Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

Spiritualité

 

 

John S. Spong

 

Un Paradis bienheureux
et un Enfer brûlant

 

 

 

20 janvier 2009

Croyez-vous en un Paradis bienheureux et en un Enfer brûlant ?

Croyez-vous en Jésus-Christ comme votre Sauveur personnel ?

.

 

Pour répondre à vos questions il faut d’abord en définir les termes.

Le Paradis bienheureux et l’Enfer brûlant.
Ce vocabulaire est caractéristique de la pensée évangélique. Elle exige en même temps qu’on se définisse par rapport à cette conception. Mais répondre ainsi par oui ou par non reviendrait à accepter d’être prisonnier de ce système de référence que je récuse absolument et à me rendre incapable de vous donner ma réponse - dont je doute d’ailleurs qu’elle vous intéresse réellement. Ceci étant dit, je vais tout de même essayer de répondre.

1. Et d’abord je ne crois pas au Paradis bienheureux et en l’Enfer brûlant dont parlent les évangéliques.
Je crois tout à fait en une vie après la mort et je suis d’ailleurs en train d’écrire un livre sur ce sujet.
Vous considérez le Paradis et l’Enfer comme des lieux de récompense et de punition mais je pense qu’il s’agit là d’une pensée enfantine. Elle fait en effet de Dieu un père qui passe son temps à récompenser les bonnes actions de ses enfants et à punir leurs fautes. Considérer Dieu comme un juge surnaturel va à l’encontre de tout ce que je crois de lui et de la vie humaine.

Si l’on fait le bien dans l’espoir de la récompense du Paradis ou d’éviter la punition de l’Enfer c’est que l’on ne s’est pas libéré de l’égocentrisme humain fondamental et que l’on n’est motivé que par son propre intérêt.
La vie chrétienne est centrée sur l’union avec le prochain et non pas centrée sur soi-même, sur le désir de récompense et la crainte du châtiment.

L’Enfer brûlant n’est pas une doctrine centrale du christianisme. Elle ne se trouve guère en dehors de l’Évangile de Matthieu ou de l’Apocalypse. Paul, Marc, Luc et Jean n’en parlent pratiquement pas. Mais les évangéliques n’étudient pas suffisamment la Bible pour en prendre conscience. Finalement ils parlent de la Bible mais ils ne la connaissent guère.

 

2. Croire en Jésus-Christ comme Sauveur personnel
Ce vocabulaire évangélique stéréotypé ne me parle pas. Définir Jésus comme un Sauveur implique que la vie humaine est pécheresse, déchue, sans espoir. C’est récupérer l’ancien mythe qui disait que l’homme a été créé parfait et que sa chute dans le péché nécessite qu’il en soit sauvé. On croyait cela avant de comprendre la doctrine de l’évolution. La vie a évolué pendant des milliards d’années jusqu’à devenir l’humanité. La question n’est pas que nous sommes tombés d’une perfection primitive dans l’état de pécheurs dont nous avons besoin d’être sauvés. La question est que nous devons être capables de devenir ce que nous n’avons encore jamais été, c’est-à-dire de véritables êtres humains.

La conception selon laquelle j’aurais besoin d’un sauveur personnel qui me sauverait d’une chute que je n’ai jamais faite et me rendrait à un état que je n’ai jamais eu me semble n’avoir, aujourd’hui, aucun sens.
C’est parce que nous ignorons ce qu’est réellement la vie humaine que nous ne saisissons pas le rôle de Jésus.
Je comprends Jésus comme le pouvoir de l’amour qui nous rend capables d’être plus profondément et plus pleinement humains.

Vous voyez bien que je ne peux pas entrer dans vos questions.
Je regrette, mais le vieux vocabulaire évangélique que vous utilisez est complètement périmé et il me semble déformer le message chrétien tel que je le comprends.

 

Traduction Gilles Castelnau

 

Retour vers "John Spong"
Vos commentaires et réactions

haut de la page

 

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.