-major de l'Organisation. Les souffrances qui en découlent ne modifient pas les mentalités. Trop tard pour faire marche arrière !
Le sixième suscite l'exode vers le champ de bataille final où il faudra bien qu'il y ait des vaincus...

En attendant Issa vous déclare encore :
- « Je viens bientôt, sans avertir ! Ne comprenez-vous pas mon espoir ? Heureux ceux qui sont sur leurs gardes et se sont vraiment préparés à m'accueillir !

Le septième enfin atteint le paroxysme au moment où une voix déclare :
- « Cette fois, nous y sommes ! La planète Terre entre en transes, la Capitale éclate en trois tronçons ; elle qui se croyait à l'abri, et se voulait arrogante au fond de son bunker, explose littéralement. Elle rencontre son maître. »

Les autres villes s'effondrent. Les îles, petites et grandes, s'engloutissent, les montagnes disparaissent, et le reste du monde est soumis au bombardement.

 

 

Chapitre 16

 

1 Et j'entendis une voix forte qui venait du temple, et qui disait aux sept anges: Allez, et versez sur la terre les sept coupes de la colère de Dieu.
2 Le premier alla, et il versa sa coupe sur la terre. Et un ulcère malin et douloureux frappa les hommes qui avaient la marque de la bête et qui adoraient son image.
3 Le second versa sa coupe dans la mer. Et elle devint du sang, comme celui d'un mort; et tout être vivant mourut, tout ce qui était dans la mer.
4 Le troisième versa sa coupe dans les fleuves et dans les sources d'eaux. Et ils devinrent du sang.
5 Et j'entendis l'ange des eaux qui disait: Tu es juste, toi qui es, et qui étais; tu es saint, parce que tu as exercé ce jugement.
6 Car ils ont versé le sang des saints et des prophètes, et tu leur as donné du sang à boire: ils en sont dignes.
7 Et j'entendis l'autel qui disait: Oui, Seigneur Dieu tout-puissant, tes jugements sont véritables et justes.
8 Le quatrième versa sa coupe sur le soleil. Et il lui fut donné de brûler les hommes par le feu;
9 et les hommes furent brûlés par une grande chaleur, et ils blasphémèrent le nom du Dieu qui a l'autorité sur ces fléaux, et ils ne se repentirent pas pour lui donner gloire.
10 Le cinquième versa sa coupe sur le trône de la bête. Et son royaume fut couvert de ténèbres; et les hommes se mordaient la langue de douleur,
11 et ils blasphémèrent le Dieu du ciel, à cause de leurs douleurs et de leurs ulcères, et ils ne se repentirent pas de leurs �uvres.
12 Le sixième versa sa coupe sur le grand fleuve, l'Euphrate. Et son eau tarit, afin que le chemin des rois venant de l'Orient fût préparé.
13 Et je vis sortir de la bouche du dragon, et de la bouche de la bête, et de la bouche du faux prophète, trois esprits impurs, semblables à des grenouilles.
14 Car ce sont des esprits de démons, qui font des prodiges, et qui vont vers les rois de toute la terre, afin de les rassembler pour le combat du grand jour du Dieu tout-puissant.

15 Voici, je viens comme un voleur. Heureux celui qui veille, et qui garde ses vêtements, afin qu'il ne marche pas nu et qu'on ne voie pas sa honte!
16 Ils les rassemblèrent dans le lieu appelé en hébreu Harmaguédon.
17 Le septième versa sa coupe dans l'air. Et il sortit du temple, du trône, une voix forte qui disait: C'en est fait!
18 Et il y eut des éclairs, des voix, des tonnerres, et un grand tremblement de terre, tel qu'il n'y avait jamais eu depuis que l'homme est sur la terre, un aussi grand tremblement.

19 Et la grande ville fut divisée en trois parties, et les villes des nations tombèrent, et Dieu, se souvint de Babylone la grande, pour lui donner la coupe du vin de son ardente colère.
20 Et toutes les îles s'enfuirent, et les montagnes ne furent pas retrouvées.
21 Et une grosse grêle, dont les grêlons pesaient un talent, tomba du ciel sur les hommes; et les hommes blasphémèrent Dieu, à cause du fléau de la grêle, parce que ce fléau était très grand.

 

Chapitre 17

Fin terrible de la « Capitale »

Moi, Jean, je suis alors interpellé par l'un des sept messagers aux châtiments avertisseurs :
- « Viens voir la punition de la Capitale pourrie, de la Métropolis de l'impérialisme ! C'est avec elle qu'ont trafiqué toutes les puissances politico-économiques, et ses sortilèges ont vicié et aliéné tous les hommes. »

Dès cet instant, Il me présente une sorte d'effrayant dessin animé : Un désert. Une femme trônant sur un monstre pourpre, dont les hurlements n'expriment que mépris pour Issa et ses militants. Elle domine des flots humains. Comme précédemment, ce monstre a sept têtes et dispose de dix moyens de tuer. Vêtue avec vulgarité et prétention, couverte de bijoux, elle ressemble à une call-girl qui aurait gagné de fabuleuses fortunes. Elle tient dans ses mains une corbeille d'or, reproduction de la corbeille de la Bourse. Et sur son front un nom se devine, sorte de secret dévoilé : La Capitale des Capitales, mère de tous les trafics et des accouplements immoraux. Elle est saoule, ivre du sang des militants, des porte-parole d'Issa. En la voyant, je reste confondu
- « Pourquoi es-tu confondu ? me dit le messager. Je vais t'expliquer qui est cette femme et le monstre qui la porte »

- « Le monstre que tu as vu a existé, mais il n'est plus. Il doit monter de l'abîme et aller à la perdition. Et les habitants de la terre, dont le nom n'est pas écrit depuis toujours sur le livre d'Issa, s'enthousiasmeront de la voir être et ne pas être, et reparaître.

