Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

 


Les paraboles de Jésus le Sage

 

The Parables of Jesus the Sage

Robert Funk

Théologien américain

directeur du Westar Institute et fondateur du Jesus Seminar  en français sur ce site

Voir Gilles Castelnau, Pour comprendre Dieu il faut parler de l’homme

 

traduction Gilles Castelnau

 

26 juillet 2017

Une caractéristique frappante des paraboles est que Jésus n’y mentionne jamais ce que ses disciples de son époque et ses disciples des siècles suivants attendaient qu’il parle.

Il n'y parle pas de Dieu.
Il ne développe pas une doctrine de Dieu.
Il ne parle pas de lui-même.
Il ne parle pas de sa messianité.
Il ne parle pas de sa passion et de sa mort.
Il ne dit pas qu’il va mourir pour les péchés des hommes.
Il ne dit pas que l’histoire va bientôt toucher à sa fin.
Il ne parle pas du Jugement dernier.
Il ne parle pas d’êtres surnaturels, ni de miracles ni même d’exorcismes.
Il ne charge pas ses disciples de constituer une église et d’organiser une mission universelle.

Sur tous ses sujets qui étaient d’un intérêt majeur pour ses disciples de son temps, ceux des générations suivantes et pour les lecteurs d’aujourd’hui des évangiles, il était – et il est – d’un silence surprenant.

Dans ses paraboles, il parle
d’un homme attaqué par des brigands sur la route de Jéricho,
d’un astucieux chef d’entreprise,
d’ouvriers employés dans une vigne,
d’une graine de moutarde,
d’une pièce, de brebis et d’un fils perdu,
d’un trésor caché dans un champ et d’une perle merveilleuse,
de levain à mettre dans la farine,
d’un grand dîner,
de vignerons assassins,
de prière dans le temple,
de riches fermiers,
d’argent confié,
d’un semeur
et d’outres à vin.

Ce sont des histoires banales, quotidiennes, souvent caricaturées ou exagérées avec toujours des issues surprenantes provoquant la discussion.

En se fondant sur les paraboles que Jésus racontait, on pourrait conclure qu’il parlait rarement de religion.

Et si l’on cherche la religion telle que la présentent les histoires qu’il racontait , on la trouve dans les descriptions tout à fait ordinaires d’une femme portant une jarre sur la tête ou d’un fermier conduisant un âne sur le chemin.

Les évangiles nous montrent la religion de Jésus mais on en a fait une religion au sujet de Jésus. Il n‘est pas évident du tout que Jésus soit en fait concerné par la religion

 

Retour vers "connaissance de la Bible"
Retour vers Spiritualité
Vos commentaires et réactions

 

haut de la page

 

aïe 65

 

 

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.