Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie


Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie


Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs


Alain Houziaux

réflexions et poèmes

l'auditoire


Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »


Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

L'évêque John Spong

 

 

La définition théiste de Dieu

 

 

26 août 2006

Question

Si je comprends bien, ce que vous contestez dans la définition théiste de Dieu

C'est qu'il est :

1  extérieur

2   surnaturel

3   Il intervient dans la vie des hommes.

Est-ce que cela signifie qu'à vos yeux Dieu est en réalité le contraire de ces trois points ?

Cela me paraît en tout cas clair pour le point 3 : vous dites toujours que Dieu n'intervient pas dans la vie des hommes et n'en serait d'ailleurs pas capable.

L'opposé du point 2 signifierait que Dieu est naturel. Mais dans ce cas comment se manifeste-t-il dans la nature ?

L'opposé du point 1 signifierait que Dieu est intérieur.

Cela suggère que Dieu est une partie de l'être humain plutôt qu'une construction intellectuelle.

Le Dieu non-théiste est-il donc intérieur, naturel (quoique non visible en dehors de la réflexion humaine) et incapable d'intervenir dans la monde (sauf dans la conscience des croyants) ?

 

 

Réponse de John Spong

Le théisme est un essai humain de description de Dieu dans un langage pré-moderne.

Avant Copernic, Kepler et Galilée, les gens se représentaient forcément Dieu comme une présence surnaturelle au-dessus du monde naturel.

Avant Isaac Newton, ils pensaient que Dieu force les lois de l'univers pour faire des miracles et exaucer les prières.

Avant Darwin et Freud, ils concevaient Dieu comme un parent céleste extérieur au monde et créateur.

Avant Einstein, ils étaient sûrs que ces conceptions étaient objectivement vraies et n'étaient pas soumise à la relativité qui est la nature de l'esprit humain dans la mesure où l'espace et le temps qui sont les nôtres sont relatifs et non absolus.

 

Donc, en récusant le théisme, ce n'est pas Dieu qui est concerné mais une certaine image de Dieu qui s'efforçait de rendre compte d'une expérience humaine du divin.

Penser que si le théisme est faux, le contraire du théisme doit alors être vrai serait faire la même erreur. Toute tentative humaine de définir Dieu est tout simplement une tentative humaine de définir l'expérience humaine du divin. Lorsque je parle de Dieu, je ne parle que de mon expérience de Dieu. Je ne dis pas ce qu'est Dieu, je dis seulement ce que je crois être mon expérience de Dieu.

 

Je ne ressens pas Dieu comme une force surnaturelle, extérieure, intervenant dans l'histoire du monde et je ne crois pas que le concevoir ainsi soit juste.

Le problème est que la plupart des gens ont tellement identifié cette définition de Dieu avec Dieu lui-même, que lorsqu'elle perd sa crédibilité en raison des progrès de notre connaissance, ils ont l'impression que Dieu lui-même est mort.

 

Je ne m'efforce donc pas de construire une nouvelle définition de Dieu mais tout simplement de partager mon expérience. Dans la vérité de ma conscience, au plus profond de ma vie et aux limites de ma pensée, je crois en la transcendance que j'ai rencontrée, en la vie qu'elle me donne, l'amour qu'elle éveille en moi et le fondement de mon être qu'elle me révèle. Je la nomme Dieu. Elle est pour moi la source de la vie, la source de l'amour et le fondement de l'être.

Je peux parler de cette expérience mais comme je n'ai que des mots humains, je ne peux pas vraiment parler de Dieu.

Les chevaux font l'expérience de la présence humaine dans leur conscience de chevaux. Mais un cheval ne pourra jamais dire à un autre cheval ce que c'est que d'être humain. Il semble que bien des gens n'ont pas réalisé qu'il en est de même pour les hommes qui ne peuvent vraiment connaître le divin.

Je ne sais pas comme Dieu agit et je ne peux donc pas prétendre le dire. Si je me permettais de préciser comment Dieu intervient, pourquoi il n'intervient pas, ou même qu'il est incapable d'intervenir, je parlerais de ce que j'ignore.

Je me répète quotidiennement ceci et alors que je crois toujours plus profondément en Dieu, je semble avoir de moins en moins de croyances à son sujet.

Les hommes semblent presque incapables de pénétrer le mystère, spécialement l'ultime.

Mon bonheur est d'ignorer les dogmes et les systèmes doctrinaux - y compris les miens - et de cheminer quotidiennement dans le mystère de Dieu. Je suppose que je suis ce que l'on nomme un mystique, mais un mystique en recherche, jamais satisfait, toujours en évolution.

Cette attitude donne du sens à ma vie et à toutes choses, elle est dynamique et créatrice, je vous la recommande.

 

Traduction Gilles Castelnau

 


Retour vers Spong
Retour vers Théisme, panthéisme
Vos commentaires et réactions

 

haut de la page

 

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.