Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

 

 

Textes liturgiques

pour le culte

 

 


 Collectionnés par Gilles Castelnau

Voir aussi :

Transcriptions du Notre Père

Confessions de foi

Textes liturgiques pour un enterrement

Alain Arnoux Liturgies de culte

 

 

Salutation

• La force qui vous conduit, la sagesse qui vous dirige vous sont données avec l’énergie qui vous soutient et la paix qui vous affermit

• Notre Dieu, le Puissant, l’Origine et l’Accomplissement de toute chose, vous accueille pour que votre vie soit paisible et votre cœur épanoui.

• Si vous marchez dans la nuit, si la vie est obscure autour de vous, si votre avenir est incertain et votre présent douteux, si vous avez peur… écoutez alors la très ancienne et très noble parole d’espérance et obéissez-lui : la joie et la vie, la force et le courage vous sont donnés par celui dont la Présence monte en vos cœurs.

• Frères et sœurs, la présence de Dieu est partout dans le monde et parmi les hommes, parmi tout ce qui respire. Le Seigneur est avec nous.

L' adoration qui va avec : Notre culte a pour but de nous rendre sensible à la présence de Dieu partout et toujours. parmi tous les hommes, parmi tout ce qui respire parmi nous et en nous.

 

 

Adoration

• De même que dans l’aridité du désert, il y a la fraîcheur des oasis, où l’on boit l’eau de la source,
de même dans l’agitation de nos vies, comme un désert où Dieu est oublié
il y a célébration du culte, où ensemble nous nous approchons de la source : Dieu

• Le chemin de Dieu est votre chemin
Le bouclier de Dieu vous protège
La compagnie de Dieu vous rassure, vous défend du mal.
Et les anges du ciel se tiennent à vos côtés.

• Dieu marche avec vous sur votre chemin.
Il vous accompagne, il vous encourage, il vous soutient.
Les anges du ciel volent autour de vous.
N’ayez pas peur, soyez courageux, soyez heureux.

• O Dieu, créateur du monde
Ouvre nos yeux à sa beauté
Ouvre nos esprits à l’émerveillement
Ouvre nos oreilles aux autres
Ouvre nos cœur à ta présence

• Béni soit l’homme qui s’appuie sur Dieu.
Dieu sera son appui.
Il sera comme l’arbre planté près des eaux qui pousse ses racines vers la fraicheur du courant.
Quand vient la chaleur, l’épreuve, l’angoisse son feuillage reste vert, sa foi et son espérance intacts.

• O notre Père, nous voici devant toi, recueillis et prêts à puiser au plus profond de nos cœurs la paix et l’harmonie, l’élan et la force dont nous savons que tu nous les renouvelles toujours, toi qui es à la source de toute vie.

• Nous avons un rêve, un rêve enraciné dans l’Écriture :
Les montagnes seront abaissées et les vallée élevées.
Les montagnes de l’injustice, des droits de l’homme bafoués, de l’oppression seront abaissées
et s’élèveront les vallées de la justice, de l’humanité, de la fraternité.
Les amertumes et les divisions entre les hommes s’effaceront, les murs tomberont, l’harmonie s’établira.
La confiance et la paix règneront,
Les ventes d’armes diminueront,
L es ressources seront davantage partagées
L’autre sera devenu un frère que l’on aimera car on aura pris conscience qu’il est aimé de Dieu.
En vérité, nos rêves enracinés dans l’Écriture seront devenus vrais.
Garth Hewitt

• Quelqu’un auprès de toi se tient en sentinelle, plus tôt que toi, Il s’éveille en ta demeure.
Il comprend mieux que toi-même tes rêves et tes secrets.
Il voit celles et ceux que tu croises et qui ont mal, même si tu gardes les yeux fermés,
Il pardonne à ta place celles et ceux que tu juges.
Il te conserve sa force quand tu crois que rien ne vaut la peine,
Il entend tes soupirs quand tout va mal pour toi.
Appelle-le si tu penses à lui.
Et si tu l’oublies, appelle tout de même.

• Béni sois-tu, Dieu de l’univers,
Toi qui as créé notre planète bleue, comme aussi les étoiles, les galaxies
Et toute l’énergie cosmique.
Toi dont la vie monte en nous, comme elle monte en tous les hommes de bonne volonté et aussi en tout ce qui respire.
Nous venons ici pour te prier et nous laisser emplir de ton Esprit,
Afin de mieux vivre la semaine qui vient.
Souffle-le en nous, cet Esprit de vie et de paix et renouvelle en nous ta présence.
Au nom de Jésus-Christ, amen.

• Nous voici, ô notre Père. Certains ont une vie de lumière Et d’autres tatonnent dans les ténèbres.
Tu es présent dans la lumière, tu es présent dans nos ténèbres.
Et rien ne peut nous séparer de l’amour que tu nous a manifesté en Jésus-Christ.
Et tu as dit que tu serais avec nous jusqu’à la fin du monde.

• Nous voici, ô Père, rassemblés en ta présence, chacun de nous, avec sa vie que tu connais.
Chacun de nous, avec son passé, vient vers toi.
Toi qui es le Père de tous et de chacun,
Chacun avec sa vie que tu connais et son passé.
Ouvre nos cœurs à ta Présence nous t'en prions. Amen

• O notre Père, Tu vois que certains d’entre nous vivent une période heureuse de leur vie, pleine de plaisirs et de sourire.
Tu vois que d’autres sont pleins d’amertume, de rancœur, d’anxiété.
Tu vois que d’autres encore sont fatigués par la vie, ont besoin de repos.
Tu nous accueilles tous, tu viens à nous tous. et nous sommes heureux de venir à toi. O Père,
Nous t’en prions, accueille ceux d’entre nous qui sont dans leur période heureuse, pleine de plaisir et de sourire.
Accueille ceux qui sont pleins d’amertume, de rancœur et d’anxiété.
Accueille ceux qui sont fatigués, qui ont besoin de repos.
O Dieu qui accueilles tous les hommes, qui nous acceptes tous, nous sommes heureux de venir à toi.
(St Stephen’s methodist church, Oklahoma)

• Dieu ma vie. Tu es la paix sur mes erreurs, la force dans l’épreuve.
Tu es ma lutte contre la mort, la source de ma vie, tu es la source de mon chant, tu es le feu qui m’a saisi.
Dieu qui es ma joie ! tu as fait de ma pauvreté ta demeure de silence, où chacun peut adorer le secret de ta présence.

• Ce n’est pas le repos (la paix) que nous cherchons, c’est le visage de celui qui donne le repos. (Grégoire de Narek).

• Dieu notre père, il n’est pas de ténèbres que tu ne puisses chasser.
Il n’est pas de nuit qui ne trouve en toi son matin.
Sûrs de ta Parole, permet-nous cette prière :
que notre foi reste paisible au milieu des troubles, portés et renouvelés par Esprit créateur.

• Loué sois-tu, ô Dieu, toi le consolateur, toi qui apaises les esprits tourmentés,
toi qui sèmes la joie dans les cœurs affligés,
tu fais germer le sourire sur les lèvres crispées et fleurir les chansons au sein des opprimés ;
c’est toi qui nous feras transporter les montagnes pour danser avec elles au milieu de ta fête !
Loué sois-tu, ô Dieu, ton nom est grand sur toute la terre.

