Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

Spiritualité

 

John S. Spong

 

La prière

 


9 février 2010

Question

J’ai une problème avec la prière. Durant tant d’années j’ai commencé mes prières en disant « Dieu miséricordieux, aie pitié de moi ». On m’a tellement appris à être culpabilisée et à me sentir indigne que j’ai de la peine à prier de manière positive.

 

 

Réponse

Beaucoup ont fait la même expérience que vous. Mais regardez à quelle conception de Dieu cela vous a menée. Vous le considérez comme un Père puissant demeurant au ciel et cette idée provoque naturellement en vous crainte et sentiment d’indignité. Vous dites vous-même que vous vous sentez incapable de satisfaire à ce que vous pensez être ses exigences. Sans doute parce qu’on a vous a répété que Dieu est un juge qui sonde nos cœurs, pénètre nos désirs et connaît tous nos secrets : qui n’en serait effrayé et ne se sentirait coupable devant une autorité qui nous connaîtrait si bien ?

Un tel Dieu pourrait être évidemment très utile pour contrôler la conduite des fidèles. Mais dans le Quatrième évangile, Jésus dit qu’il est venu « afin que ses brebis aient la vie, et qu'elles soient dans l'abondance » (Jean 10.10) et vous voyez bien que son but ne sera jamais atteint si l’on pratique une prière basée sur l’idée d’un Dieu culpabilisant et provoquant la crainte.

Au fond, ce que vous cherchez n’est pas tant une prière positive que plutôt une compréhension nouvelle de la vie et de l’influence réelle que Dieu peut y exercer et cela, on ne peut pas l’expliquer en quelques mots.
C’est aussi la raison pour laquelle tant de gens ont de plus en plus de difficultés à participer à la vie de l’Église où ils ressentent plus de culpabilité que de paix, plus de crainte que de confiance et rencontrent plus l’esprit de jugement que l’Esprit de Jésus.

Si dans notre prière nous prenons conscience que Dieu est vie, amour et fondement de notre être, alors voyez comme elle concernera plus notre être profond que nos actions.


Traduction Gilles Castelnau

 


Retour vers "John Spong"

Vos commentaires et réactions

haut de la page

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.