Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

Spiritualité

 

John S. Spong

 

Théiste

 

24 mai 2016

Traduction Gilles Castelnau

Question

Je suis un pasteur retraité de 79 ans, de l’église des Disciples du Christ. Vos livres ont structuré positivement ma foi et toute mon évolution spirituelle. Comme vous, j’ai apprécié l’influence de l’évêque John Robinson de l’Église d’Angleterre.

Il a dit que la différence entre l’humanisme et le christianisme était celle-ci l’humanisme dit que l’Amour devrait être la règle de vie de l’univers alors que le christianisme dit qu’en Christ, nous voyons que c’est le cas.

Plus je prends de l’âge, moins je suis capable de croire que « l’Amour est la règle de vie de l’univers ». Mes observations m’amènent à dire que l’univers est indifférent à la vie humaine. Je pense que c’est à nous, les humains, qu’il revient de faire en sorte que l’Amour soit la règle de la vie et que c’est une chose que les humanistes et tous les hommes de bonne volonté peuvent faire aussi bien que les chrétiens.

Suis-je simplement un négateur de l’existence d’un Être suprême extérieur à l’univers ou en fait un négateur de tout « Dieu », de toute « puissance supérieure » distincte des êtres humains ? Suis-je un chrétien ou (seulement) un humaniste ?

 

 

Réponse

John Spong

 

Merci pour votre lettre et pour votre ministère. Merci aussi d’avoir rappelé le nom de mon ami et maître John Robinson.
Si l’on définit Dieu comme un être extérieur au monde comme vous semblez le faire, l’idée que « l’univers est indifférent à la vie humaine » surgit forcément du fait que cette définition théiste de Dieu est désormais morte.

Paul Tillich a proposé de ne plus penser à Dieu comme une divinité surnaturelle intervenant de l’extérieur dans l’univers, mais comme le « Fondement de l’Être », la « Source de la Vie » et la « Source de l’Amour ».

On peut dès lors se demander si l’être, la vie et l’amour ne sont pas des manières de désigner la nature de la réalité et donc de Dieu.

C’est une approche très différente. Je ne vois aucune preuve que Dieu ait pu ou ait voulu calmer les vents du cyclone qui a ravagé la Nouvelle Orléans pour en épargner le peuple ou interrompre le mouvement des plaques tectoniques pour empêcher le tremblement de terre de Haïti. Dans ces deux cas il est vrai que la nature et l’univers semblent tous deux « indifférents » à la vie humaine.

Mais si nous regardons le cœur de l’univers, nous découvrons bien un élan irrésistible vers la vie. Sans cet élan comment, à l’origine, la vie aurait-elle émergé de la matière brute ?

Lorsqu’on regarde toutes les formes de la vie de la nature, des plantes aux arbres, des insectes aux reptiles et aux mammifères, on constate que tous sont animés du désir de survivre. C’est ainsi que la vie a pu se développer depuis une unique cellule, il y a 3,8 milliards d’années, jusqu’à l’extrême complexité des êtres humains que nous sommes aujourd’hui animés de la conscience.

Dans ce cheminement de la vie, c’est la présence de ce que nous appelons aujourd’hui l’amour qui semble avoir été le catalyseur de la vie à chacune de ses étapes, bien que ce terme n’ait pas été utilisé jusqu’à ce que la prise de conscience en soit faite. On n’est pas toujours conscient de la présence de l’amour. Il est parfois une attitude instinctive.

N’est-ce pas cependant l’amour qui pousse l’oiseau à quitter son nid pour allez chercher de la nourriture pour ses petits ? N’est-ce pas l’amour qui pousse le chat à lécher ses chatons nouveau-nés et la vache son petit veau ? N’est-ce pas l’amour qui anime notre humanité ? Pourrait-on être humain sans amour ?

Si Dieu est le nom du dynamisme de l’univers qui nous conduit à la vie, à l’amour et à l’être, et si Dieu se manifeste en nous lorsque nous dépassons nos propres limites et aimons au-delà de nos peurs, Dieu n’est-il alors pas présent en ce que nous sommes, en notre humanité ? Dieu serait-il séparé de notre vie, de notre amour et de notre être ? N’est-ce pas là le Dieu que nous contemplons dans la vie de Jésus – celui qui a vécu pleinement, a aimé complètement et qui a eu le courage et la force d’être tout ce qu’il avait à être ?

Si Dieu est « un être » séparé de nous, nous devons trouver des mots comme « incarnation » pour désigner son entrée dans l’histoire humaine. Mais si Dieu est le Fondement de l’Être, il est intérieur à tout ce qui est, et nous pouvons le connaître dans tout ce qui renforce la vie, augmente l’amour et accroît notre capacité à être.

Vous avez donc raison de penser que c’est à nous, êtres humains, d’organiser le monde et de faire de l’amour le principe directeur de nos vies. Mais en parlant ainsi vous êtes passé de l’idée de Dieu comme « être » à celle de Dieu comme « l’Être même », le « Fondement de l’Être ». Tout ce que vous avez à faire maintenant est d’en prendre conscience.

Un athée est quelqu’un qui récuse la définition théiste de Dieu mais ne dit pas forcément qu’il n’y a pas de Dieu. Alors quand vous vous demandez si vous pouvez être non-théiste et croire néanmoins en Dieu ou si vous pouvez être non-théiste et être pourtant chrétien, à ces deux questions je répondrai un « oui » affirmatif.

Mais quel dommage que l’Église chrétienne, dans la plupart de ses institutions, ait été incapable de dire ces choses de manière un peu claire.

 

 

Retour vers "John Spong"
Vos commentaires et réactions

haut de la page

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.