 

 

Volonté de Dieu

• Ouvrons nos cœurs, frères et sœurs, à la présence de l’Esprit de Dieu qui fait monter en nous
la foi d’Abraham,
la fidélité de Moïse,
la sagesse de Salomon,
la patience de Job,
le courage d’Élie,
la persévérance de Jérémie
l’enthousiasme de Pierre
l’espérance de Paul
et par dessus tout l’amour de Jésus
maintenant et pour toujours.
                  d’après Rodney Pope, Langport, Somerset.

• Dieu est votre père et votre sauveur.
Puisqu’il lui a plu de vous conserver par sa grâce pendant la semaine qui vient de finir
Et jusqu’au début de cette nouvelle semaine
Employez-la tout entière à son service.
Ne pensez rien, ne dites rien, ne faites rien
Qui ne soit pour lui plaire et obéir à sa sainte volonté
Afin que toutes vos actions se rapportent à la gloire de son nom et au salut de vos frères.
Et de même que pour cette vie terrestre Il fait luire son soleil sur le monde
Qu’il éclaire aussi votre intelligence par la clarté de son Esprit
Afin de vous diriger dans la voie de sa justice.
Ainsi, à quelque chose que vous vous appliquiez
Que votre but soit toujours de le servir et de l’honorer.
Attendez tout votre bien de sa seule bénédiction et n’entreprenant rien qui ne lui soit agréable.
Tout en travaillant pour vous-mêmes et pour la vie présente
Élevez votre âme au plus haut
Jusqu’à cette vie céleste et bienheureuse Que Dieu réserve à ses enfants
                Jean Calvin

• J’ai eu besoin de quelqu’un, demande l’homme à son frère, étais-tu là ?
Je ne regarde pas ta religion, la couleur de ta peau, ta bonne réputation
je demande seulement : étais-tu là ?

J’avais faim et soif, étais-tu là ?
Je ne regarde pas ta religion, la couleur de ta peau, ta bonne réputation
je demande seulement : étais-tu là ?

J’étais malade, étais-tu là ?
Je ne regarde pas ta religion, la couleur de ta peau, ta bonne réputation
je demande seulement : étais-tu là ?

Partout où tu iras, dit Dieu, je serai là pour toi
Je ne regarderai pas ta religion, la couleur de ta peau, ta bonne réputation
je te dis seulement : Je serai là pour toi.
Sydney Carter.

• Frères et sœurs vous avez deux mains qui peuvent l’une et l’autre vous être utiles.
Si vous vous opposez à l’un de vos prochains avec l’une de vos deux mains, crispée par la douleur et la rancune, gardez l’autre main secrètement tendue vers lui, parce que, lui aussi, a peut-être une main secrètement tendue vers vous.
Si vous n’avez pas suffisamment de foi pour joindre vos deux mains dans la prière, ne vous inquiétez pas.
Gardez seulement une main tendue vers le ciel en signe d’appel.
Sachez-le, on peut avoir foi avec peu de foi et espérer avec peu d’espérance. Si la main dont vous vous servez pour travailler s’engourdit dans la fatigue, la vieillesse ou la maladie, ne vous inquiétez pas car vous avez une deuxième main avec laquelle vous pouvez continuer à caresser, à aimer et à donner.
Oui, même si vous vous sentez de plus en plus inutile, ne vous inquiétez pas.
Même si la seule chose que vous pouvez faire pour votre prochain, c’est de l’aimer, de le consoler et de l’embrasser, vous lui êtes utile.
Oui, en le faisant, vous êtes utile.
Et si, un jour, vos deux mains, l’une et l’autre, deviennent sans force et sans chaleur, si, après la première, votre deuxième main s’engourdit elle aussi, même alors, ne vous inquiétez pas.
Sachez que de là-haut, le Père des miséricordes viendra mettre sa main sur vos deux mains, sans rien vous demander, pour les recueillir et les soutenir.
Alain Houziaux

• DIEU EST LUMIERE, ne nous accoutumons pas aux ténèbres du mal.
IL EST LE BERGER DES BREBIS, ne soyons donc pas comme des loups Ni comme des chiens apeurés fuyant lâchement à l’approche du danger.
IL EST LE SEIGNEUR ET LE MAITRE, ne nous soumettons donc pas servilement à des idoles comme la richesse et la puissance des autorités politique ou à des idéologies qui nous font seigneurs et maîtres de nos semblables.
IL EST LA RESURRECTION ET LA VIE, ne laissons donc pas la mort dominer la vie La haine et la misère empêcher tout renouveau.
ET JESUS EST LE CHRIST, n’oublions donc pas le royaume d’amour et de paix que Dieu propage par le saint-Esprit dans notre humanité.

• Donnez à Dieu votre tristesse, il vous donnera sa joie.
Donnez-lui votre tourment, il vous donnera sa paix
Et vous chanterez sa joie.
Donnez à Dieu votre douleur, il vous donnera son bonheur
Donnez-lui votre angoisse, il vous donnera sa sérénité
Et vous chanterez sa joie.
Donnez à Dieu votre orgueil, il vous donnera sa simplicité
Donnez-lui votre rapacité, il vous donnera sa bonté
Et vous chanterez sa joie.

• Confiez à Dieu vos soucis, afin qu’il s’en préoccupe
votre inquiétude afin qu’il l’apaise
vos espoirs et vos vœux afin qu’il puisse promouvoir sa volonté
vos péchés afin qu’il les pardonne
vos pensées afin qu’il les arrange
toute votre vie terrestre afin qu’il la transcende dans la résurrection et la vie éternelle.

• Dieu est, en nous, source de vie.
Il amène toutes choses à l'existence,
Il veille sur sa création et l’anime de sa force de vie, de sorte qu’elle reflète sa gloire.
La présence de Dieu monte en nous, elle emplit nos vies de sa lumière.
Dieu nous montre les fautes du monde,
il dénonce les forces du mal qui nuisent aux hommes.
Il nous ouvre au combat de la vie et de la lumière.
Nous comptons sur Dieu,
il nous réoriente et nous dynamise,
afin qu'avec tous les hommes de bonne volonté de la terre entière
nous collaborions à son grand dessein de vie en plénitude.
Viens, ô Dieu, et que ta volonté se fasse.

• POUR NOEL La présence du Dieu qui était à Noël en Jésus-Christ est aussi la présence qui monte en ton âme.
Présent en toi, il se tient en sentinelle,
Plus tôt que toi, Il s’éveille en ton âme.
Il t’aime, il vit parmi tes rêves et tes secrets.
Il est présent aussi en celles et ceux que tu croises et qui ont mal.
Il leur pardonne à ta place même quand toi tu les juges,
Son dynamisme créateur agit, même quand tu crois que rien ne vaut la peine,
Si tu le connais cherche-le au plus profond de toi
et si tu ne le connais pas, sache néanmoins qu’il est là, en toi.