« C'est ici qu'il faut avoir le vrai discernement. Les sept têtes sont les sept collines sur lesquelles la femme est assise, ou, si tu préfères, sur lesquelles cette Capitale est construite. Comprends-tu ? On pourrait dire aussi que ce sont sept puissances impérialistes. Cinq sont tombées, une existe actuellement, l'autre n'est pas encore établie, mais quand elle le sera, sa domination ne durera guère. Et le monstre qui a existé et qui n'est plus représente une huitième puissance, comprise pourtant dans les sept, car elle court à sa perte.

« Les dix moyens de tuer sont des puissances subalternes qui n'auront qu'une heure de célébrité, due à leur fusion avec le monstre. Leur projet est analogue, et ils ne feront qu'augmenter son potentiel. Ensemble ils combattront Issa, mais celui-ci en viendra à bout. N'est-il pas le but suprême des coeurs et des esprits ? Ses militants prendront leur part de ses luttes et de ses victoires.

« Mais le monstre et ses affidés entreront en concurrence avec la femme. Ils la pousseront à la faillite, la couvriront de ridicule, puis la dévoreront. Ce renversement de domination a été planifié. Il durera jusqu'à la grande réalisation.

« Tu as compris que la femme c'est la Capitale des Capitales, la puissance qui avait pris le contrôle de toutes les autres puissances. »

 

 

Chapitre 17

1 Puis un des sept anges qui tenaient les sept coupes vint, et il m'adressa la parole, en disant: Viens, je te montrerai le jugement de la grande prostituée qui est assise sur les grandes eaux.
2 C'est avec elle que les rois de la terre se sont livrés à l'impudicité, et c'est du vin de son impudicité que les habitants de la terre se sont enivrés.
3 Il me transporta en esprit dans un désert. Et je vis une femme assise sur une bête écarlate, pleine de noms de blasphème, ayant sept têtes et dix cornes.
4 Cette femme était vêtue de pourpre et d'écarlate, et parée d'or, de pierres précieuses et de perles. Elle tenait dans sa main une coupe d'or, remplie d'abominations et des impuretés de sa prostitution.
5 Sur son front était écrit un nom, un mystère: Babylone la grande, la mère des impudiques et des abominations de la terre.

6 Et je vis cette femme ivre du sang des saints et du sang des témoins de Jésus. Et, en la voyant, je fus saisi d'un grand étonnement.
7 Et l'ange me dit: Pourquoi t'étonnes-tu? Je te dirai le mystère de la femme et de la bête qui la porte, qui a les sept têtes et les dix cornes.
8 La bête que tu as vue était, et elle n'est plus. Elle doit monter de l'abîme, et aller à la perdition. Et les habitants de la terre, ceux dont le nom n'a pas été écrit dès la fondation du monde dans le livre de vie, s'étonneront en voyant la bête, parce qu'elle était, et qu'elle n'est plus, et qu'elle reparaîtra.
9 C'est ici l'intelligence qui a de la sagesse. Les sept têtes sont sept montagnes, sur lesquelles la femme est assise.

10 Ce sont aussi sept rois: cinq sont tombés, un existe, l'autre n'est pas encore venu, et quand il sera venu, il doit rester peu de temps.
11 Et la bête qui était, et qui n'est plus, est elle-même un huitième roi, et elle est du nombre des sept, et elle va à la perdition.
12 Les dix cornes que tu as vues sont dix rois, qui n'ont pas encore reçu de royaume, mais qui reçoivent autorité comme rois pendant une heure avec la bête.
13 Ils ont un même dessein, et ils donnent leur puissance et leur autorité à la bête.
14 Ils combattront contre l'agneau, et l'agneau les vaincra, parce qu'il est le Seigneur des seigneurs et le Roi des rois, et les appelés, les élus et les fidèles qui sont avec lui les vaincront aussi.
15 Et il me dit: Les eaux que tu as vues, sur lesquelles la prostituée est assise, ce sont des peuples, des foules, des nations, et des langues.
16 Les dix cornes que tu as vues et la bête haïront la prostituée, la dépouilleront et la mettront à nu, mangeront ses chairs, et la consumeront par le feu.
17 Car Dieu a mis dans leurs c�urs d'exécuter son dessein et d'exécuter un même dessein, et de donner leur royauté à la bête, jusqu'à ce que les paroles de Dieu soient accomplies.
18 Et la femme que tu as vue, c'est la grande ville qui a la royauté sur les rois de la terre.

 

Chapitre 18

Consternation des complices de la « Capitale »

La nouvelle fait le tour de l'univers comme un éclair. Et une grande voix s'écrie :
- « Elle est tombée, elle est tombée, la Capitale gigantesque. Ses ruines sont des repaires de déments et de chiens enragés. Elle ne l'avait pas volé ! Elle était mère des trafics les plus odieux, des accouplements de sociétés multinationales, achetant les têtes couronnées comme les notabilités distinguées. »

Et une autre voix recommande :
- « Sors du milieu d'elle, mon peuple, pour n'avoir aucune "participation" à ses exploitations et à ses crimes. Car ses abominations se sont agglutinées jusqu'au ciel, et il a bien fallu qu'elle soit châtiée. Ses victimes la jugeront et lui feront tout payer. Elle qui étalait un luxe insolent et prétendait quotidiennement que son Jour de gloire était arrivé, elle qui écrasait les peuples sous son trône impérial, la voici maintenant affrontée à la famine, aux hécatombes, à l'anéantissement. Car on ne s'oppose pas impunément à celui qui veut le bonheur des hommes. »

En même temps tous les complices de ses trafics sont consternés et terrorisés. Ils sentent passer le vent du boulet et même davantage. Et les exploiteurs se lamentent, s'efforçant d'échapper à la récession, à la mévente, à l'inflation. Mais la crise est là, tant redoutée. Les exploiteurs crient :
- « Malheur, malheur ! Dans quel état la Capitale du Capital, la bénéficiaire de l'impérialisme ! En une heure la Crise-Jugement est sur toi !  »

Et les trusts et les sociétés commerciales pleurent et sont dans le deuil à cause de son krach. Car personne ne peut plus acheter leurs fabuleuses marchandises, leurs magasins, leurs réserves et leurs stocks, regorgeant d'or ouvragé, d'argent, de rivières de diamants, de rangs de perles, de tissus somptueux, de robes des grands couturiers, aux teintes rarissimes et extravagantes, de bois de senteurs venus du bout du monde, de toute espèce d'objets d'ivoire, de sculptures anciennes volées dans les églises et les châteaux, de pièces d'orfèvrerie, de collections de tableaux, d'émaux, de parfums, de produits de beauté, de fourrures, de gibier rare, de crustacés, de nourritures exotiques ou recherchées, d'alcools, d'écuries de course, de yachts, de voitures, d'avions, mais aussi de corps et d'âmes d'hommes, à vendre comme le reste, tous ceux qui sont contraints de perdre leur vie à la gagner durement...

