Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français


Progressivechristianity.org



Cris muets

 

The silent cries

 

Ana Gobledale

pasteur de l’Église réformée unie de Salisbury (Angleterre)

 

article paru dans Progressive Voices
bulletin du réseau Progressivechristianity.org
septembre 2019

 

 

Traduction Gilles Castelnau

 

20 décembre 2019

Des statues présentes dans certaines villes décrivent avec courage et sans réticence la réalité de la vie du monde.

 

Josefina de Vasconcellos, Le Poids de leurs fautes

 

Le cri de ce groupe sculpté dans le paisible jardin de la cathédrale de Wells, fait appel à notre attention et nous donne à penser. Cette croix semble lourde et les enfants nombreux.

« Ce groupe nous ouvre au moment où des enfants sans parents chancelant sous le poids de leur croix s’arrêtent pour souffler » écrit la sculptrice.

Le cartel ajoute : « L’artiste représente le crime que le monde d’aujourd’hui commet contre les enfants : Sida, drogue, génocides, abus sexuels, danger des mines, absence de domicile, mortalité infantile, manque d’éducation. »

 

Timothy Schmalz, Représentation de Jésus


Et que dire de cette représentation de Jésus, inaugurée en 2015 au centre de la ville de Dublin, Irlande ?

« Jésus sans domicile fixe couché devant la cathédrale de la Sainte Trinite. Cette sculpture entend nous rendre mal à l’aise, explique Timothy Schmalz l’artiste chrétien canadien – et elle y réussit ! –
Des reproduction de cette statue se trouvent dans plusieurs villes du monde

 

Rowan Gillespie, Famine

Représentation expressive de la Grande Famine irlandaise, sculptée en 1997. Si l’on se promène aujourd’hui à Dublin le long de la rivière, on doit traverser un groupe de gens amaigris et à l’aspect désespéré comme on le faisait en 1854 lors de la grande famine.
Dieu nous parle de milliers de manières différentes et notamment dans les cris muets des pierres grises et froides.

 

Prière possible

 Louer Dieu pour les artistes qui nous éveillent de notre contentement.

Prier développer notre volonté de faire quelque chose qui change la vie des sans domicile, des affamés, des faibles.

 


Retour vers "spiritualité"
Vos commentaires et réactions

 

 

ire  

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.