• Notre Père a toujours entretenu en nos cœurs suffisamment de foi, d’espérance et d’amour :
fortifiez-vous donc par sa présence.
Soyez fidèles et tenez fermement sa main dès maintenant et tout au long de votre vie.
Aimez les êtres qui vous sont chers, soyez positifs et pleins d’espérance pour vos contemporains.
Soyez jour après jour leur consolation et leur force.
Et par dessus tout puisez en vous la paix que la présence divine renouvelle en vous. Amen.

• Le Dieu de notre vie est au coeur de notre être
là où notre vie plonge en sa vie
là où nous touchons le fondement de notre être Sa présence est en nous, elle nous environne Il nous connaît par notre nom.
Sa présence est bonté pour nous
Ouverture à nous
Silence attentif, espérance, déception aussi parfois.
Il nous fait vivre de sa vie
Il nous fait aimer de son amour
Espérer de son espérance

Confession des péchés qui va avec :

• Ta nuit ne sera jamais vraiment noire, dit Dieu,
vois, [au bout de ton chagrin si tu as du chagrin] une fenêtre éclairée, une fenêtre ouverte.
Je fais naître en ton cœur un nouveau rêve, un désir à combler, une faim à satisfaire, (en toi ou en un de tes prochains).
Ta nuit n’est pas noire car je te donne un coeur généreux, des yeux attentifs, une main ouverte et aussi la main d'un de tes prochains ouverte pour toi.
(d'après Paul Eluard)

• Notre Dieu vient vivre avec nous, soyons attentifs à sa présence.
Il entre en nos cœurs, laissons-le réorienter nos pensées.
Il nous guide, laissons-le nous conduire selon son grand dessein de vie et d’amour.

• Aussi longue que soit la route, jamais notre Dieu ne nous y laisse seuls.
Même dans la vallée de l’ombre de la mort, il ne nous laisse pas nous perdre.
Mais dans ces moments de ténèbres, il faut nous souvenir de Lui.
Ne pas nous laisser aller aux actions de l’ombre, à ses pensées et ses désirs.
Il nous faut marcher courageusement sur le chemin de la vie, combattre le bon combat de la foi, jusqu’à ce que nous ayons achevé la course.
Ne gardez pas le silence quand il vous faudra parler.
Ne vous contentez pas de vaines paroles quand il faudra agir.
Ne confondez pas l’Evangile avec les fausses sagesses.
Ne restreignez pas votre service à ceux qui vous plaisent.
Méfiez-vous de l’esprit de médiocrité, ne manquez ni d’amour ni de générosité.

• Dans ce monde incertain, voici pour nous la fidélité de Dieu.
Dans ce monde de doute, voici son espérance.
Dans ce monde d’obscurité, voici sa lumière.
Dans ce monde de compromis, voici sa Parole.
Dans ce monde de hâte, voici son calme.
Dans ce monde de bruit, voici sa paix.
O Dieu, donne-nous ta paix, aujourd’hui et toujours, amen.
Doris White, Pays de Galles.

• Béni soit l’homme qui s’appuie sur Dieu, car Dieu sera son appui.
Il sera comme l’arbre planté près des eaux qui pousse ses racines vers la fraîcheur du courant
quand vient la chaleur, l’épreuve, l’angoisse, son feuillage reste vert, sa foi et son espérance, son courage intacts.
L’année de la sécheresse il est sans inquiétude,
il ne manque pas de porter son fruit d’amour et de fraternité.

• Une Présence monte en toi. Elle est ta force, elle est ton gardien, elle est ta vie, elle est ton roi.
En même temps que toi, elle s’éveille en ta demeure.
Elle accompagne aussi celles et ceux que tu croises et qui ont mal
Elle pardonne celles et ceux que l’on juge,
Elle leur sourit quand personne, et toi non plus, ne les remarque.
Elle persévère quand tu crois que rien ne vaut la peine,
Elle écoute le cri qui t’étrangle dans ta solitude.
Si tu connais ton roi, souris-lui.
Et si tu n’oses pas, souris-lui plus encore.

• Dieu s’adresse à notre monde
mais les seules voix qu’entendent nos prochain sont nos voix fraternelles qui disent les paroles essentielles.
Dieu fait route avec les hommes
mais les seuls compagnons que connaissent nos prochains sont nos présences fraternelles qui partagent avec eux pluie, vient et soleil.
Dieu aime les hommes
mais les seules mains qu’éprouvent nos prochains sont nos mains fraternelles qui étreignent, consolent, accompagnent.
Si c’est toi, ô Dieu, qui offre au monde nos voix, nos présences, nos mains,
alors au cœur du silence et de l’absence, c’est bien toi, ô Dieu qui deviens par nous parole et présence.

• Il y a de l’espérance pour ton avenir, dit l’Éternel (Jér 31)
Chaque individu est connu et aimé tel qu’il est avec ses qualités et ses défauts
avec le poids de son passé avec ses fantasmes et ses désirs, l’orientation de sa sexualité ;
ses angoisses, ses blocages,
Il y a un avenir pour chacun Dieu a un projet d’épanouissement pour chacun.

• Puisqu’il plait à Dieu de nous conserver dans son amour,
employons notre vie tout entière à son service
et ne pensons, ne disons, ne faisons rien qui ne soit pour lui plaire et obéir à sa sainte volonté.
Que toute nos actions se rapportent à la gloire de son nom et au salut de nos frères.
(Calvin)

• Le Seigneur, a dit à ses apôtres : “Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix”.
Cette paix, la sienne, n’est pas celle du monde.
Elle n’est pas dans l’ordre, lorsque l’ordre écrase.
Elle n’est pas dans le silence, lorsque le silence naît de la répression.
Elle n’est pas dans la résignation, car la résignation est indigne de l’homme.
Sa paix, c’est l’amour pour tous, c’est la justice pour tous, c’est la vérité pour tous.
Il nous donne-nous sa paix, c’est à nous de la donner au monde.

• Dieu se taira toujours si tu ne lui prêtes pas ta bouche.
Dieu n'agira jamais si tu ne lui prêtes pas tes mains.
Le royaume de Dieu n'est pas un autre monde, c'est le vieux monde, mais devenu, par nous, autre que ce qu'il est.
Si Dieu règne, ce n'est pas à la fin des temps,
si Dieu règne, ce n'est pas dans un autre monde, mais dans un monde autre.
En Lui et par Lui, tout peut prendre un sens ; Tout peut recommencer, tout reste possible, car le Christ est vivant.

• Saisissons, frères et sœurs, ce que L’Esprit de Dieu fait monter en nos cœurs :
la sagesse de Salomon, la foi d’Abraham, la fidélité de Moïse, la patience de Job, le courage d’Élie,
la persévérance de Jérémie l’enthousiasme de Pierre l’espérance de Paul
et par dessus tout l’amour de Jésus maintenant et pour toujours.
d’après Rodney Pope, Langport, Somerset.

