Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Alain Houziaux

Réflexions et poèmes


 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français


ThEologie du process

 



 

Comment concevoir

la présence de Dieu

 

 

Carl Krieg

pasteur et professeur de théologie, Norwich, Vermont, Etats-Unis

 

Traduction Gilles Castelnau




1er mars 2020

Question

J’ai lu que les astronautes estiment a mille milliards le nombre de galaxies observables dans l’univers.
Comment y concevoir la présence de Dieu ?

 

Réponse

Aux temps bibliques on avait une conception du monde en trois étages qui faisait facilement place à Dieu. Dieu était en-haut, le monde inférieur en bas et nous au milieu. Youri Gagarine, le premier cosmonaute russe pensait montrer l’inanité de la pensée religieuse en affirmant qu’il n’avait pas vu Dieu dans le ciel.
On sait aujourd’hui que la Terre est sphérique, n’a ni haut ni bas et que l’univers est au-delà de toute imagination. Il y a sans doute, en effet, mille milliards de galaxies observables dans l’univers mais nous ne connaîtrons jamais un nombre infini d’autres car l’univers est en expansion rapide et leur lumière ne peut pas nous parvenir. Nous demeurerons dans une ignorance totale et éternelle de cette partie inconnaissable de l’univers. Nous ne sommes qu’un minuscule moucheron dans un océan infini.

Cependant la présence de Dieu est aussi proche de nous que notre prochain.
Souvenons-nous d’une des paraboles les plus connues de Jésus :

Un homme lui demanda
- Maître, que dois-je faire pour hériter la vie éternelle ?
Jésus lui répondit :
- Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta force, et de toute ta pensée et ton prochain comme toi-même.
L’homme lui demanda :
- Q ui est mon prochain ?
Jésus lui répondit :
- Un homme descendait de Jérusalem à Jéricho. Il tomba au milieu des brigands, qui le dépouillèrent, le chargèrent de coups, et s'en allèrent, le laissant à demi mort [...] Un Samaritain, qui voyageait, étant venu là, fut ému...
(Luc 10)

Lorsque nous aimons, nous rendons Dieu présent dans notre vie. Et cette manifestation de Dieu représente beaucoup plus que ne le font nos conceptions intellectuelles. Dieu est amour et ceci, nous pouvons le vivre et en être conscient ici et maintenant.

Il y a d’autres manières de trouver une place pour Dieu dans l’univers.
Certains disent que Dieu est la conscience de l’univers.
D’autres disent que Dieu se trouve juste à côté de nous dans une 4e dimension.
Ou dans l’énergie noire de l’espace temps.
Peut-être mais lorsque nous regardons à l’amour, nous faisons mieux que de concevoir Dieu : nous l’incarnons dans notre vie.

La plupart des gens, aujourd’hui et dans notre culture, prononcent de moins en moins le mot « Dieu ». Dans l’Église, on déplore cette tendance au sécularisme qui semble irrésistible, alors qu’elle me semble au contraire bénéfique dans la mesure où elle nous recentre sur la question de qui est Dieu et ce qu’il veut.

Le prophète hébreu Amos l’énonce formellement :

Je hais, je méprise vos fêtes,
Je ne puis sentir vos assemblées.
Quand vous me présentez des holocaustes et des offrandes,
Je n'y prends aucun plaisir.[…]
Mais que la droiture soit comme un courant d'eau,
Et la justice comme un torrent qui jamais ne tarit. (5. 21-24)

La prédication de Jésus s’en fait exactement l’écho et les sécularistes sont tout aussi capables que les religieux de lutter pour la justice.

Il n’est pas besoin de dire « Dieu » quand on a à sa disposition le mot « amour ».
Il n’est pas besoin de concevoir Dieu abstraitement quand on peut tout simplement aimer son prochain.
Lorsque nous plongeons nos regards dans l’infini lointain des étoiles, nous pouvons prendre trois attitudes :
Considérer que l’univers est amoral, qu’il tourne en étant indifférent à tout.
Penser que le mal domine tout.
Dire que tout est baigné d’amour, ce qui est réellement le message de la vie, de la mort et de la nouvelle vie de Jésus : fondamentalement la mort et la destruction sont vaincues et l’amour commande tout.



Retour vers "spiritualité"
Retour vers théologie du process
Vos commentaires et réactions

 

 

ire  

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.