Maintenant ton avidité fondamentale, l'attrait forcené de la société de consommation, a trouvé sa fin. Tous ces biens délicats et magnifiques, tu ne les retrouveras plus. Les industriels et les gros commerçants qui ont construit des fortunes et des empires grâce à toi garderont distance, de crainte d'être entraînés dans ton désastre. Ils crieront :
- « Catastrophe, catastrophe ! La Ville tentaculaire, l'arbitre des élégances, des distinctions et des prétentions, couverte de bijoux et de toIlettes comme une parvenue, la voici ravagée en une heure, elle et toutes ses conquêtes, ses saintes propriétés ! »

Et les compagnies aériennes et de navigation, toutes les flottes civiles et militaires étroitement associées, des supersoniques aux pétroliers géants, tous ceux aussi qui exploitent la mer et les fonds sous-marins, comme ils ont exploité la terre et ceux qui l'habitent, s'efforcent de se tenir à distance prudente du désastre, et clament en voyant les vapeurs écarlates de son embrasement :
- « Quelle civilisation urbaine était semblable à celle-ci ? »

Ils se roulent par terre, écument et pleurent :
- « Désastre, désastre ! La Capitale de l'argent, où tant des nôtres sont devenus richissimes, par sa volonté de profits sans limites, en une seule heure elle a fait faillite, et elle a été liquidée ! »

Vous tous, militants d'autrefois et d'aujourd'hui, réjouissez-vous librement : Elle est désormais hors d'état de nuire ! Bien plus, cette Crise-Jugement qui la frappe confirme, s'il en était besoin, combien votre cause était juste et votre combat légitime !

Et un messager accomplit un geste symbolique : il prend un énorme caisson bétonné de déchets atomiques et l'engloutit dans l'océan. Il s'écrie :
- « Ainsi s'enfonce dans l'abîme à jamais la Capitale, et Il n'y en a plus trace ! Personne n'entendra plus chez toi les orchestres de renommée mondiale, les exécutants les plus exaltants ; personne n'assistera plus à tes galas et à tes nuits ; personne n'admirera plus tes artistes et tes artisans ; même les bruits des travaux familiers et familiaux auront disparu, comme la douce lumière de la maison, comme la voix de la femme et de l'homme qui s'aiment ; parce que tes actionnaires de sociétés et tes banquiers étaient les plus grands de la terre, parce que tu as fasciné par tes techniques sans âme toutes les nations de la terre, et parce qu'on a trouvé dans tes commissariats, tes casernes et tes stades, le sang encore chaud des prophètes et des militants, de tous ceux que, auprès ou au loin, tu as fait égorger sur la terre. »

 

 

Chapitre 18

1 Après cela, je vis descendre du ciel un autre ange, qui avait une grande autorité; et la terre fut éclairée de sa gloire.
2 Il cria d'une voix forte, disant: Elle est tombée, elle est tombée, Babylone la grande! Elle est devenue une habitation de démons, un repaire de tout esprit impur, un repaire de tout oiseau impur et odieux,
3 parce que toutes les nations ont bu du vin de la fureur de son impudicité, et que les rois de la terre se sont livrés avec elle à l'impudicité, et que les marchands de la terre se sont enrichis par la puissance de son luxe.

4 Et j'entendis du ciel une autre voix qui disait: Sortez du milieu d'elle, mon peuple, afin que vous ne participiez point à ses péchés, et que vous n'ayez point de part à ses fléaux.
5 Car ses péchés se sont accumulés jusqu'au ciel, et Dieu s'est souvenu de ses iniquités.
6 Payez-la comme elle a payé, et rendez-lui au double selon ses �uvres. Dans la coupe où elle a versé, versez-lui au double.
7 Autant elle s'est glorifiée et plongée dans le luxe, autant donnez-lui de tourment et de deuil. Parce qu'elle dit en son c�ur: Je suis assise en reine, je ne suis point veuve, et je ne verrai point de deuil!
8 A cause de cela, en un même jour, ses fléaux arriveront, la mort, le deuil et la famine, et elle sera consumée par le feu. Car il est puissant, le Seigneur Dieu qui l'a jugée.
9 Et tous les rois de la terre, qui se sont livrés avec elle à l'impudicité et au luxe, pleureront et se lamenteront à cause d'elle, quand ils verront la fumée de son embrasement.
10 Se tenant éloignés, dans la crainte de son tourment, ils diront: Malheur! malheur! La grande ville, Babylone, la ville puissante! En une seule heure est venu ton jugement!

11 Et les marchands de la terre pleurent et sont dans le deuil à cause d'elle, parce que personne n'achète plus leur cargaison,
12 cargaison d'or, d'argent, de pierres précieuses, de perles, de fin lin, de pourpre, de soie, d'écarlate, de toute espèce de bois de senteur, de toute espèce d'objets d'ivoire, de toute espèce d'objets en bois très précieux, en airain, en fer et en marbre,
13 de cinnamome, d'aromates, de parfums, de myrrhe, d'encens, de vin, d'huile, de fine farine, de blé, de b�ufs, de brebis, de chevaux, de chars, de corps et d'âmes d'hommes.
14 Les fruits que désirait ton âme sont allés loin de toi; et toutes les choses délicates et magnifiques sont perdues pour toi, et tu ne les retrouveras plus.
15 Les marchands de ces choses, qui se sont enrichis par elle, se tiendront éloignés, dans la crainte de son tourment; ils pleureront et seront dans le deuil,

16 et diront: Malheur! malheur! La grande ville, qui était vêtue de fin lin, de pourpre et d'écarlate, et parée d'or, de pierres précieuses et de perles! En une seule heure tant de richesses ont été détruites!
17 Et tous les pilotes, tous ceux qui naviguent vers ce lieu, les marins, et tous ceux qui exploitent la mer, se tenaient éloignés,
18 et ils s'écriaient, en voyant la fumée de son embrasement: Quelle ville était semblable à la grande ville?