• Dieu vous donne une assez bonne digestion et aussi quelque chose à digérer.
Il vous donne une assez bonne santé du corps : sachez la garder au mieux.
Il vous donne une âme sainte et des yeux ouverts sur la beauté du monde.
Ne vous épouvantez donc pas en voyant le mal mais essayez de redresser les situations.
Il vous donne une âme qui ignore l’ennui, ne poussez donc pas trop de gémissements ni de soupirs.
Il vous donne aussi de l’humour, tirez donc quelque chose de cette vie et faites-en profiter les autres.
(Thomas More).

• Soyez des hommes de foi, qui n’attachent pas aux choses plus d’importance que ne le fait Dieu lui-même.
Soyez des hommes d’espérance, obstinément convaincus qu’il y a un avenir qui mérite qu’on lutte pour sa venue.
Soyez des hommes d’amour, dont les actes manifestent la valeur de vos frères et le respect de toute vie.
Evan Lewis Nouvelle Zélande

• Si, lorsque tu dévoiles la tromperie on te blesse : agonise ! tu ne mourras pas !
Si lorsque tu dis la vérité on te tue, meurs ! tu ressusciteras !
Si lorsque tu tombes on te marche dessus, relève-toi, tu feras du chemin !
Si tout est terminé et qu’il te manque du courage, recommence encore !
(Julia Esquivel, femme pasteur du Guatemala)

 

 

Confession des péchés

• Mets la joie dans mon cœur, O mon Dieu, je te rends grâce.
Mets la paix dans mon cœur, car je te prie.
Mets la vie dans mon cœur afin que j’aime
Afin que j’aime jusqu’au soir.

Mets la vie dans mon cœur, O mon Dieu
Afin que je comprenne ce que dit le monde
Mets la paix dans mon cœur afin que je prie.
Mets la joie dans mon cœur
A fin que j’aime le monde jusqu’au soir.

• Dans ta miséricorde, n’écoute pas ma prière, ô Dieu
quand elle s’apitoie trop sur moi-même.
Et quand tu me vois trop prétentieux
Je t’en prie, ne prête pas attention à mes paroles.

Quand tu vois mon cœur envahi d’égoïsme
quand mes petits désirs prennent trop de place
dans ta tendresse, détourne-toi, ô Dieu.

Quand mes larmes ne sont que colère
et quand ma voix n’est qu’indignation,
dans ta bienveillance, ignore-moi, ô Dieu.

Et quand tu vois que c’est la vie que je refuse avec ses croix,
je t’en prie, regarde ailleurs, ô Dieu mon tendre Père.
             Efrosyni Hobbs, Plumstead, Londres.

• Aide-nous, ô Dieu à comprendre les vérités qui sont les tiennes
A chercher comment tes pensées peuvent s’inscrire dans nos cœurs.
Aide-nous, ô Dieu à vivre le idées que tu mets en nous
Que nos paroles et nos actes reflètent ta présence et la beauté du monde qui est le tien.

• Notre Dieu, c’est ta présence que nous te demandons,
non seulement pour cet instant de prière mais pour toute notre vie.
Nous avons besoin d’être convaincus que tu es là
Que tu nous accompagnes,
Que nous ne sommes pas seuls
Abandonnés à nous-mêmes.
Donne-nous de porter dans nos cœurs
Ta lumière et ta chaleur.
Donne-nous les forces nécessaires
Pour notre tâche quotidienne.
Dans les difficultés et les épreuves de la vie
Apporte-nous ton réconfort.
Ce n’est pas seulement auprès de nous
Mais auprès de tous les hommes
Que nous te demandons d’être présent.
Que ton Évangile rayonne sur cette terre
et que partout ton Saint Esprit suscite des ouvriers pour ton Royaume.

• Notre monde, ô Dieu, devrait être un jardin ensoleillé pour tout le monde,
mais il est un désert brumeux pour tant et tant de gens,
ici, ailleurs et dans le monde entier.
Toi qui aimes tant ce monde, aide-nous donc à faire briller le soleil dans les cœurs de nos contemporains,
à ménager des jardins de verdure partout où nous le pouvons
et sois toi-même l’eau qui désaltère et qui fait vivre.
Quand tu nous utilises pour être, nous aussi, tes anges de tendresse, de vie et d’encouragement,
renouvelle en nos cœurs ton Esprit d’espérance,
sans lequel, en nos vies aussi, le désert et la brume s’étendraient.

• Notre Père, nous inclinons devant toi la tête
Reconnaissants de ta présence, conscients de nos manquements à l’égard des autres, de toi, de nous-mêmes.
Et nous la redressons, sensibles à la chaleur de ta présence.
Il est vrai qu’avec toi, nous respirons mieux
Nous reprenons notre souffle, notre santé morale, notre paix, notre vie.
Renouvelle en nous la vie de tes enfants
Et le parfum de ton amour qui chasse les miasmes et les odeurs en nous et notre monde,
par Jésus-Christ, notre Seigneur.

• Notre Père, nous sommes tes enfants, pardonne-nous donc quand tu nous trouves enfermés en nous-mêmes.
Notre mission est d'être une lumière pour le monde.
Ouvre nos yeux quand nous ne voyons plus son obscurité et à sa confusion.
Et pardonne-nous quand nous oublions ta lumière.
Tu attends que nous parlions d'espoir à nos sœurs et à nos frères
Renouvelle nos cœurs quand la crainte et le découragement tarissent notre joie.

• Notre Père, nous invoquons ta présence.
Mais il est vrai qu’en nous sont des résistances. Les débris de vieilles luttes que nous croyions disparues
– mais qui resurgissent encore.
Il y a aussi les traces d’anciennes peurs,
Notre Père, aide-nous à en débarrasser nos vies afin que la place soit libre pour toi.
Vois aussi les anciennes rancunes, ressentiments d’autrefois et amertumes, enfouis et déjà pardonnés,
mais qui pèsent pourtant.
Redonne-nous un cœur pur et droit afin que rien – vraiment rien – ne puisse entraver ta présence d’amour.
Revd Mary Tweed, of Herne Bay, Kent.

• Si angoissant est le chemin de notre vie, Ô Dieu, fais route avec nous,
Sois toi-même notre chemin !
Si lourd est le fardeau de notre misère, Ô Dieu, porte-le avec nous, Sois toi-même notre repos !
Si fatigante est la marche à l'étoile, Ô Dieu, prends nos mains dans les tiennes Sois toi-même notre courage !
Si solitaire est notre course dans la nuit, Ô Dieu, mets ta lumière en nos cœurs, Sois toi-même notre frère !
Et puisque tu allumes toi-même en nous la flamme de l'espérance, Viens combler notre vide et pour les siècles des siècles Nous vivrons avec toi !

• Avec tristesse nous déposons devant toi notre pauvre monde, hanté par l'angoisse, l'oppression, la famine, la guerre. La vie humaine y a moins de valeur que l'argent, la force, l'orgueil, malgré ta venue parmi nous, ton amour, ton combat, ta croix.
Voici nos pauvres villes, nos banlieues blessées et malheureuses, pour apprendre de toi à calmer les souffrances et guérir les blessures.
Voici nos pauvres espoirs d'une vie dans la dignité, les chômeurs et les surmenés que ton amour nous appelle à sauver.
Voici nos pauvres cœurs, nos amitiés détruites, nos familles déchirées, car nous savons de toi que l'amour peut renaître.
Voici nos pauvres esprits égarés, épuisés, car ton Esprit de vie ouvre devant nous les portes condamnées.
O Saint-Esprit, renouvelle en nous la vie et le courage ; suscite en nous amour, espoir, confiance ;
élève nos pensées jusqu'à toi.

