Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

Spiritualité

 

Lettres d'un évêque épiscopalien

 

John S. Spong

 

Si Dieu est amour
pourquoi le mal ?

 

Pourquoi y a-t-il des tremblements de terre, des famines et des guerres ?

 

12 novembre 2003
Cette question a toujours tourmenté les croyants
et une réponse définitive n'en a jamais été trouvée.
Le dilemme est le suivant :
Si Dieu est tout-puissant, il est immoral de permettre les catastrophes et s'il est amour il n'est pas tout-puissant.

La solution me semble se trouver dans la conception que l'on se fait traditionnellement de Dieu. On la nomme « théisme ».
Le « théisme » considère Dieu comme un Être suprême, surnaturel et tout-puissant, qui demeure « au ciel », c'est-à-dire à l'extérieur du monde et qui intervient de temps en temps pour accomplir sa volonté.

C'est cette idée-là qui rend le problème du mal insoluble car si Dieu a le pouvoir d'arrêter les catastrophes, il est impensable qu'il ne le fasse pas.

Cette notion de Dieu est en train de perdre toute crédibilité et de disparaître tout simplement. D'autant plus que les progrès de la science nous ont fait comprendre que les lois naturelles ne sont pas l'objet d'interventions surnaturelles.

Ce n'est pas évidemment pas Dieu qui est immoral ou indigne de foi, mais la doctrine « théiste », parfaitement immorale, qui a largement perdu sa crédibilité et que les hommes ont raison de ne plus admettre.

Il nous faut repenser notre conception de Dieu en dépassant ce « théisme ». Ce sera la grand tâche de l'Église au 21e siècle et il est tout à fait regrettable que l'on n'y dépense pas davantage d'énergie. La paresse intellectuelle est la mort de l'Église. Les violons jouent pendant que le bâtiment brûle !

 

Traduction Gilles Castelnau

 

Retour vers la page d'accueil
Retour vers "John Spong"
Vos commentaires et réactions

haut de la page

 

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.