19 Et ils jetaient de la poussière sur leurs têtes, ils pleuraient et ils étaient dans le deuil, ils criaient et disaient: Malheur! malheur! La grande ville, où se sont enrichis par son opulence tous ceux qui ont des navires sur la mer, en une seule heure elle a été détruite!
20 Ciel, réjouis-toi sur elle! Et vous, les saints, les apôtres, et les prophètes, réjouissez-vous aussi! Car Dieu vous a fait justice en la jugeant.

21 Alors un ange puissant prit une pierre semblable à une grande meule, et il la jeta dans la mer, en disant: Ainsi sera précipitée avec violence Babylone, la grande ville, et elle ne sera plus trouvée.
22 Et l'on n'entendra plus chez toi les sons des joueurs de harpe, des musiciens, des joueurs de flûte et des joueurs de trompette, on ne trouvera plus chez toi aucun artisan d'un métier quelconque, on n'entendra plus chez toi le bruit de la meule,
23 la lumière de la lampe ne brillera plus chez toi, et la voix de l'époux et de l'épouse ne sera plus entendue chez toi, parce que tes marchands étaient les grands de la terre, parce que toutes les nations ont été séduites par tes enchantements,
24 et parce qu'on a trouvé chez elle le sang des prophètes et des saints et de tous ceux qui ont été égorgés sur la terre.

 

 

Chapitre 19

La fête sans fin

Après cela une fête éclate :
- « Alléluia ! Vive le Serviteur des serviteurs », clament des millions de voix ! Par lui l'intelligence, la tendresse et la beauté ont surmonté tous les obstacles ! Il a manifesté que rien n'est plus intelligent que l'amour, et que la recherche du bonheur de tous ouvre les yeux et les coeurs. Il a démasqué la société des faussaires et l'a fait comparaître au tribunal de la vérité. Il a jugé radicalement cette parvenue écoeurante dont les compromissions polluaient toutes les mentalités ; il lui a demandé de rendre le sang des militants et elle s'en est montrée incapable.

Alors le chant de fête s'élève encore :
- « Alléluia ! » Et le parfum de cette joie traverse tous les siècles.

Et les vingt-quatre militants et les quatre créatures qui symbolisent toute la nature entourent et célèbrent celui qui a inspiré Issa, disant :
- « C'est vrai ! Alléluia ! »

Une voix s'élève du centre de la grande place : "
- « Chantons de tout notre coeur notre frère, nous qui combattons avec lui et qui l'aimons, grands et petits ! »

Presque en même temps, les voix d'une foule immense lui répondent et déferlent comme des tonnerres d'acclamations, disant aussi :
- « Alléluia ! Car celui qui invente et renouvelle la vie a réalisé le grand projet ; il a suscité contre vents et marées le monde heureux ! Réjouissons-nous et soyons dans l'allégresse avec lui ! Fêtons les noces du frère bien-aimé avec sa bien-aimée, splendide, choyée, embellie par les actes de bonté et de délivrance qu'il lui a été donné d'accomplir. »

Et voici un nouveau tableau vivant : Au milieu d'enfants et d'adultes en liesse il s'avance, lui, lui notre frère, simple et disponible à tous, au-delà de toute beauté. Son regard est riche d'humanité, tout son visage est comme nimbé d'une clarté. Son nom véritable, sa réalité dernière sont encore secrets ; lui seul les connaît. Son vêtement de lumière brille de millions de paillettes, évoquant tous ceux qui ont donné leur vie, avec lui, comme lui. On l'appelle d'un nom superbe : La Parole. Des foules immenses l'accompagnent et tous paraissent, malgré leurs particularités, lui ressembler de plus en plus. On dirait que sa parole est visible, comme aux jours où elle transperçait les uns et vivifiait les autres. C'est elle désormais qui donnera son authenticité et son harmonie à tout l'univers. Après la loi de la jungle et les désordres établis, ce bonheur de tous est sa seule vengeance, sa meilleure réponse aux destructeurs et aux accusateurs. Sur son vêtement un nom apparaît :
- « Frère des frères. » Des appels retentissent :
- « Venez prendre part au grand festin ! Notre nourriture désormais c'est de réaliser le projet d'Issa et de celui qui l'inspire ! »

Soudain resurgit le monstre accompagné de ses affidés, manoeuvrant toutes les armées, toutes les puissances atomiques. Ils se rassemblent pour un dernier assaut contre Issa et les siens.

Mais le monstre est pris à ses propres pièges et avec lui son appareil de propagande et de mensonge. Ils disparaissent à jamais par la trappe de l'anéantissement.

 

 

Chapitre 19

 

1 Après cela, j'entendis dans le ciel comme une voix forte d'une foule nombreuse qui disait: Alléluia! Le salut, la gloire, et la puissance sont à notre Dieu,
2 parce que ses jugements sont véritables et justes; car il a jugé la grande prostituée qui corrompait la terre par son impudicité, et il a vengé le sang de ses serviteurs en le redemandant de sa main.
3 Et ils dirent une seconde fois: Alléluia!... et sa fumée monte aux siècles des siècles.
4 Et les vingt-quatre vieillards et les quatre êtres vivants se prosternèrent et adorèrent Dieu assis sur le trône, en disant: Amen! Alléluia!

5 Et une voix sortit du trône, disant: Louez notre Dieu, vous tous ses serviteurs, vous qui le craignez, petits et grands!

