Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

Spiritualité

 

 

Ce que je célèbrerai à Pâques

 

What I will celebrate on Easter morning

 

John S. Spong

 

Traduction Gilles Castelnau

 

 

1er avril 2015

L’impact de la vie de Jésus sur ses disciples a été si intense qu’il n’a tout simplement pas disparu après sa mort. Ils ont continué à mettre en lumière de nouvelles dimensions à ce qu’il signifiait. La cruauté humaine de sa croix n’avait pas pu détruire sa vie, aucune barrière ne pouvait entraver son amour.

Jésus avait accueilli les exclus, qu’ils soient lépreux, Samaritains, païens ou femmes adultères.
Son ministère ne s’arrêtait pas aux frontières établies par la religion. Il se permettait de toucher une femme atteinte d’une perte de sang.
Il enseignait qu’aucune règle religieuse n’avait de valeur tant qu’elle ne valorisait pas la vie humaine.

Ses disciples ont trouvé en lui une vie qui reflétait la Source de la Vie, un amour qui reflétait la Source de l’amour et l’être qui reflétait le Fondement de l’Être. Ils se sont donc dit qu’ils avaient trouvé en lui tout ce qu’ils pouvaient désigner par le mot « Dieu ».

Il appelait les hommes à une nouvelle prise de conscience, à se libérer des frontières sécurisantes, à reconnaître qu’au-delà de leur pensée il y a une pensée universelle, que l’on peut vivre ce que Paul appelait la « glorieuse liberté des enfants de Dieu ». Il montrait qu’alors on est libéré des luttes humaines et que l’on commence tout simplement à être.

Et les disciples ont compris que c’était cela Pâques et la résurrection. Et que Jésus ouvrait à cette nouvelle dimension de vie.

Sensibles à la puissance de cet exemple, ils sont entrés dans cette vision et ont vécu la résurrection. C’est alors qu’ils ont compris que Dieu vivait en eux, qu’ils vivaient en Dieu et que plus rien n’était désormais comme avant.

Rien de cela ne s’est produit le troisième jour. Il ne faut pas prendre cette affirmation à la lettre. La naissance d’une nouvelle manière de penser ne survient jamais rapidement.

Ils ont dit que Jésus était la porte, le chemin menant à la vie et ils l’ont suivi dans cette prise de conscience éternelle. C’était, bien sûr, réel. C’était, bien sûr, inexprimable. Les mots maladroits qu’ils ont utilisé pour dire cette expérience ont évidemment été transmis à la lettre de manière à être fidèlement conservés.

Mais toute compréhension d’une idée à la lettre détruit cette idée, déforme sa signification et falsifie finalement la vérité. « Voici, je vous dis un mystère, disait Paul » (I Co 15.51). Et je me demande pourquoi on ne pourrait pas permettre au mystère de demeurer un mystère !

Paul disait aussi : « Aujourd'hui nous voyons au moyen d'un miroir, d'une manière obscure » (I Co 13.12). Mais nous voyons quand même et ce que nous voyons est que lorsque nous avons le courage de dépasser les limites de la vie, nous pénétrons dans le mystère de Dieu. C’est alors que Pâques commence.

 

 


Retour vers "John Spong"

Vos commentaires et réactions

haut de la page

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.