Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

Spiritualité

 

John S. Spong

 

La liturgie de l'Église

 

 

 

16 octobre 2015

Question

J’ai lu Le Mythe de l’Éternel retour de Mircea Eliade. Que pensez-vous de son idée que les rites religieux sont analogues aux pratiques primitives datant de l’époque où Dieu était physiquement présent ?

 

Réponse


Il me semble évident que la liturgie de l’Église avait plus de sens pour nos ancêtres qu’elle n’en a aujourd’hui pour nous. Le fonctionnement de la vie de l’Église a pour but de manifester l’œuvre de Dieu en notre faveur. La raison pour laquelle son langage religieux nous semble tellement incompréhensible est qu’il se réfère à une conception théiste de Dieu qui est morte avec Galilée au 17e siècle et qu’il faudrait renouveler. Mais la plupart des gens ne savent pas comment parler de Dieu autrement et l’ancien langage subsiste malgré tout.

C’est l’œuvre de Paul Tillich, qui est, à mon avis, le plus grand théologien du 20e siècle, de libérer les gens de l’image d’un Dieu qui serait un Être demeurant quelque part au ciel au-dessus de la terre, possédant des pouvoirs surnaturels, s’occupant des choses qui nous dépassent et faisant ce que nous ne pouvons pas faire nous-mêmes.
Nous avons fait de Dieu un « Être » créé à notre image mais ignorant nos limites. Nous établissons une relation avec cette idole que nous avons fabriquée et nous disons que si nous sommes assez bons ou assez croyants, Dieu fera ce que nous lui demandons. C’est une attitude tout à fait infantile.

Tillich ne dit pas que Dieu est un « Être » mais « le fondement de tout être », ce qui est fort différent.

Il nous faut maintenant redécouvrir la dimension infinie de notre existence. Rechercher l’union avec Dieu sans attendre de lui des interventions magiques. Ceci n’est pas différent de ce qu’Eliade disait, mais cela va sans doute un peu plus loin que ce qu’il pouvait penser en son temps. Nous bâtissons notre maison sur le fondement que nos prédécesseurs ont établi et nous devons donc leur être reconnaissants.

 

Traduction Gilles Castelnau

 

Retour vers "John Spong"
Vos commentaires et réactions

haut de la page

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.