6 Et j'entendis comme une voix d'une foule nombreuse, comme un bruit de grosses eaux, et comme un bruit de forts tonnerres, disant: Alléluia! Car le Seigneur notre Dieu tout-puissant est entré dans son règne.
7 Réjouissons-nous et soyons dans l'allégresse, et donnons-lui gloire; car les noces de l'agneau sont venues, et son épouse s'est préparée,
8 et il lui a été donné de se revêtir d'un fin lin, éclatant, pur. Car le fin lin, ce sont les �uvres justes des saints.
9 Et l'ange me dit: Ecris: Heureux ceux qui sont appelés au festin de noces de l'agneau! Et il me dit: Ces paroles sont les véritables paroles de Dieu.
10 Et je tombai à ses pieds pour l'adorer; mais il me dit: Garde-toi de le faire! Je suis ton compagnon de service, et celui de tes frères qui ont le témoignage de Jésus. Adore Dieu. Car le témoignage de Jésus est l'esprit de la prophétie.

11 Puis je vis le ciel ouvert, et voici, parut un cheval blanc. Celui qui le montait s'appelle Fidèle et Véritable, et il juge et combat avec justice.
12 Ses yeux étaient comme une flamme de feu; sur sa tête étaient plusieurs diadèmes; il avait un nom écrit, que personne ne connaît, si ce n'est lui-même;
13 et il était revêtu d'un vêtement teint de sang. Son nom est la Parole de Dieu.
14 Les armées qui sont dans le ciel le suivaient sur des chevaux blancs, revêtues d'un fin lin, blanc, pur.
15 De sa bouche sortait une épée aiguë, pour frapper les nations; il les paîtra avec une verge de fer; et il foulera la cuve du vin de l'ardente colère du Dieu tout-puissant.
16 Il avait sur son vêtement et sur sa cuisse un nom écrit: Roi des rois et Seigneur des seigneurs.
17 Et je vis un ange qui se tenait dans le soleil. Et il cria d'une voix forte, disant à tous les oiseaux qui volaient par le milieu du ciel: Venez, rassemblez-vous pour le grand festin de Dieu,
18 afin de manger la chair des rois, la chair des chefs militaires, la chair des puissants, la chair des chevaux et de ceux qui les montent, la chair de tous, libres et esclaves, petits et grands.
19 Et je vis la bête, et les rois de la terre, et leurs armées rassemblées pour faire la guerre à celui qui était assis sur le cheval et à son armée.

20 Et la bête fut prise, et avec elle le faux prophète, qui avait fait devant elle les prodiges par lesquels il avait séduit ceux qui avaient pris la marque de la bête et adoré son image. Ils furent tous les deux jetés vivants dans l'étang ardent de feu et de soufre.
21 Et les autres furent tués par l'épée qui sortait de la bouche de celui qui était assis sur le cheval; et tous les oiseaux se rassasièrent de leur chair.

Chapitre 20

Derniers ravages du « Cerveau »

 

Pourtant, ce n'est pas tout. Restait le Cerveau, le destructeur, blessé à mort mais aux convulsions si redoutables, ravageant encore la terre. Un messager s'approche de lui, tenant ce qu'Il fallait pour le maîtriser, et la clé de l'abîme. En un instant le Cerveau est mis hors d'état de nuire et jeté dans l'abîme, dont l'entrée fut solidement verrouIllée pour un temps considérable. Après quoi il obtiendra une liberté conditionnelle très provisoire.

Alors Issa fait s'asseoir les siens autour de lui. Et l'Histoire entière est récapitulée et jugée par eux. Ils ne manquent pas de discernement, eux qui ont tant souffert pour la réalisation du monde heureux, qui ont tant travaIllé, tant peiné dans la nuit en appelant la lumière, et qui parfois ont été torturés à mort ; eux qui se sont dressés pour la défense de l'homme et contre les organisations politico - mystiques sanguinaires et dépersonnalisantes. Ils restent près d'Issa et jugent l'Histoire. Ils connaissent enfin une entente et une joie parfaites C'est un temps incomparable, un temps de plénitude, un temps d'échange merveilleux avec Issa. La mort ne peut plus rien contre eux.

Même si une liberté conditionnelle et très provisoire est accordée au destructeur, même s'il sort de sa prison pour séduire encore quelques lâches, pour leur malheur [comme ceux qui ont la malchance d'être tués le dernier jour de la guerre] ; même s'il obtient un conflit nucléaire entre des superpuissances, même si pour un temps la Communauté finale est comme une citadelle assiégée, ce temps est très court ! Le moment est venu où ces puissances abominables rejoignent à jamais les autres par la trappe de l'anéantissement.

Alors a lieu le jugement général ; hors de toute commune mesure terrestre. La nature elle-même ne peut supporter ce moment. Pour un temps tous les êtres comparaissent, grands et petits. Et les grands registres fermés sont enfin ouverts : pensées, paroles et actes de tous reviennent au jour. Ils parlent d'eux-mêmes, tant les évidences des vies sont criantes. C'est alors qu'à son tour la mort est anéantie. Heureux ceux dont le nom est écrit dans le livre de vie !

 

 

 

Chapitre 20

1 Puis je vis descendre du ciel un ange, qui avait la clef de l'abîme et une grande chaîne dans sa main.
2 Il saisit le dragon, le serpent ancien, qui est le diable et Satan, et il le lia pour mille ans.
3 Il le jeta dans l'abîme, ferma et scella l'entrée au-dessus de lui, afin qu'il ne séduisît plus les nations, jusqu'à ce que les mille ans fussent accomplis. Après cela, il faut qu'il soit délié pour un peu de temps.

