Protestants dans la ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

Nouvelles

 

Hommage

au pasteur Roger Parmentier



24 septembre 2012

Le pasteur Roger Parmentier est mort dans la nuit du 22. Jean-Claude Barbier président du mouvement unitarien écrit :
« On le croyait éternel depuis si longtemps qu’il vitupérait contre nos engagements trop insuffisants à son goût, lui le prophète saisi par l’esprit de Jésus. A plus de 90 ans, il avait atteint l’âge des cheveux blancs qui ne changent plus de couleur : toujours droit, inflexible dans ses exigences ; toujours persuadé qu’il nous montrait le vrai chemin, qu’il fallait nous mobiliser en toute hâte. Une voix s’est éteinte, et quelle voix !
Peu importe que l’on soit d’accord ou non avec ses analyses, avec ses textes, avec ses interventions : c’était une voix ! Nous l’aimions y compris pour ce que l’on pouvait penser être parfois des excès. Nous l’aimions car la religion chrétienne s’éteint doucement avec nos prudences, nos contorsions d’intellectuels, nos lâches fuyances aussi et que l'on a besoin de prophètes comme lui qui dérangent la tranquillité de leurs coreligionnaires en s'adressant à leurs consciences !  »

Le site Protestants dans la ville publie un très grand nombre de ses textes. Il y présentait ainsi sa recherche du Jésus authentique dont la réforme prophétique transforme les vies des hommes et le monde de ceux qui s’engagent à sa suite :

Signé Jésus de Nazareth

Je n'ai jamais empêché personne d'élaborer des légendes et des constructions religieuses stupéfiantes, mais ce qui m'ennuie c'est tout ce que vous mettez sous mon nom, sur mon compte, sur mon dos. Il y a de l'abus. Je vous assure que je n'ai pas grand-chose à voir avec votre Christ et vos christianismes. Je ne me suis jamais proclamé Messie, Dieu m'en garde. C'est vous qui l'avez décidé, sans me demander mon avis.

J'ai été rabbi serviteur et inspiré, prophète mandaté pour construire un tout autre monde, maître de sagesse pour venir en aide aux détresses et faire face intelligemment aux menaces accumulées par vos comportements. J'ai été Jésus, de mon mieux, rien d'autre.
Je ne suis pour rien dans votre credo, et votre symbole des apôtres. Je ne suis pour rien, croyez-moi, dans vos histoires abracadabrantes de descente aux enfers, de résurrection corporelle, de montée au ciel, d'assomption au ciel de ma petite mère qui n'en demandait pas tant. Je ne suis pour rien dans votre idée saugrenue de me faire asseoir sur un trône à la droite de Dieu, moi qui ai horreur de tous les dominateurs.
Respectez-moi ! Respectez mon œuvre et mes paroles. J'ai tant souffert pour tenter de surmonter les crédulités et les incrédulités, les indifférences et les oppositions...

 

Roger Parmentier présentait ainsi ses actualisations de la Bible :

Mon travail de théologien non-aligné, d'exégète pionnier, souvent aventuré, sinon aventurier a culminé depuis quarante ans dans une élaboration qui m’a passionné : ré-écrire la Bible pour qu'elle soit compréhensible et recevable dans les cultures et incultures modernes qui n'ont rien à voir avec celles d'autrefois [...] C'est ce qu'on a appelé les « actualisations » de la Bible. Il s'agit d'une réécriture du texte biblique dans le langage, la culture et les préoccupations actuelles.
Le résultat ne sera jamais donné comme « parole d'Évangile » (ce que font pourtant bien des prédicateurs). Le lecteur des transcriptions, « croyant » ou « non-croyant » se précipite généralement sur le texte biblique originel pour voir d'où proviennent les textes fous de mes transcriptions.
D’ailleurs la réécriture rend proche du rédacteur initial et permet de le rejoindre dans ses préoccupations fondamentales.
La réactualisation d’un texte biblique, c’est aussi « un travail de recherche » dans toutes ses dimensions traditionnelles, linguistique, historique et critique.
Recherche d’une parole prophétique pour notre temps, la parole prophétique est d'autant plus nécessaire aujourd'hui que les Églises paraissent refuser systématiquement sa dimension contestataire et sa dimension utopique.
C'est pourquoi les transcriptions actualisantes sont une tentative pour prêcher l'Évangile en dehors des murs des églises. 
D'abord par ce que c'est à cela que l'Évangile est destiné.
 Ensuite parce que dans les églises on ne supporterait pas le quart des interpellations critiques contenues dans les transcriptions.