• Ô Dieu, nous savons que ce n'est pas pour juger que Jésus-Christ est venu, mais pour chercher et sauver ce qui est perdu, pour libérer ceux d’entre nous qu'emprisonnent leur faute et leur angoisse, pour nous sauver quand notre cœur nous accuse et que le poids du passé empêche tout élan.
Nous venons à toi tels que tu nous vois, avec tout le passé du monde plein de péché et de lourdeur : Tu es tout de même plus grand que notre cœur, plus grand que toute faute et que tout désespoir.
Tu es le créateur d’un avenir nouveau, Dieu d’amour jusque dans l’éternité.

• Ce n’est pas pour tes exaucements que nous te prions, ô notre Dieu, mais parce que tu es la Vie, la cause de notre respiration, et que sans ta présence il n’y aurait en nous ni mouvement ni progrès.
Plus que de tes dons , c’est de ta présence de Donateur que nous avons besoin.
Ce n’est pas le repos que nous cherchons mais ton visage, ô Toi qui donnes le repos.
Ce n’est même pas tant la vie que nous te demandons mais ta présence, ô Toi qui donnes la Vie.

• Dieu de nos larmes et de nos rires
Dieu des sourires et des soupirs,
viens nous montrer à sourire gentiment de nous-mêmes,
de nos petites préoccupations, comme aussi de nos petites prétentions.
Fais-nous sourire à travers souffrances et malheurs au-delà de nos peurs, de nos questions sans réponse, au-delà aussi de nos peines et de nos consolation.
Donne-nous le sourire de la vie, ô Père, fais-nous découvrir en nous l’amour encore inutilisé, l’énergie encore disponible et nos espoirs pas encore réalisés.

• Éternel, lorsqu'apparaît ta présence de calme et de paix tranquille,
nous voyons bien dans quel tourbillon d'amertume et de nervosité nous nous laissons emporter avec nos contemporains si amers, nerveux, stressés et instables.
Qui es-tu Ô Dieu, pour t'intéresser encore à nous ?
Pourquoi ne nous laisses-tu pas à nos solitudes, à nos démons, nos angoisses, nos tabous et nos blocages ?
Pourquoi continues-tu à nous aimer ?
Qu'y a-t-il entre toi et nous ?
Dieu du Christ qui n'abandonnes pas les hommes,
Dieu de l'Esprit qui toujours œuvres en ce monde,
peux-tu vraiment quelque chose pour nous ?
O Père, à quel autre irions-nous ?
Dieu du pardon, de l'espérance, de la paix, de relèvement, c'est toi qui as les paroles de la vie éternelle.

• Notre Père, nous déposons devant toi toutes nos peines, nos fautes, nos erreurs, nos transgressions, nos afflictions, nos soucis, nos révoltes et notre amertume, tout notre cœur, toute notre vie, que tu connais mieux que nous-mêmes.
Tels que tu nous vois, nous remettons tout entre tes mains.
Notre inquiétude afin que tu l’apaises, nos péchés afin que tu les pardonnes, nos pensées afin que tu les purifies, toute notre vie terrestre afin que tu nous conduises à la vie éternelle.
Au nom de Jésus-Christ, amen !

• Dans ta miséricorde, n’écoute pas ma prière, Ô Dieu quand je m’apitoie sur moi-même
Et quand tu me vois trop prétentieux ne prête pas attention à mes paroles.
Quand tu vois mon cœur envahi d’égoïsme quand mes petits désirs prennent trop de place détourne-toi, Ô Dieu.
Quand mes larmes ne sont que colère et quand ma voix n’est qu’indignation, dans ta miséricorde, ignore-moi, Ô Dieu.
Et quand tu vois que c’est la vie que je refuse avec ses croix, je t’en prie, Ne me regarde pas, Ô Dieu.
Efrosyni Hobbs, Plumstead, Londres.

• O notre Dieu, ce monde est le tien, aide-nous à le faire tien.
Cette Création vit de ton amour, aide-nous à la faire vivre de ton amour
Ce monde marche vers l’avenir que tu lui donnes aide-nous à le faire marcher vers l’avenir que tu lui donnes
Tu fais de nous tous tes enfants, aide-nous à vivre comme tes enfants.
Tu prépares de bonnes œuvres pour chacun de nous aide-nous à accomplir ces bonnes œuvres.
O notre Dieu, si nous ne croyons pas si nous n’agissons pas,
les ténèbres nous envahirons et tout ce que nous aurons espéré tout ce que tu auras voulu perdra toute existence.
Mais si nous croyons, si nous agissons, les ténèbres, bien sûr, nous envahirons
mais la lumière brillera nous verrons ton nouveau ciel, ta nouvelle terre
et tu feras par la puissance qui agit en nous infiniment au-delà de ce que nous demandons ou pensons
par Jésus-Christ, amen.
Evan Lewis Dunedin, Nouvelle Zélande.

• Regarde, ô notre Dieu la peur de l’inconnu, la fatigue et le doute, entravent notre élan.
La joie des commencements s’effrite sur la route,
et le courage manque pour des marches nouvelles.
Entends, ô notre Dieu, la voix des faux prophètes et le chant des sirènes aux lieux où tu n’es pas.
Les témoins de l’amour et de la vérité murmurent à grand-peine.
Le monde se détourne des Béatitudes.
Redis-nous aujourd’hui la Parole de Vie, et donne-nous le pain qui, seul, nous rassasie.
Oh Christ écartelé sur de nouvelles croix,
Oh Christ défiguré par tous les manquements,
Oh Christ éparpillé à tous vents de doctrines !
Mais Christ aussi vainqueurde nos inconsistances et de nos inconstances, de notre trahison et de notre néant.
Christ à jamais présent, proche du cœur aimant, mène-nous aujourd’hui sur le chemin de Dieu.

• Nous venons à toi avec nos soucis.
Donne-nous de nous alléger et de cesser de trotter, le cœur et le corps courbés sur les cailloux de la route.
Nous venons à toi avec nos envies.
Donne-nous de nous discipliner et de cesser de convoiter ce que les autres auraient et que nous n’aurions pas.
Nous venons à toi avec nos dégoûts.
Donne-nous d’apprendre à sourire et de cesser de promener nos visages fermés.
Nous venons à toi avec nos haines.
Donne nous de réapprendre à aimer et de cesser de mettre du bois aux feux de nos rancœurs.
Nous venons aussi à toi avec nos bonheurs.
Donne-nous de moins craindre de les perdre, afin de les laisser venir à nous, quand ta présence les dispose et les dispense.
Nous venons à toi tels que nous sommes
et nous souhaitons que tu viennes à nous tel que tu es. Amen.
(A.Dumas, Cent prières, p.151)

• Notre Dieu, C’est ta présence que nous te demandons,
non seulement pour cet instant de prière, mais pour toute notre vie.
Nous avons besoin de sentir que tu es là, que tu nous accompagnes,
que nous ne sommes pas seuls, abandonnés à nous-mêmes.
Donne-nous de porter dans nos cœurs ta lumière et ta chaleur.
Donne-nous les forces nécessaires pour affronter notre vie.
Dans les difficultés et les épreuves de la vie, apporte-nous ton courage et ton réconfort.
Ce n’est pas seulement pour nous mais pour tous les hommes que nous comptons sur ta présence.
Que ton Évangile rayonne sur la terre et que ton saint Esprit y renouvelle ta Vie.
Au nom de Jésus-Christ, amen.

