Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français


 

Comme un oiseau

l’illusion des suprémacistes blancs

 


Like a Bird
The Self-Delusion of White Supremacists



Carl Krieg

professeur et pasteur à Norwich, Vermont, États-Unis

 

traduction Gilles Castelnau


20 février 2021

En 1841, le philosophe allemand Ludwig Feuerbach a écrit : « si les oiseaux avaient un Dieu, il serait la plus parfaite créature ailée. » Les humains font comme ces oiseaux : ils créent des Dieux à leur image et ceux-ci, à leur tour, assument les caractéristiques de leurs créateurs humains.

L’Église chrétienne blanche d’aujourd’hui présente au monde un Sauveur aux yeux bleus et aux longs cheveux bruns, grand et propre, vêtu d’une longue robe blanche, portant un agneau dans ses bras, le regard fixé sur un large horizon.
C’est le Jésus que l’on m’a décrit quand j’étais enfant. La réalité est certainement bien différente. Jésus ne devait être ni très grand ni très gros, avec le visage un peu sombre une barbe et des cheveux comme celles de tous les Juifs de son temps.

Il faut nous demander si, malgré la résurgence du suprématisme blanc, la simple vérité historique nous oblige à accepter cette nouvelle idée.
Si nous sommes si facilement capables de créer Dieu à notre propre image, il n’est pas moins vrai que nous imaginons aussi qu’il se comporte comme nous l’attendons de lui. Dieu serait-il toujours de notre côté à nous Américains, puisque « in God we trust » (En Dieu nous mettons notre confiance) et que nous sommes « une nation chrétienne » ?

Ce qui est vrai au niveau national l’est aussi au niveau individuel. Nous voulons que le Dieu que nous avons créé fasse ce pourquoi nous l’avons créé.
Par exemple le Bon Berger de mon enfance qui recherchait la brebis perdue et la portait dans ses bras, se devait évidemment d’être un réconfort pour nous. Mais alors que nous prétendions que nos dirigeants économiques et politiques devaient être de « bons bergers », nous avons dominé et opprimé bien des brebis.
Le prophète Ézéchiel disait déjà que Dieu s’opposait à de tels « bergers » et qu’il voulait être lui-même un Bon Berger et nourrir le peuple avec justice.

Si Jésus est lui-même le Bon Berger et entend lutter pour la justice et contre l’oppression, nous pouvons nous interroger sur la sorte de « réconfort » qu’il veut nous apporter.

Personne, aucun groupe ne peut prétendre avoir Dieu de son côté. Une telle attitude n’est qu’illusion et aveuglement. C’est certainement le cas des suprématistes blancs : ils créent, à la manière des oiseaux de Feuerbach, Dieu à leur image. Le fait qu’ils se réfèrent à cette image de Dieu depuis longtemps la rend difficile à extirper mais ne la rend pas vraie pour autant. L’ancienneté d’une erreur n’en fait pas une vérité.

Il faut saisir toutes les occasions de dénoncer l’illusion de la suprématie blanche, à commencer par l’image qu’elle véhicule de Jésus et de Dieu et promouvoir à la place l’image éternelle du Dieu d’amour et de justice.

 


Retour vers spiritualité
Retour vers Carl Krieg
Vos commentaires et réactions

 

haut de la page

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : gilles@castelnau.eu
Il ne s'agit pas du réseau Linkedin auquel nous ne sommes pas rattachés.
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque