Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

Spiritualité

 

John S. Spong

 

Jésus était-il Dieu ?

 

1er juin 2009

Question

Jésus était-il aussi Dieu ou était-il seulement un homme merveilleux et inspiré, plus proche des réalités spirituelles que la plupart des autres hommes ?

 

Réponse

Malheureusement, la manière dont cette question est posée fait qu’on ne peut y répondre simplement.
Il faut savoir ce que vous entendez pas le mot « Dieu » et par un homme « inspiré ».
Le problème vient de la tradition de l’Église qui raisonne toujours en termes dualistes, en opposant Dieu et l’homme, le ciel et la terre, l’âme et le corps, l’esprit et la chair. Cette manière de penser gêne aujourd’hui notre réflexion.
Saint Paul avait bien dit : « Dieu était en Christ ». C’est-à-dire que dans la personne de Jésus on rencontre la présence de Dieu. Ensuite, lorsque les chrétiens ont voulu préciser comment le Dieu qu’ils croyaient au ciel avait pu être présent en Jésus qui était sur terre, ils ont eu un problème ! et c’est justement alors qu’ils ont écrit les évangiles.

Marc, qui écrivait le premier, vers l’an 70, a dit que lorsque Jésus a été baptisé, les cieux s’ouvrirent et l’Esprit de Dieu entra en lui. Le mot « inspiré » que vous avez employé, signifie justement « empli de l’Esprit ».

Matthieu écrivit ensuite vers les années 82-85. Il introduisit l’histoire de la naissance virginale qui signifiait que Dieu est entré en Jésus dès sa conception. Mais ce récit met en question la pleine humanité de Jésus.

Luc, écrivant plus tard vers 88-93 mentionnait lui aussi la naissance virginale mais avec des détails très différents de ceux de Matthieu.

Jean, écrivant à la fin du siècle, vers 95-100, omettait complètement l’histoire de la naissance miraculeuse. Il disait que Jésus était « le Verbe de Dieu », présent dès l’aube de la création et que ce « Verbe » s’était incarné dans un Jésus pleinement humain.

Je trouve que ce cette question est largement inutile. Dieu peut demeurer en chacun de nous. Les premiers chrétiens ont voulu exprimer que Dieu demeurait en Jésus de manière particulièrement réelle et complète.
Prendre à la lettre l’expression « Jésus est Dieu »  est un non sens absolu. Lorsque Jésus priait Dieu, se parlait-il donc à lui-même ? Lorsque Jésus est mort, est-ce Dieu qui est mort ?
Je rencontre Dieu en Jésus. Je rencontre aussi Dieu dans des gens comme vous. La différence, j’en suis convaincu, n’est qu’une question de degré, non de nature.

 

Traduction Gilles Castelnau

 

Retour vers "John Spong"
Vos commentaires et réactions

haut de la page

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.