Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

John Spong

 



La foi


 

John Shelby Spong

 

traduction Gilles Castelnau

 

 

27 novembre 2021

Question

Qu’entend-t-on par le mot « foi » ? Certains nous qualifient d’anti-intellectuels ridicules car ils disent que nous croyons des choses non-crédibles, en des choses contraires à l’évidence.

 

Réponse de l’évêque John Spong

(écrite en décembre 2011)

Dans la Bible, la foi a plus à faire avec l’attitude de confiance qu’avec des croyances. Cette confiance n’était pas la conviction que tout se passerait bien mais que, quoique le lendemain apporte, Dieu y serait présent. C’est ainsi que l’auteur de l’épitre aux Hébreux écrit : « c’est par la foi qu’Abraham partit d’Ur en Chaldée » pour former une nouvelle nation en un nouveau lieu. C’est « par la foi » que Moïse abandonna la terre connue de l’Égypte pour l’inconnu du désert.

C’est plus tard, dans l’histoire de l’Église, que la foi fut connectée à la croyance en certaines affirmations. On commença à dire que les credo étaient des expressions de « la Foi ». C’était, en fait, de l’idolâtrie, car on a alors prétendu que les credo, les doctrines et les dogmes étaient en fait l’assertion humaine et ecclésiastique du mystère et des merveilles de Dieu. Comme si ceux-ci pouvaient réellement être emprisonnés dans une expression créée par l’homme.

Une telle pratique a aussi entrainé le développement d’un impérialisme religieux qui déboucha finalement sur l’Inquisition, les persécutions religieuses, les guerres de religion et bien d’autres maux encore.

Au mieux, les credo peuvent indique le mystère de Dieu. Ils ne sont pas et n’auraient jamais dû être utilisés comme des camisoles de force que l’on nous imposerait de revêtir en prétendant qu’ils ont capturé la vérité de Dieu.

Le premier credo de l’Église n’avait que trois mots : « Jésus est le Christ ». Il signifiait que la puissance transcendante de la divinité était engagée dans la vie de Jésus et qu’on l’y rencontrait. Il me semble qu’aujourd’hui encore, il est le meilleur credo jamais formulé par l’Église.

Personnellement je définis la foi comme « avoir le courage d’être. »

 

 

 

haut de la page

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.