Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

 

 

Le regard de Jésus

 

 

José Antonio Pagola

prêtre catholique espagnol

 

traducteur Carlos Orduna, csv

 

 

16 juillet 2012

         Marc décrit  la situation avec nombre de détails. Jésus, accompagné de ses disciples, se dirige en bateau vers un lieu calme et reposant. Il veut les écouter calmement, car ils sont revenus fatigués de leur première tournée évangélisatrice et ils souhaitent partager leur expérience avec le Prophète qui les a envoyés.
         Le plan de Jésus a échoué,  car les gens ont découvert son intention et l’ont devancé sur l’autre rive,  en courant.  Lorsqu’ils  y arrivent, ils se retrouvent face à une multitude venue de tous les villages alentour. Comment Jésus va-t-il réagir ?
         Marc décrit d’une manière graphique  son action : les disciples doivent apprendre comment traiter les gens; il faudra se rappeler dans les communautés chrétiennes comment Jésus s’y prenait face à ces personnes  perdues dans l’anonymat, dont personne ne se soucie. « En débarquant, Jésus vit la multitude et il fut touché parce qu’ils étaient comme des brebis sans berger, et il se mit à les instruire  calmement».
         La première chose que l’évangéliste met en relief c’est le regard de Jésus. Il ne se fâche pas parce que son programme a été bouleversé. Il les regarde calmement et il en est ému. Les gens ne le dérangent jamais. Son cœur devine leur désorientation et l’abandon dans lequel se trouvent les paysans de ces villages-là.
         Dans l’Eglise, nous devons apprendre à regarder les gens comme Jésus les regardait : en saisissant la souffrance, la solitude, la désorientation et l’abandon subis par tant d’hommes et de femmes. Ce n’est pas de l’attention aux normes  ou du rappel de nos obligations que  jaillit la compassion. Elle s’éveille en nous lorsque nous regardons attentivement ceux qui souffrent.
         C’est à partir de ce regard, que Jésus découvre le besoin le plus profond de ces gens-là : « ils marchent comme des brebis sans berger ». L’enseignement reçu (de la part) des scribes et des docteurs de la loi ne leur fournit pas la nourriture dont ils ont besoin. Ils vivent sans que personne ne prenne réellement soin d’eux.  Ils manquent d’un pasteur capable de les guider et de les défendre.
         Poussé par sa compassion, Jésus « se met à les instruire calmement ».  Il prend tout son temps pour leur annoncer tranquillement la Bonne Nouvelle de Dieu et son projet humanisant du royaume.  Il ne le fait pas par obligation. Il ne pense pas à lui-même.  Il leur transmet la Parole de Dieu, ému par le besoin qu’ils éprouvent d’avoir un pasteur
         On ne peut pas rester indifférent face à tant de personnes qui, à l’’intérieur de nos communautés chrétiennes, cherchent une nourriture plus consistante que celle qu’elles reçoivent. Il ne faut pas accepter comme quelque chose de normal la désorientation religieuse à l’intérieur de l’Eglise. Il nous faut réagir de manière lucide et responsable. Ils sont nombreux les chrétiens qui cherchent à être mieux nourris. Ils ont besoin des pasteurs capables de leur transmettre l’enseignement de Jésus.    

 

 

Vos commentaires et réactions
Retour à "textes espagnols en français"

 

adrid  

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.