 

 

Paroles de grâce

• Que vos cœurs, lorsqu’ils sont en peine, se gonflent de sourires et de rires
Votre Dieu est avec vous dans l’obscurité comme dans le soleil
dans le bien-être comme dans le manque
Votre Dieu est avec vous dans tous les instants de vos vies.

• Frères et sœurs, Dieu vous donne La force du ciel Très-Haut
L’éclat du soleil et de la lune
La flamme dans vos yeux
La fulgurance de l’éclair
La vitesse du vent
La profondeur de la mer
La fermeté de la terre.

• Vous qui êtes peut-être tristes ce matin
Vous qui avez des soucis
nous allons chanter la présence de Dieu avec les anges du ciel
Pas de tristesse, vive la vie
Jésus Christ est notre roi
Il nous rend beaux et rayonnants
Jeunes et souriants Comme il convient pour préparer Noël
En vérité, avec lui nous pouvons chanter
La douceur de la lumière qui monte tout doucement en nos cœurs.

• Si vous vous croyez faibles, aujourd’hui,
rappelez-vous que Dieu vous a toujours donné la force du lendemain.
Si vous vous sentez angoissés, aujourd’hui,
rappelez-vous que Dieu vous a toujours donné la paix du lendemain.
Si vous êtes dans l’épreuve aujourd’hui,
rappelez-vous que Dieu vous a toujours gardés dans l’épreuve.
Et si la route vous est cachée aujourd’hui,
rappelez-vous que Dieu vous a toujours tracé à temps la route du lendemain.
Chantons-lui notre reconnaissance.

• Le Seigneur a dit à ses apôtres : “ Je vous laisse la paix ”.
Cette paix, la sienne, n’est pas dans l’ordre lorsque l’ordre écrase.
Elle n’est pas dans le silence lorsque le silence naît de la répression ;
elle n’est pas dans la résignation car la résignation est indigne de l’homme.
Sa paix est l’amour pour tous, la justice pour tous.
Dieu ne regarde pas le péché, le péché qui divise et qui humilie, qui écrase.
Mais il regarde notre bonne volonté ; il transforme notre cœur, il fait germer l’amour.
Nous croyons en sa paix puisqu’il nous l’a promise.
Il nous la donne et nous, nous la donnerons au monde.

• Sur la dureté de notre cœur notre Dieu fait lever la douceur de son visage.
Sur la tristesse de nos fautes il fait lever la joie de son pardon.
S ur notre angoisse la paix de son amour.
Sur le vide et l’engourdissement de nos journées la joie de notre vie retrouvée.
Sur nos humeurs agressives ou déprimées la stabilité et la sérénité.

• Pour partager sur nos chemins
Nos cris de joie, nos chants de peine,
Pour découvrir chaque matin
L’Esprit qui fait germer la graine,
Dieu nous appelle à nous lever de nos tombeaux,
Dieu nous sourit pour nous donner un cœur nouveau.
Pour inventer la liberté, pour accueillir la vérité, pour une vraie fraternité
Tissons les liens du renouveau.
(M. Scouarnec).

• Notre Père sait que nous l'aimons ; il nous donne toujours son Esprit ; il nous donne sa force ;
il nous donne son souffle de vie, son dynamisme créateur.
Il nous donne des yeux nouveaux, qui voient et des oreilles qui entendent
des yeux qui voient dans la nuit du monde et des oreilles qui entendent les cris muets,
comme Jésus nous l'a montré.
Il nous donne un cœur toujours nouveau, un cœur qui bat au rythme du cœur de Jésus, son Fils.

• Notre Père nous le promet : je soulage ceux qui viennent à moi ;
j’encourage ceux qui s’ouvrent à l’espérance ;
je les accompagne aux jours de la difficulté et du malheur.

• Dieu voit nos erreurs, il est notre vérité.
Il voit notre faiblesse, il est notre force, Il voit notre angoisse, il est notre paix
Il voit notre folie, il est notre sagesse
Il voit notre orgueil, il est notre humilité
Il voit notre mort, il est notre vie
Il voit notre nuit, il est notre étoile.

• Approchez-vous de Dieu comme d'un soleil rayonnant : il éclaire, il réchauffe, il donne la vie.
Quant à lui, il s'approche de vous comme il s'approche de la terre,
et votre cœur deviendra bientôt le plus beau des printemps.
(Angelus Silesius)

• Il est l’harmonie du monde Il est l’espace protecteur
Il est la lumière dans la nuit
Il est la porte qui s’ouvre à nous
Il est l’ami toujours présent
Il est l’inconnu qui surgit
Il est l’appel du malheureux
Il est le Dieu qui nous accepte
Il est notre vie
Il est la lumière, la vérité, le chemin
Il est notre sauveur en cet instant.

• Béni soit l’Éternel pour la douceur de son amour et pour la force de son amour.
Pour sa lumière sur notre passé, sur notre présent et sur notre avenir ;
pour ce sourire que nous devinons sur son invisible visage,
pour cette confiance a en nous, cet honneur qu’il nous fait de nous garder comme ses enfants,
pour cette joie qu’il nous donne, béni soit-il.

• Que vos cœurs en peine se gonflent de sourires et de rires
Votre Dieu est avec vous dans l’obscurité comme dans le soleil dans le bien-être comme dans le manque
Votre Dieu est avec vous dans tous les instants de nos vies.

• Viens, lumière véritable, viens, vie éternelle, viens, mystère caché.
Viens, trésor sans nom, viens, lumière sans crépuscule, viens, joie éternelle, espérance qui veut nous sauver tous.
Viens, résurrection des morts, viens.
Viens, ô Toi, Toi qui as voulus que je te veuille, Toi, absolument inaccessible, viens, souffle de ma vie,
viens, consolation de mon cœur.
(Syméon le nouveau Théologien)

• Dieu fait grâce et lorsque le péché nous pèse il allège notre cœur et nous libère du tourment.
C’est la paix qu’il donne, la plénitude de la vie, la joie pour nos âmes, l’amour et le bonheur

• Sur l’océan de la vie, Jésus a dit à ses disciples :
« passons sur l’autre bord ».
Si la mer se déchaîne, si le vent souffle fort, si la barque t’entraîne, si ton cœur est en peine, n’aies pas peur :
Il n’a pas dit que tu coulerais, il n’a pas dit que tu périrais, il a seulement dit : « passons sur l’autre bord ».

