Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

L'évêque J. Spong

 

Question

La Bible et les enfants

 

A l'école biblique et au catéchisme on enseigne aux enfants les histoires d'Abraham et Sarah, de Noé, de Moïse, du roi David etc. Mon fils de six ans m'a demandé comment Noé avait pu faire entrer les dinosaures dans son arche. Il se demandait aussi s'il avait fait entrer un couple de chaque animal ou sept et si les dinosaures existaient avant la « création ».

Il m'a paru évident que l'aspect symbolique du récit et la recherche de sa signification avaient disparu au profit de ce qui était devenu simplement une bonne histoire.

Il en va de même avec les textes du Nouveau Testament, notamment pour les miracles de Jésus détachés de toute réflexion historique et critique.

L'idée que la Bible est une recherche, divinement inspirée, de la condition humaine, des relations des hommes les uns avec les autres et avec Dieu, dépasse sans doute le niveau de compréhension des jeunes enfants.

Les statistiques disent qu'ils abandonnent l'Église à l'adolescence, comme un acte d'autonomie et s'ils y reviennent c'est précisément pour l'instruction de religieuse de leurs propres enfants. Mais ils n'ont pas dépassé leur foi d'enfant de l'école du dimanche, ce qui convient surtout aux conservateurs et aux fondamentalistes. Mais évidemment ce n'est pas bon pour le christianisme.

 

.

 

Réponse

 

Évêque John Spong

 

6 janvier 2006
Je trouve votre analyse tout à fait juste
. Je pense comme vous que si l'on essaye d'enseigner aux jeunes enfants que « la Bible est une recherche, divinement inspirée, de la condition humaine, des relations des hommes les uns avec les autres et avec Dieu », ils ouvriront de grands yeux ronds !

Franchement, j'en ferais moi-même autant. Ce n'est pas ce que j'enseignerais.

Les enfants sont habitués aux mythes et aux histoires qui ont un sens symbolique.

(Ici John Spong donne des exemples de contes anglais pour enfants analogues aux contes de Perrault qui permettent de comprendre des données universelles de la nature humaine).

Ne pourrions-nous pas expliquer à nos enfants que la Bible est faite de cette sorte de récits.

L'histoire de la tour de Babel parle de notre désir d'être unie à Dieu.

Celle de la naissance miraculeuse de Jésus veut rendre compte de notre sentiment que l'humanité seule ne saurait produire une puissance comme celle qui animait Jésus.

Pâques proclame que la mort elle-même est vaincue par la vie et l'amour que l'on reçoit de Jésus.

Les récits de miracles expriment l'espérance que c'est le Royaume de Dieu qui a été entraperçu en Jésus. Les miracles étaient le signe de ce Royaume.

L'Ascension ne veut pas dire que Jésus a été propulsé dans le ciel. Elle dit notre conviction que Jésus ne peut pas être séparé de Dieu et que, par conséquent, si Dieu demeure au ciel, Jésus va l'y retrouver.

Notre problème est que l'on est toujours tenté de lire la Bible comme un récit historique alors qu'elle ressemble plutôt à une galerie de portraits peints par des artistes juifs.

 

Je pense depuis longtemps que nous devons instruire d'abord les adultes si nous ne voulons pas perpétuer sur la génération prochaine la désastreuse lecture fondamentalistes de la Bible.

La religion a besoin de certitude mais lorsqu'elle s'imagine l'avoir trouvée, elle sème les graines de sa propre destruction.

Si l'Église veut vivre au 21e siècle, elle doit s'affronter au problème que vous présentez si bien.

Et je serais intéressé de publier ici les expériences de tous ceux qui pensent avoir trouvé des solutions.

 

 

Traduction Gilles Castelnau

 

 

Retour vers "John Spong"
Vos commentaires et réactions

haut de la page

 

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.