Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français


 

Que pensait Paul

d'Adam et Ève ?

 



19 novembre 2020

traduction Gilles Castelnau


Question

 

Les juifs lisent l’histoire d’Adam et Ève comme un appel à une vie adulte et responsable. Comment peut-on articuler une telle lecture avec la manière dont le juif Paul en parle dans son épitre aux Romains (chapitre 5) où il semble bien parler du Péché originel et de la Chute ?


Réponse


Carl Krieg


professeur et pasteur à Norwich, Vermont, États-Unis

 

Cette question est celle de savoir si Paul pratiquait une lecture littérale de l’Ancien Testament.
- Premièrement on peut réfléchir à l’idée qu’avait l’auteur yahviste en écrivant son texte de la Genèse. Lui attribuait-il une vérité historique ou non.
- Deuxièmement quelle idée avait Paul en utilisant ce récit ?
- Troisièmement sommes-nous obligés de penser comme le Yahviste et comme Paul lorsque nous cherchons à comprendre qui nous sommes et qui est Dieu ?

- Commençons par la troisième question. Le point central de la vie chrétienne est Jésus de Nazareth, qui il était, ce qu’il a enseigné, ce qu’il a fait et comment aujourd’hui nous pouvons le suivre.
Ce que pensaient le Yahviste ou Paul à leur époque peut nous y aider.
La question de savoir si Paul pratiquait une lecture littéraliste de l’Ancien Testament se pose quand nous-mêmes ne le faisons pas. Et si nos décidons qu’il le faisait, pouvons-nous lui reprocher tout ce qu’il dit ? Autrement dit, la Bible est-elle absolument l’inerrante et décisive Parole de Dieu ?

Il faut d’ailleurs noter que ce concept d’inerrance de la Bible n’a pris naissance qu’après la Réforme protestante du 16e siècle, dans la période dite de l’Orthodoxie protestante.
Je ne suis pas sûr de ce que Paul avait à l’esprit en écrivant Romains 5.

Mais la question est plus généralement : quoi qu’il ait pensé, pouvons-nous avoir été induits en erreur ? Quitte à faire hurler et pleurer les fondamentalistes, tout chrétien ouvert peut se poser la question.

Quantités de membres libéraux de nos églises se sentent obligés de « lutter contre » certains versets bibliques qui leur semblent inacceptables et anachroniques. Personnellement j’ai arrêté de « lutter » pour accorder certains passages bibliques avec la foi en Jésus. J’admets tranquillement que des gens différents à des périodes différentes prennent des positions différentes à l’égard de problèmes différents. Ce n’est pas parce que, dans le cours de l’histoire, quelqu’un – ou un groupe – a placé tel ou tel texte dans « le Livre » que cela lui confère l’autorité absolue.

Le simple fait que la Première Lettre à Timothée dise que les femmes doivent être soumises à leur mari, n’implique pas que nous considérions cette prescription comme commandement de Dieu.
Il en est de même pour les épitres de Paul. Leur grande importance pour le développement de la première Église qui leur a fait attribuer l’autorité de l’Écriture ne nous oblige pas à accepter leurs idées comme volonté de Dieu.
Savoir que Paul ait pratiqué ou non une lecture littéraliste de l’Ancien Testament est moins important que de prendre conscience de la lecture que nous, nous pratiquons.

- Il est néanmoins intéressant - c’est la deuxième question - d’essayer de comprendre ce que Paul pensait en réalité. Je trouve personnellement, tout à fait improbable que Paul ait pu réellement croire que la race humaine ait commencé avec deux personnes nommées Adam et Ève.
Je pense qu’il doit croire que les humains se détournent facilement de leur véritable humanité et que Jésus est venu nous montrer ce que signifie être réellement humain. Adam et Ève en sont les symboles.

- La première question était : que voulait dire le Yahviste avec son histoire du jardin d’Eden ? J’ai développé cette question dans mon article (en anglais) « Eve, Adam, and Self-Transformation ».
L’idée est simple. C’est l’arbre de la connaissance du bien et du mal qui leur est interdit. Ils ne doivent pas se conduire comme s’ils savaient tout. Ils doivent adapter leurs idées à la réalité du monde tel qu’il est. Mais ce n’est pas ce qu’ils font : ils « mangent le fruit ».

Ils symbolisent tout le monde. En effet, chacun de nous développe personnellement son petit « monde » qui ne correspond pas au monde réel qui nous entoure et nous empêche d’aimer notre prochain. En notre âme et conscience, nous en sommes tous plus ou moins conscients ainsi que du fait que Jésus a réintroduit la lumière de Dieu dans notre petit monde auto-créé.

 


Retour vers spiritualité
Vos commentaires et réactions

 

haut de la page

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : gilles@castelnau.eu
Il ne s'agit pas du réseau Linkedin auquel nous ne sommes pas rattachés.
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque