Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

John Spong

 

 
Être chrétien au 21e siècle

sans être fondamentaliste


Un évêque repense le sens des Écritures

 

Extrait du livre « A New Christianity for a New World »   (2001)

 

John Shelby Spong

Traduction Gilles Castelnau

 

15 août 2018

Entre 1910 et 1915, en réaction à la critique biblique et à la doctrine de l’évolution de Charles Darwin, un groupe de chrétiens conservateurs a publié une série de pamphlets sous le titre : « les Fondements ». Et le nom de « fondamentalisme » est entré dans le vocabulaire religieux pour définir des croyances littérales.

Les pamphlets affirmaient l’autorité mosaïque du Pentateuque, l’autorité davidique sur les Psaumes et la précision historique des prophéties bibliques prédisant certains événements de la vie et de la mort de Jésus-Christ.
Toutes ces thèses ont été successivement dénoncées par les biblistes modernes.

Ils soutenaient le précision littérale de cinq thèses qu’ils nommaient « les fondements du christianisme ».

Les récuser ou simplement les mettre en question était considéré comme hérétique et même comme acte d’apostasie. Ces cinq thèses étaient les suivantes :

.1. L’nspiration de l’Écriture en faisant la Parole de Dieu littérale et révélée.
.2. La naissance virginale du Christ manifestant sa nature divine de manière miraculeuse et littérale.
.3. Le sacrifice substitutif du Christ portant nos péchés à notre place sur la croix.
.4. La certitude de la résurrection physique de Jésus, de la vérité historique des récits du tombeau vide et des apparitions.
.5. La vérité du retour en gloire du Christ à la fin du monde, la réalité du Jugement dernier individuel et l’éternité du paradis et de l’enfer.

Je trouve que ces « fondamentaux » ne sont pas seulement naïfs mais absolument inacceptables. D’ailleurs aucun d’eux n’est plus soutenu par aucun théologien reconnu.

Il est vrai que l’Écriture est pleine d’exemples culturels que nous avons abandonnés depuis longtemps et de modèles de conduite que nous considérons aujourd’hui comme contraires à la morale.
Des concepts comme la naissance virginale, la résurrection physique ou le Retour du Christ en gloire sont regardés de nos jours comme des expressions symboliques qu’il faut comprendre sur le plan théologique et non matériel et historique.
Le salut apporté par le sacrifice substitutif du Christ est devenu grotesque d’une part en raison de l’inacceptable idée d’un Dieu exigeant pour le salut des hommes que soit versé le sang d’un sacrifice humain et d’autre part la conception également absurde d’une humanité déchue et dépravée.

Le fait que de telles idées persistent chez certains chrétiens tend à rendre la foi chrétienne incroyable pour moi et pour un nombre incalculable d’autres gens.
L’essence du christianisme n’a rien à voir avec de telles affirmatons.

.

je suis chrétien.

J’ai servi l’Église pendant 45 ans comme diacre, prêtre et évêque et désormais en retraite, je continue à la servir de plusieurs manières.
Je crois que Dieu est vrai et que je vis fondamentalement enraciné dans la Réalité divine.
Je nomme Jésus mon Seigneur. Je crois qu’il a fait connaître et incarné Dieu de manière unique et forte dans l’histoire humaine et dans la mienne.

Je crois que ma vie a été impactée de manière radicale par la vie de Jésus et surtout par sa mort et particulièrement par l’expériene de Pâques que les chrétiens nomment Résurrection.

Une grande partie de mon ministère a été occupée par le désir de comprendre cet impact et d’inviter les autres à vivre ce que je peux seulement appeler « l’expérience du Christ ».
Je crois qu’en ce Christ je trouve un fondement au sens de la vie, à l’éthique, à la prière, au culte et même à l’espérance de la vie au-delà des frontières de ma vie présente.

Je veux que mes lecteurs sachent qui je suis, moi qui écris ces lignes. Je ne veux pas que l’on puisse m’accuser de démolir les vérités traditionnelles toutes faites. Je me définis avant tout et surtout tout simplement comme un croyant chrétien.

 


Retour vers "John Spong"

Vos commentaires et réactions

haut de la page

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.