4 Et je vis des trônes; et à ceux qui s'y assirent fut donné le pouvoir de juger. Et je vis les âmes de ceux qui avaient été décapités à cause du témoignage de Jésus et à cause de la parole de Dieu, et de ceux qui n'avaient pas adoré la bête ni son image, et qui n'avaient pas reçu la marque sur leur front et sur leur main. Ils revinrent à la vie, et ils régnèrent avec Christ pendant mille ans.
5 Les autres morts ne revinrent point à la vie jusqu'à ce que les mille ans fussent accomplis. C'est la première résurrection.
6 Heureux et saints ceux qui ont part à la première résurrection! La seconde mort n'a point de pouvoir sur eux; mais ils seront sacrificateurs de Dieu et de Christ, et ils régneront avec lui pendant mille ans.

7 Quand les mille ans seront accomplis, Satan sera relâché de sa prison.
8 Et il sortira pour séduire les nations qui sont aux quatre coins de la terre, Gog et Magog, afin de les rassembler pour la guerre; leur nombre est comme le sable de la mer.
9 Et ils montèrent sur la surface de la terre, et ils investirent le camp des saints et la ville bien-aimée. Mais un feu descendit du ciel, et les dévora.
10 Et le diable, qui les séduisait, fut jeté dans l'étang de feu et de soufre, où sont la bête et le faux prophète. Et ils seront tourmentés jour et nuit, aux siècles des siècles.

11 Puis je vis un grand trône blanc, et celui qui était assis dessus. La terre et le ciel s'enfuirent devant sa face, et il ne fut plus trouvé de place pour eux.
12 Et je vis les morts, les grands et les petits, qui se tenaient devant le trône. Des livres furent ouverts. Et un autre livre fut ouvert, celui qui est le livre de vie. Et les morts furent jugés selon leurs �uvres, d'après ce qui était écrit dans ces livres.
13 La mer rendit les morts qui étaient en elle, la mort et le séjour des morts rendirent les morts qui étaient en eux; et chacun fut jugé selon ses �uvres.
14 Et la mort et le séjour des morts furent jetés dans l'étang de feu. C'est la seconde mort, l'étang de feu.
15 Quiconque ne fut pas trouvé écrit dans le livre de vie fut jeté dans l'étang de feu.

 

 

Chapitre 21

La ville jardin de la fraternité

 

Apparaissent enfin le nouveau ciel et la nouvelle terre, car le premier ciel et la première terre ont disparu - ou bien sont devenus méconnaissables.

Et je vois, en effet, l'ultime civilisation apparaître [le monde heureux réalisé, le chef-d'oeuvre d'Issa], préparée comme une bien-aimée se fait belle pour son bien-aimé, comme un bien-aimé se fait beau pour sa bien-aimée. Et une voix proclame :
- « Voici la vraie demeure de l'inspirateur d'Issa avec les hommes ! Il habitera avec eux et eux-mêmes seront ses communautés fraternelles. Il sera pleinement avec eux.
Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n'y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les choses d'autrefois ont disparu. »

Et celui qui est au centre de la vaste place me dit :
- « Jean, regarde. L'ancien, je le fais neuf ! Écris cette révélation ; car mes paroles sont fondées et pleines de vérité. Maintenant tout est fait. Moi je suis 1'A et le Z, le prélude et le finale. A celui qui meurt de soif, c'est moi qui donnerai cette source de l'eau de la vie, gratuitement. Celui qui livre bataIlle sans céder, c'est lui que je vais combler. Je serai son frère et son ami, il sera mon frère et mon ami. Quant à ceux qui trahissent, qui se moquent de ma confiance, qui se vendent, qui torturent, qui n'ont aucun respect, qui illusionnent, qui se fabriquent des religions, qui mentent, ce n'est plus la peine d'en parler : Ils ont choisi la mort. »
Puis, l'un des sept messagers qui avaient déclenché les sept châtiments avertisseurs vient me dire :
- « Approche, je te ferai connaître la bien-aimée du Frère. »

Et il me fait découvrir, en effet, la Communauté heureuse des derniers temps, le monde heureux, issu du projet plein de foi de celui qui inspire Issa. Elle lui ressemblait, comme une fille ressemble à son père. Elle vivait dans une sorte de merveilleuse ville jardin, d'une beauté exceptionnelle, transparente comme du cristal. Elle était protégée de tous les malheurs par une sorte de muraille de Chine. Douze portes monumentales en commandaient l'accès. Chacune était sauvegardée par un messager ; chacune portait le nom d'une des douze communautés anciennes, celles qui avaient attendu Issa. Pour que les hommes puissent venir de partout, selon la promesse ; du Nord et du Sud, de l'Est et de l'Ouest ; les portes sont disposées comme les heures d'une horloge [comme les extrémités de la croix languedocienne], trois au nord et trois au sud, trois à l'est et trois à l'ouest. Les douze éperons rocheux qui étayent la muraille portent les noms des douze militants d'Issa.

Celui qui me guide tient un mètre d'or pour me montrer les mesures de la ville jardin, de ses portes et de sa muraille. Elle a la forme d'une sphère dont la circonférence mesure 40 000 kilomètres ; la muraille est haute de 144 mètres ; elle s'irise comme un banc de corail ; les contreforts de la muraille sont des rochers de pierres précieuses multicolores et les portes sont nacrées comme des perles. La rue de la ville jardin, artère de toutes les communications, de tous les échanges, et de la circulation de la Parole, est d'or fin et pur. Ni églises, ni temples, ni cathédrales qui appartiennent à l'ancien monde, car maintenant Issa et celui qui l'inspire sont eux-mêmes la demeure de la Communauté dernière. La ville jardin n'a besoin d'aucun éclairage, ni même de la lune ou du soleil, car Issa et celui qui l'inspire l'inondent de leur clarté. Même les peuples ignorants pourront progresser rapidement à cette lumière et les anciennes classes dominantes ouvriront et partageront leurs trésors de culture. Inutile de barricader les portes la nuit, car il n'y aura même plus de nuit. Les idées inhumaines n'y seront plus concevables, pas plus que la présence des amateurs d'illusionnismes mystiques et de mensonges. Il n'entrera que les hommes inscrits autrefois, au temps des combats, sur le livre de vie d'Issa.

