Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

 


 

 


                                                       

AVEC DES YEUX TOUT NEUFS

 

Réseau d'évangélisation Bonnes Nouvelles

 

 

José Antonio Pagola

 

 


26 octubre 2012

         Marc fait le récit de la  guérison de l’aveugle Bartimée dans le but de presser les communautés chrétiennes à sortir de leur cécité et de leur médiocrité. C’est seulement ainsi qu’elles suivront Jésus  sur le chemin de l’Evangile. Le récit est d’une actualité surprenante pour l’Eglise d’aujourd’hui.
         Bartimée  est un  « mendiant aveugle assis au bord de la route ». Dans sa vie il fait toujours nuit. Il a entendu parler de Jésus mais il ne connaît pas  son visage. Il ne peut pas le suivre. Il est près du chemin  emprunté par Jésus mais il reste en dehors. Celle-ci n’est-elle pas notre situation ? Des chrétiens aveugles, assis près du chemin, incapables de suivre Jésus ?
         Parmi nous il fait nuit. Nous ne connaissons pas Jésus. Nous manquons de lumière pour suivre sa route. Nous ignorons vers où marche l’Eglise. Nous ne savons même pas quel avenir nous souhaitons pour elle. Installés dans une religion qui ne réussit pas à faire de nous des disciples de Jésus, nous vivons près de l’Evangile, mais en dehors. Que pouvons-nous faire ?
         Malgré sa cécité, Barthimée perçoit que Jésus  est en train de passer près de lui. Il n’hésite pas un instant. Quelque chose lui dit  que son salut se trouve en Jésus : « Jésus, Fils de David ait pitié de moi ». C’est ce  cri repris avec foi qui va déclencher sa guérison.
         Aujourd’hui, on entend dans l’Eglise  des plaintes et des lamentations, des critiques, des protestations et de mutuelles disqualifications. On n’entend pas la prière humble et confiante de l’aveugle. Nous avons oublié  que Jésus seul  peut sauver cette Eglise. Nous ne percevons pas sa présence proche. Nous ne croyons qu’en nous-mêmes.
         L’aveugle ne voit pas mais il sait écouter la voix de Jésus qui le rejoint à travers ses envoyés : « Courage, lève-toi, il t’appelle ». C’est cette ambiance que nous devons créer dans notre Eglise. Nous encourager mutuellement à réagir. Ne pas continuer notre installation dans une religion conventionnelle. Revenir vers Jésus qui nous appelle. Voilà notre premier objectif pastoral.
         L’aveugle réagit  de façon admirable: il lâche son manteau qui l’empêche de se lever, bondit au milieu de l’obscurité et s’approche de Jésus. Une seule demande jaillit de son cœur : « Maître, que je voie ». Si ses yeux s’ouvrent, tout changera. Le récit conclut en disant que l’aveugle recouvre la vue et « qu’ il suivait Jésus sur le chemin ».
         C’est de cette guérison dont nous, chrétiens, avons  besoin aujourd’hui. C’est le saut qualitatif qui peut changer l’Eglise. Si notre façon de regarder Jésus change, si nous lisons l’Evangile avec des yeux tout neufs, si nous saisissons l’originalité de son message et nous nous  passionnons pour son projet d’un monde plus humain, la force de Jésus nous entraînera. Nos communautés connaîtront la joie de vivre en le suivant de près.
                                            

 

Traducción : Carlos Orduna, csv

 

Vuestros reacciones
Volver a "Textos en español"

haut de la page

 

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.