• Le Seigneur Jésus-Christ prend possession de notre être pour que nos vies soient des reflets de la sienne.
Il demeure en nous et nous pouvons, comme lui, rayonner, au point d’être à notre tour, une lumière pour les autres.
Une lumière qui émane complètement de lui. C’est lui qui, à travers nous, illumine les autres.
Ainsi nos vies deviennent louange à sa gloire, la louange qu’il préfère.
(d’après le cardinal John Newman)

• L’Éternel a vu le peuple esclave en Égypte, le paralysé sur sa civière et Zachée dans son arbre.
Il nous voit prisonniers de bien des tabous et esclaves de bien des habitudes.
Il a conduit le peuple à travers la mer Rouge, il a fait lever le paralysé et rendu Zachée sympathique.
Vers nous aussi il vient. Il nous conduit nous aussi vers une vie nouvelle.

• Donner son cœur et son amour au Dieu unique et aux prochains, est accepter l’appel du Christ.
Source de grâce, sentiment de fidélité ; bénédiction puissante.
Toute reconnaissance et toute gloire soient rendues à Dieu !
(St Stephen’s methodist church, Oklahoma)

• Il y a encore une parole de Dieu à connaître et à savourer, qui brille comme une perle.
Il y a encore un travail à faire, si bien que notre inutilité se mobilise et que notre journée se repeuple.
Il y a encore des frères et des sœurs avec nous avec lesquels nous pouvons combattre.
Notre Dieu nous donne ces « encore » que sa bonté a préparés d’avance pour que nous en vivions.
(d’après A. Dumas, Cent Prières, p.142)

 

 

Confession de foi

•  Nous croyons en Dieu, puissance de vie, d’amour et d’être Elan qui traverse tout l’univers.

Nous croyons en Jésus qui enseignait la bonne nouvelle de notre union avec Dieu et avec les autres hommes.
Il a manifesté de la compassion et a lutté pour la justice jusqu’à y perdre la vie.
Il a révélé la présence de Dieu, Sa puissance de vie, d’amour et d’être.

En suivant ses actes et ses paroles nous croyons que nous sommes capables nous aussi
De révéler aux autres la présence de Dieu
En vivant pleinement en aimant de tout notre cœur et en nous efforçant d’épanouir notre vie.
Nous croyons en la communion des croyants, un peuple marchant d’un même pas
Engagé dans la question du sens de la vie et uni à la Source et au Soutien de tout ce qui existe.

• Je crois que Dieu nous aime Je crois qu’il se tient patient auprès de nous, Je crois qu’il prend la main que nous ouvrons Pour nous faire découvrir la paix et la joie.
Il nous demande d’exister dans une identité renouvelée De fils et de fille, à la suite de Jésus-Christ.
Je crois que Jésus-Christ est venu incarner l’amour de Dieu Je crois que cet amour a été donné par ses gestes et ses paroles A des hommes et des femmes qui nous ressemblent.
Je crois qu’il a su se laisser porter par Dieu Pour faire advenir son Royaume. Je crois que sa souffrance témoigne de la douleur de Dieu Devant la souffrance humaine. Je crois que sa résurrection est une manifestation De la présence de Dieu dans toutes nos ténèbres.
Je crois que l’esprit saint nous fait recevoir l’amour de dieu Je crois qu’il est à l’œuvre dans le monde d’aujourd’hui et qu’il met en route une multitude d’hommes et de femmes. Je crois qu’il nous fait reconnaître les signes du Royaume, donné dès maintenant.
Je crois qu’au sein de la communauté chrétienne se transmet le rôle de veilleur pour dire notre espérance au monde.

• Nous croyons au Dieu de l’humanité, de l’
univers tiré du chaos, mouvement et réflexion, joie de l’existence O Dieu, 
nous nous tournons vers toi.
Nous croyons au Dieu de l’homme, L’homme image de Dieu et sa ressemblance, L’homme esprit et poussière, misère et orgueil Abel et Caïn, meurtre et sang versé
, écoulement des siècles, tumulte des nations, Dieu de l’homme, nous nous tournons vers toi.
Nous croyons au Dieu des muets et des insignifiants Des bâtisseurs de bâtiments 
jamais finis Dieu d’hommes qui, comme nous, espèrent la paix sur la terre O Dieu, 
nous nous tournons vers toi.
Nous croyons au Dieu de Jésus, le Fils, l’un d’entre nous, proche de nous et présent, accueillant, guérissant, libérant, ressuscitant, crucifié sur les croix du Nord et du Sud, de l’Est et de l’Ouest Dieu de Jésus, Dieu de l’Esprit nous nous tournons vers toi.
Comité central du COE, Utrecht 1972

• Nous croyons en Dieu.
Il est la source, l’être et le but de toute chose,
l’Esprit qui anime tous les vivants.

Nous sommes les disciples de Jésus
qui vivait de la présence de Dieu et la révélait aux hommes.
Né par amour, il a vécu par amour, a souffert par amour, est mort par amour,
mais l’amour est plus fort que la mort.

Nous voulons suivre la loi de l’Amour - qui est Dieu -
avoir nous aussi de la compassion pour tous les êtres,
vivre et œuvrer en communion avec tous les hommes de bonne volonté,
pardonner et recevoir le pardon,
célébrer Dieu et nous réjouir en lui,
toute notre vie.
             Jim Burklo, Californie

• Nous croyons en Jésus-Christ qui a marché, au nom de Dieu, sur les chemins où personne n'allait plus,
pour y trouver les hommes et les femmes que personne ne regardait plus.
Il parlait aux hommes et aux femmes auxquels personne ne parlait plus.
Il tendait la main là où l'on fermait le poing.

Nous sommes ces gens vers lesquels il est venu, qu'il regarde et auxquels il parle ; auxquels il donne la paix.
Nous croyons en Jésus-Christ qui nous envoie nous aussi.
Nos pieds marchent sur les chemins de la rencontre ; nos yeux regardent les hommes et les femmes de notre monde ;
nos bouches disent les paroles qui relèvent.
Nos mains apportent la paix.
Nous croyons que le Saint-Esprit nous met en marche, peuple de témoins.
Amen
             Lu au synode régional de Bordeaux en 1998

Vendredi saint
Pour se moquer de ton règne
O mon Seigneur
Ils t’ont mis une couronne d’épines.
Ils t’ont raillé quand tu marchais
Sur le chemin du Golgotha.

Ils ne se doutaient pas
De ce qu’aujourd’hui nous comprenons :
Cette couronne était ta gloire.
Ses épines décoraient ton front
Tes peines sont notre guérison.

Pour se moquer
O mon Seigneur
Ils t’ont mis un manteau rouge
Tu as vécu ta passion
Sous la plaisanterie de ces soldats.

Ils ne se doutaient pas
De ce qu’aujourd’hui nous comprenons :
Bien sûr nous sommes coupables
Mais de ta robe de tendresse

Tu couvres notre nudité.

C’est un sceptre de roseau
O mon Seigneur
Qu’ils t’ont mis dans la main
Comme en un jeu stupide.

