Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

 


L'amour c'est Dieu


 

 

Gilles Castelnau

 

26 mai 2018


I Jean 3.11, 14-20
Voici le message que vous avez entendu dès le commencement : aimons-nous les uns les autres.
[…]
Nous savons que nous sommes passés de la mort à la vie, parce que nous aimons les frères. Celui qui n'aime pas demeure dans la mort.
Nous avons connu l'amour, en ce qu'il a donné sa vie pour nous ; nous aussi, nous devons donner notre vie pour nos frères.
Si quelqu'un possède les biens du monde, et que, voyant son frère dans le besoin, il lui ferme son cœur, comment l'amour de Dieu demeurerait-il en lui ? Petits enfants, n'aimons pas en paroles et avec la langue, mais en actions et avec vérité.
Par là nous connaîtrons que nous sommes de la vérité, et nous apaiserons notre cœur devant lui ; car si notre cœur nous accuse, Dieu est plus grand que notre cœur, et il sait toutes choses.

I Jean 4.7- 8
Bien-aimés, aimons nous les uns les autres; car l'amour est de Dieu,
et quiconque aime est né de Dieu et connaît Dieu.
Celui qui n'aime pas n'a pas connu Dieu, car Dieu est amour.

 

Quiconque aime est né de Dieu et connaît Dieu.
Celui qui n'aime pas n'a pas connu Dieu, car Dieu est amour.

Au 14e siècle, une béguine de Valenciennes, Marguerite Porète a dit :
« Si quiconque aime est né de Dieu et connaît Dieu et si Dieu est amour alors l’Amour c’est Dieu ».
Cela paraissait trop simple, trop nouveau, trop naturel aux prêtres de l’Inquisition. Ils l’ont emmenée à Paris et l’ont brûlée vive en place de Grève le 1er juin 1310.
Parce qu’elle avait dit : « l’Amour c’est Dieu » et qu'il semblait aux théologiens de l'Inquisition qu'elle dépersonnalisait top Dieu qu'il fallait défiinir comme un Etre tout-pusisant gouvernant la terre.

L’amour c’est bien. Tout le monde n’aime pas entendre parler de Dieu, de religion, de l’église, de la trinité, de morale religieuse. Mais parler de l’amour c’est autre chose. Tout le monde aime en vivre et en entendre parler.
Les adolescents naturellement mais aussi en famille (quand on vit malheureusement une brouille familiale on regrette de ne pouvoir aimer mieux, aimer plus). On aime les bons amis, les moments heureux qui éclairement la vie. Au soir d’une vie active et occupée les gens disent parfois regretter de ne pas avoir pris le temps d’aimer leur entourage davantage et plus pleinement .

Nous avons tous de l’amour et cet amour nous réchauffe la vie. C’est bien. C’est la vie qui monte en nous. Nous devrions penser à approfondir un peu cet amour, le développer, car c’est lui qui nous aide vraiment à vivre.
L'amour c'est la vie et la vie c'est Dieu en nous. Le Dieu créateur de vie qui nous anime.
Notre amour s'enracine dans son Amour, qui est au fond de notre être et qu'il y renouvelle constamment.

Le théologien Paul Tillich disait de ne pas chercher Dieu au ciel, ailleurs, à l'extéieur du monde mais en nous. Dieu est le Fondement de notre être.
Quand il y a amour, quand il y a relation créatrice positive, vivante entre nous, c'est Dieu qui est à l'oeuvre.
Quand on parle d'amour, c'est de Dieu qu'on parle. Même les animaux aiment. Ne disons pas que nou sne croyons pas en Dieu si nous aimosn l'amour.
Cette relation d’amour nous fait pénétrer dans un autre monde que le monde habituel qui est souvent un peu grinçant, un peu amer, un peu énervant, un peu destructeur au fond.

Jean nous y engage. Il dit même :
Nous sommes passés de la mort à la vie, parce que nous aimons.
C’est toute notre existence qui entre dans un autre monde, de tendresse, de paix, d’épanouissement. Non pas seulement lors des moments heureux que nous passons avec les quelques privilégiés de notre entourage mais dans toute notre existence, qui bascule comme par un effet de dominos, de la mort à la vie, à partir du moment où l’on a décidé d’ouvrir globalement et systématiquement notre cœur à l’amour, à un peu de ressenti.

Dans le récit du « Jardin mystérieux » la petite fille désagréable et « que tout contrarie », revit dans la découverte d’un jardin où il y a un rouge-gorge et des fleurs et elle vit désormais heureuse dans un rapport nouveau avec son entourage.
C’est ce qu’aurait dit Jean dans son langage théologique :
Elle est passée de la mort à la vie, parce qu’elle aime.