 

 

Chapitre 21

1 Puis je vis un nouveau ciel et une nouvelle terre; car le premier ciel et la première terre avaient disparu, et la mer n'était plus.

2 Et je vis descendre du ciel, d'auprès de Dieu, la ville sainte, la nouvelle Jérusalem, préparée comme une épouse qui s'est parée pour son époux.
3 Et j'entendis du trône une forte voix qui disait: Voici le tabernacle de Dieu avec les hommes! Il habitera avec eux, et ils seront son peuple, et Dieu lui-même sera avec eux.
4 Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n'y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu.

5 Et celui qui était assis sur le trône dit: Voici, je fais toutes choses nouvelles. Et il dit: Ecris; car ces paroles sont certaines et véritables.
6 Et il me dit: C'est fait! Je suis l'alpha et l'oméga, le commencement et la fin. A celui qui a soif je donnerai de la source de l'eau de la vie, gratuitement.
7 Celui qui vaincra héritera ces choses; je serai son Dieu, et il sera mon fils.
8 Mais pour les lâches, les incrédules, les abominables, les meurtriers, les impudiques, les enchanteurs, les idolâtres, et tous les menteurs, leur part sera dans l'étang ardent de feu et de soufre, ce qui est la seconde mort.
9 Puis un des sept anges qui tenaient les sept coupes remplies des sept derniers fléaux vint, et il m'adressa la parole, en disant: Viens, je te montrerai l'épouse, la femme de l'agneau.

10 Et il me transporta en esprit sur une grande et haute montagne. Et il me montra la ville sainte, Jérusalem, qui descendait du ciel d'auprès de Dieu, ayant la gloire de Dieu.
11 Son éclat était semblable à celui d'une pierre très précieuse, d'une pierre de jaspe transparente comme du cristal.
12 Elle avait une grande et haute muraille. Elle avait douze portes, et sur les portes douze anges, et des noms écrits, ceux des douze tribus des fils d'Israël:
13 à l'orient trois portes, au nord trois portes, au midi trois portes, et à l'occident trois portes.
14 La muraille de la ville avait douze fondements, et sur eux les douze noms des douze apôtres de l'agneau.

15 Celui qui me parlait avait pour mesure un roseau d'or, afin de mesurer la ville, ses portes et sa muraille.
16 La ville avait la forme d'un carré, et sa longueur était égale à sa largeur. Il mesura la ville avec le roseau, et trouva douze mille stades; la longueur, la largeur et la hauteur en étaient égales.
17 Il mesura la muraille, et trouva cent quarante-quatre coudées, mesure d'homme, qui était celle de l'ange.
18 La muraille était construite en jaspe, et la ville était d'or pur, semblable à du verre pur.
19 Les fondements de la muraille de la ville étaient ornés de pierres précieuses de toute espèce: le premier fondement était de jaspe, le second de saphir, le troisième de calcédoine, le quatrième d'émeraude,
20 le cinquième de sardonyx, le sixième de sardoine, le septième de chrysolithe, le huitième de béryl, le neuvième de topaze, le dixième de chrysoprase, le onzième d'hyacinthe, le douzième d'améthyste.
21 Les douze portes étaient douze perles; chaque porte était d'une seule perle. La place de la ville était d'or pur, comme du verre transparent.
22 Je ne vis point de temple dans la ville; car le Seigneur Dieu tout-puissant est son temple, ainsi que l'agneau.
23 La ville n'a besoin ni du soleil ni de la lune pour l'éclairer; car la gloire de Dieu l'éclaire, et l'agneau est son flambeau.
24 Les nations marcheront à sa lumière, et les rois de la terre y apporteront leur gloire.
25 Ses portes ne se fermeront point le jour, car là il n'y aura point de nuit.
26 On y apportera la gloire et l'honneur des nations.
27 Il n'entrera chez elle rien de souillé, ni personne qui se livre à l'abomination et au mensonge; il n'entrera que ceux qui sont écrits dans le livre de vie de l'agneau.

 

 

Chapitre 22

Derniers appels d'Issa

C'est alors qu'il me montre le torrent d'eau de la vie, limpide et rempli d'une vie intense. Il provient de la grand-place où se tiennent Issa et celui qui l'inspire. Au milieu de la rue centrale et couvrant les deux berges du torrent, croît l'arbre de vie, produisant douze sortes de fruits, un chaque mois. Les feuilles de cet arbre servent à la guérison et à la formation permanente des peuples ignorants. L'idée même d'excommunication, d'exclusion, de mise en quarantaine, ne viendra plus à l'esprit de personne. Le lieu où se tiennent Issa et celui qui l'inspire sera au coeur de la ville jardin. Tous les frères militants pourront s'approcher d'eux librement, converser joyeusement avec eux, laisser éclater leur reconnaissance et leur bonheur. Le nom et la vie d'Issa seront comme gravés dans leurs coeurs. La lumière la plus tendre et la plus reposante se répandra, la clarté d'Issa. Avec lui ils susciteront et conduiront toutes choses.

Alors le messager me dit :
- « Écoute, Jean :

Toute cette révélation est authentique,
Digne de foi.
C'est Issa lui-même et l'inspirateur des prophètes combattants
Qui t'avertissent
Et te chargent d'avertir les frères
De ce qui approche comme un ouragan.
Issa te dit :

« J'arrive moi-même
A la vitesse de la lumière.
Heureux celui qui garde
Vivante et actuelle
La parole prophétique de ce livre.  »

C'est moi, Jean, qui ai reçu personnellement
Ces révélations
Apocalyptiques ;
Et qui peux en garantir l'authenticité.