Et enfin parce que la recherche d'une parole vraie d'évangélisation semble le cadet des soucis de beaucoup des prédicateurs actuels catholiques ou protestants.

 

Des exemples « d’actualisation »

Roger Parmentier en a publié des livres entiers. Avec pour principe établi : un texte ne vous appartient que lorsque vous l’avez transposé, en respectant son esprit, dans la langue et la vie d’aujourd’hui. Mais c’est en même temps une démarche personnelle : si l’actualisation de tel texte faite par un autre ne vous parle pas, faites-en une pour vous... Ainsi de l’actualisation du texte tiré de l’évangile de Marc 4.35-41

 

Tempête dans le métro

Ce jour-là, vers la fin de l'après-midi, Jésus dit à ses camarades :

- Allons à l'ouest dans les beaux quartiers, comme on les appelle, et les banlieues résidentielles.

Il n'en pouvait plus de fatigue et dans le métro, ses compagnons protègent son sommeil. Dans la dernière partie du trajet monte une bande de néo-fascistes, très excités, revenant d'une expédition. Sans tarder ils agressent les camarades, rapidement submergés, les coups succédant aux accusations méprisantes et aux injures. Et lui, le bras replié, continue à dormir.
Ses compagnons finissent par le réveiller et s'écrient :

- Camarade, ne vois-tu pas qu'ils nous enfoncent ?
Réveillé, il fait front et en quelques paroles il impose un grand calme. Les adversaires sont sidérés.
Mais il dit à ceux de son équipe :

-  Pourquoi avez-vous si peur ? N'avez-vous pas encore cette foi fondée sur la grande Réalisation en marche ?
Profondément impressionnés, ils murmurent entre eux :

-  Ce frère nous dépasse. Il y a un secret en lui.

 

Psaume 29

La télé est mon berger, je ne voudrais pour rien en manquer.

Elle me fait reposer dans un fauteuil confortable.

Elle me dirige vers une vie inutile et tranquille.

Elle divertit mon âme et me délecte de l'injustice.

Quand je suis menacé par les conséquences de mes choix,
 j'ignore tout mal, car tu m'aveugles.

Ton écran et tes programmes,
 voilà tout ce qui m'intéresse.
Tu remplis ma tête d'illusions et mon âme évidée
 se laisse vivre par tes idées.

Oui, le plaisir et la futilité m'accompagneront 
aussi longtemps que tu existeras.

Mais je n'habiterai jamais la maison du Seigneur,

car tu m'en fermes la porte tous les soirs de ma vie.

 

Roger Parmentier était engagé dans une relation fraternelle avec les musulmans

Appels aux Musulmans,
aux Juifs sionistes et non-sionistes,
aux chrétiens protestants et catholiques
en faveur de l’estime, du respect et de l’attachement réciproques

Chers frères musulmans,
 au nom de Dieu « clément et miséricordieux »
 qu’aima Mohamed
 et 
au nom du Dieu généreux qui inspira Jésus,
 faisant lever son soleil sur les bons et les méchants
,
nous vous en supplions,
 montrez-vous compatissants envers nous, malgré nos torts,
et envers toutes les populations innocentes et meurtries,

cherchez davantage à convaincre qu’à vaincre
e
et coopérez à la construction de l’avenir heureux de l’humanité.

Pardonnez les offenses de ceux qui vont ont offensés.
Cherchons ensemble les chemins de la justice et de la paix.

 

 

Retour en page d'accueil
Retour vers Nouvelles
Vos commentaires et réactions

 

haut de la page

 

ctuellement  

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.