De la mort à la vie. Il est vrai qu’on ne vit pas vraiment sans compassion, sans un peu de chaleur pour l’existence de ceux que l’on croise. On demeurerait dans un monde de sécheresse, de froideur, de mort, car notre humanité ne pourrait pas s’y exprimer. On pénètre certainement dans le monde de la vie dès qu’on franchit la distance qui nous sépare de notre entourage, qu’on laisse un peu de chaleur animer notre entrain et le rayonnement qui est en nous et ne demande qu’à vivre.
On est passé de la mort à la vie car on s’est libéré du monde de froid de l’aigreur, de la tristesse, du ressentiment, de la culpabilité.

 

Dieu. Alors on parle de Dieu : Cet élan d’amour que ressentons tous, que nous aimons tous, que nous puisons dans les tréfonds de notre cœur, de notre âme, c’est Dieu qui nous fait vivre et transcende notre existence. Notre élan d’amour est beaucoup plus profond qu’une simple émotion sentimentale : il monte du fond de notre être, depuis sa source qui est dans notre âme : Dieu.
 
Il est vrai que notre amour – que nous aimons – manque un peu de force, de dynamisme créateur, d’universalité, d’ouverture politique et sociale.
Pourtant Jésus Christ a bien dit : « Aimer Dieu et son prochain c’est toute la loi et les prophètes » Il n’est pas nécessaire d’y ajouter rien. Mais il est vital de vivre vraiment cet amour.
Si nous en étions davantage conscients, le monde, la politique, la justice sociale, les droits civiques pourraient-il être libérés davantage de leur froid de leur aigreur, de leur tristesse, du ressentiment général, de la culpabilité générale ?

Martin Luther King a dit : « Nous devons découvrir la puissance de l’amour, la puissance libératrice de l’amour. Et si nous le faisons, nous ferons de ce vieux monde un monde nouveau. Et l’amour peut le faire. »
Il y a de la puissance dans l’amour – puisque, Marguerite Porète l’a bien dit, l’Amour c’est Dieu. Ne le sous-estimons pas. Ne restons pas au niveau sentimental de l’amour : il est Dieu.

Que seraient nos familles et nos relations si on considérait que l’amour est force libératrice et créatrice de Dieu ? et que seraient nos voisinages, notre société, nos divers responsables, notre gouvernement, nos entreprises commerciales qui ne seraient plus ni égoïstes ni malhonnêtes.
Marti Luther King a raison, si l’amour est aux commandes, si Dieu est aux commandes, le vieux monde devient un nouveau monde.

Il est vrai qu'il y a des gens qu’on ne peut pas aimer.
C’est tout à fait vrai. Mais il ne faut pas faire de l’amour quelque chose de sentimental, d’émotionnel. « Aimer » dans la Bible ne désigne pas tellement des sentiments. Mais « faire vivre, faire du bien ». Attitude créatrice de vie : c’est ce que fait Dieu.

Les anciens prêtres ont écrit dans le livre biblique du Lévitique :

Si un étranger vient séjourner avec vous dans votre pays, vous ne l'opprimerez point.Vous traiterez l'étranger en séjour parmi vous comme un concitoyen du milieu de vous ; vous l'aimerez comme vous-mêmes, car vous avez été étrangers dans le pays d'Egypte et je suis l'Eternel, votre Dieu. (Lév 19.33)

et le prophète Ésaïe :

Voici le culte auquel je prends plaisir :
Détache les chaînes de la méchanceté,
Dénoue les liens de la servitude,
Renvoie libres les opprimés,
Et que l'on rompe toute espèce de joug ;
Partage ton pain avec celui qui a faim,
Et fais entrer dans ta maison les malheureux sans asile ;
Si tu vois un homme nu, couvre-le,
Et ne te détourne pas de ton semblable.
Alors ta lumière poindra comme l'aurore,
Et ta guérison germera promptement ;
Ta justice marchera devant toi,
Et la gloire de l'Eternel t'accompagnera.
Alors tu appelleras, et l'Eternel répondra ;
Tu crieras, et il dira : Me voici ! (Esaïe 58.6)


Dieu nous aime, Dieu nous bénit et Dieu nous garde tous dans ses puissantes mains d’amour

 

Retour vers "croire aujourd'hui"
Retour vers Spiritualité
Vos commentaires et réactions

 

haut de la page

 

aïe 65

 

 

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.