Impressionné, je me suis jeté aux pieds
Du porte-parole d'Issa.
Mais il me relève en disant :

« Ne fais jamais cela.
Comme toi je suis un serviteur,
Disponible pour les prophètes
Et pour les militants,
Pour ceux qui maintiennent vivantes les paroles de ce livre.
C'est Issa vers qui tout notre être
Doit s'incliner. »

Il me dit :

« Surtout laisse ouvert ce livre,
N'y pose aucun fermoir !
Qu'aucune ignorance,
Qu'aucune tradition ecclésiale
Ne le mettent sous le boisseau,
Ou ne lui retirent son piquant et sa saveur !
Car le temps est imminent. »

Que celui qui pactise avec les injustices
Soit encore injuste !
Que celui qui accepte les compromissions
Et les opportunismes
Continue !
Mais aussi que celui qui construit le monde juste
Persévère, envers et contre tout !
Que celui qui est mis à part
Pour accomplir le travail d'Issa
Poursuive sans faiblir sa mission !

Issa dit :

« J'arrive moi-même
A la vitesse de la lumière,
Avec ma rétribution surprenante,
Plus encore que vous ne pensez ! »

Moi je suis 1'A et le Z, le prélude et le finale,
Le prototype et le modèle achevé.

Heureux ceux dont la foi
A transformé l'intelligence
Et la manière de vivre et de s'engager !
Ils auront leur part de l'arbre de vie.
Ils entreront par les portes de la ville jardin.

Dehors les cyniques, les illusionnistes,
Et ceux qui n'ont aucun respect !
Dehors les tueurs, les affameurs, les exploiteurs,
Ceux qui détruisent les vies directement
Ou par appareils interposés !
Dehors ceux qui s'inventent des religions séduisantes
Et qui sont gourmands de mensonges
Ou de silences complices !

Moi, Issa, j'ai envoyé mon porte-parole,
Pour attester tout cela
Dans les communautés militantes.

Moi, Issa, je suis le rejeton imprévu
Et contesté,
La vraie descendance royale
De l'ancêtre de tous les maquisards,
Celui qui savait se battre et pleurer,
Aimer et chanter.
Je suis l'étoile du matin,
Celle qui, dans la nuit,
Annonce l'imminence du jour !

Et l'Esprit et la bien-aimée disent :
- « Viens ! »
Et que celui qui entend ceci dise :
- « Viens ! »
Et que celui qui a vraiment soif vienne !
Que l'être animé d'un intense désir
Prenne de l'eau de la vie comme je la donne,
Gratuitement !

Moi, Issa, je déclare à quiconque écoute
Les paroles de la prophétie de ce livre :

« N'altérez pas ce message !
Ne le censurez pas !
Ne le noyez pas sous vos bavardages pieux
Et vos dogmatiques !
Ceux qui le feront
Ce sont les malheurs de ce livre qu'ils rencontreront,
Leur part de l'arbre de vie sera retranchée,
Leur part de la ville jardin du bonheur ! "

Celui qui atteste tout ceci dit :

- « Oui, je viens,
A la vitesse de la lumière ! »

C'est vrai ! Viens, serviteur Issa !

Que la gratuité d'Issa-serviteur
Soit accordée à tous !

 

Chapitre 22

1 Et il me montra un fleuve d'eau de la vie, limpide comme du cristal, qui sortait du trône de Dieu et de l'agneau.

2 Au milieu de la place de la ville et sur les deux bords du fleuve, il y avait un arbre de vie, produisant douze fois des fruits, rendant son fruit chaque mois, et dont les feuilles servaient à la guérison des nations.

3 Il n'y aura plus d'anathème. Le trône de Dieu et de l'agneau sera dans la ville; ses serviteurs le serviront et verront sa face,

4 et son nom sera sur leurs fronts.

5 Il n'y aura plus de nuit; et ils n'auront besoin ni de lampe ni de lumière, parce que le Seigneur Dieu les éclairera. Et ils régneront aux siècles des siècles.

6 Et il me dit: Ces paroles sont certaines et véritables; et le Seigneur, le Dieu des esprits des prophètes, a envoyé son ange pour montrer à ses serviteurs les choses qui doivent arriver bientôt.

7 Et voici, je viens bientôt. Heureux celui qui garde les paroles de la prophétie de ce livre!

8 C'est moi Jean, qui ai entendu et vu ces choses. Et quand j'eus entendu et vu, je tombai aux pieds de l'ange qui me les montrait, pour l'adorer.

9 Mais il me dit: Garde-toi de le faire! Je suis ton compagnon de service, et celui de tes frères les prophètes, et de ceux qui gardent les paroles de ce livre. Adore Dieu.

10 Et il me dit: Ne scelle point les paroles de la prophétie de ce livre. Car le temps est proche.

11 Que celui qui est injuste soit encore injuste, que celui qui est souillé se souille encore; et que le juste pratique encore la justice, et que celui qui est saint se sanctifie encore.

12 Voici, je viens bientôt, et ma rétribution est avec moi, pour rendre à chacun selon ce qu'est son �uvre.

13 Je suis l'alpha et l'oméga, le premier et le dernier, le commencement et la fin.

14 Heureux ceux qui lavent leurs robes, afin d'avoir droit à l'arbre de vie, et d'entrer par les portes dans la ville!

15 Dehors les chiens, les enchanteurs, les impudiques, les meurtriers, les idolâtres, et quiconque aime et pratique le mensonge!

16 Moi, Jésus, j'ai envoyé mon ange pour vous attester ces choses dans les Eglises. Je suis le rejeton et la postérité de David, l'étoile brillante du matin.

17 Et l'Esprit et l'épouse disent: Viens. Et que celui qui entend dise: Viens. Et que celui qui a soif vienne; que celui qui veut, prenne de l'eau de la vie, gratuitement.

18 Je le déclare à quiconque entend les paroles de la prophétie de ce livre: Si quelqu'un y ajoute quelque chose, Dieu le frappera des fléaux décrits dans ce livre;

19 et si quelqu'un retranche quelque chose des paroles du livre de cette prophétie, Dieu retranchera sa part de l'arbre de la vie et de la ville sainte, décrits dans ce livre.

20 Celui qui atteste ces choses dit: Oui, je viens bientôt. Amen! Viens, Seigneur Jésus!

21 Que la grâce du Seigneur Jésus soit avec tous !

 

 

Chapitres 1 à 11

 

Retour
Vos commentaires et réactions

 

haut de la page

 

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.