Ils ne se doutaient pas
De ce qu’aujourd’hui nous comprenons :

Les empires naissent, vivent et meurent
Alors que ton royaume ne cesse de grandir
Jusqu’à ce que ton amour
Ait envahi le monde.

• Nous croyons en l’Éternel Créateur du ciel et de la terre Dieu d’Abraham et de Sara, des prophètes et des apôtres dont la force de l’Esprit appelle les hommes, les touche et les fait se lever en une vie renouvelée.
Nous confessons Jésus Christ Parole et image de Dieu. Il nous guide sur le chemin du royaume de Dieu.
Il nous apprend à aimer Dieu et notre prochain comme nous-mêmes.
Nous suivons la voie qu’il nous montre, voie de pardon et de vérité d’amour, de justice et de paix.
Nous prions le saint Esprit Souffle de Dieu qui nous renouvelle inspiration et courage. Il nous rapproche les uns des autres, nous unit à tous et nous rassemble.
Nous célébrons ensemble, nous progressons, nous nous entraidons, nous témoignons, nous construisons le monde nouveau Le monde du royaume de Dieu qui vient.
Nous sommes une confrérie de croyants - unis dans la foi et dans un même baptême, dans la fraction du pain et le partage - unis par nos paroles et par nos actes, dans la confiance et le dialogue lecteurs de la Bible, fidèles à la tradition de l'Église, toujours à la recherche de mots nouveaux pour exprimer notre foi.
Inspirés par l’amour pacifique du Christ nous sommes appelés à une attitude responsable, à lancer des ponts entre les hommes.
Et tels que nous sommes, avec les possibilités qui sont les nôtres, à rendre un peu visible l’œuvre que l’Éternel accomplit par nous dans ce monde qui est le nôtre.
Église mennonite d’Amsterdam

• Nous croyons en Jésus de Nazareth, appelé Christ,
Il a eu pour mère, Marie, et pour père, Joseph.
Comme tous les enfants, il a grandi.
Il est devenu un homme, avec un métier et un travail.
Plus tard, il a dit et il a montré que l'amour, l'amour de Dieu et l'amour des autres, est le plus important dans la vie, car c'est l'amour qui fait vivre et qui libère.
Mais parce que son message dérangeait, notamment les grands de son époque, il a été arrêté, jugé, condamné, frappé... il a été cloué, comme un malfaiteur, à une croix en bois sur le mont Golgotha.
Et c'est là qu'il est mort !
Mis dans un tombeau, ses disciples attestent qu'il s'est levé d'entre les morts, pour dire aux hommes et aux femmes :
La vie est plus forte que la mort, le bien est plus grand que le mal, l'amour est plus utile que la haine, l'espérance est toujours possible.
Ce fut une bonne nouvelle pour ses amis qui en témoignent dans nos Bibles.
Et c'est une bonne nouvelle pour nous maintenant.
Nous croyons en ce Jésus-là !

• Nous croyons en Dieu, qui nous appelle à œuvrer à ses côtés, en vue de construire le monde et de l’améliorer un peu plus chaque jour. Il est notre force et notre lumière, et nous avons besoin de son amour et de sa force, tout comme il agit par nos bras, notre intelligence et notre cœur
Nous croyons que le Christ nous a montré comment aider chaque être à porter sa souffrance et le guider sur le chemin de la vie et de la joie.
Son Esprit, l’Esprit de Dieu est en nous même quand nous l’ignorons et nous avons confiance en lui, tout comme il nous fait aussi confiance.
Nous croyons que cet Esprit nous renouvelle et nous régénère, nous apaise, et réoriente nos pensée vers plus d’espérance et de fraternité et ainsi nous contemplons sa gloire.

• Nous croyons en la Lumière éternelle qui vient briller dans nos cœurs
En la Bienveillance éternelle qui nous délivre du mal
En la Puissance éternelle qui viens nous soutenir
En la Sagesse éternelle qui vient éloigner les ténèbres de notre ignorance
En l’Amour éternel qui a pitié de nous.
De tout notre cœur et de tout notre esprit de toute notre âme et de toute notre force nous nous enracinons en lui et nous puisons son amour infini qui nous fait demeurer en sa sainte présence.
Alcuyin dYork, VIIIe siècle

• Dieu, est avant toutes choses
Il est au-delà de toutes choses
Il est en toutes choses
Nous reconnaissons sa présence.
Dans les anciens textes d’Israël
Dans les oracles des prophètes
Dans les vies des hommes et des femmes
Dans l’histoire des peuples fiers de leur puissance ou se débattant dans leur faiblesse,
nous reconnaissons sa présence.
En Jésus de Nazareth
Dans sa compassion pour les exclus
Dans son pardon pour les coupables
Dans son dynamisme pour les pauvres et les affamés
Dans sa vie consacrée aux autres Sa vie brisée par l’indifférence et le mépris
Nous reconnaissons sa présence.
Avec les innombrables hommes et femmes qui l’ont loué avant nous les prophètes et les apôtres, les disciples et les martyrs
nous célébrons la puissance de sa bonté et la force de sa compassion
William Loader

• Parmi les voix de notre monde, celles qui évoquent Jésus de Nazareth tranchent sur les autres, me concernent, m'enthousiasment : "lève-toi et marche", disait-il, "va en paix" ; il invitait les infréquentables, son dynamisme était créateur, son action gratuite et désintéressée : espérance pour ceux dont la vie était grise, le destin navrant, le cœur bloqué.
Il s'est ainsi dressé, en un combat à mort, contre tout ce qui nous empêche de vivre.
Il a vraiment inauguré un monde heureux : il détruisait l'équilibre de notre monde, entre le bonheur et le malheur, la vie et la mort, la faute et le châtiment.
Arrêté, jugé, condamné et exécuté, souffrant à son tour, il a entendu dans l'obscurité de sa tombe la même parole divine créatrice de vie qu'il avait tant prononcée pour les autres.
Son relèvement de la mort est le symbole central de l'acte créateur que Dieu apporte toujours au monde.
Cette parole de vie et de joie résonne toujours pour nous aujourd'hui ; nos yeux brillent à la lecture du vieux livre ; l'esprit, le souffle qui l'animait et parlait par sa bouche nous anime aussi nous sommes entraînés dans une danse nouvelle où nous sommes aimés, acceptés, encouragés.
Nos yeux s'ouvrent de façon nouvelle à ces forces du mal que Jésus défiait et nous les affrontons pour nos prochains comme pour nous-mêmes, car tout impossible devient possible à la force qui agit dans notre faiblesse.
Et Dieu, que je ne sais guère distinguer dans le bleu du ciel ni dans les complications de mon cœur, Jésus nous fait comprendre qu'il n'est pas absent de ces nouveaux faits et gestes :
Dieu d'espérance et de tendresse, nous débarrassant des antiques cauchemars que sont les divinités du Destin, du Jugement, des souffrances et de la Mort.
ESPERANCE à cause de la FOI en ce Dieu, dans un AMOUR renouvelé, émerveillement de la danse !
Gilles Castelnau

• Je crois en Dieu, L’Éternel qui est, qui était et qui vient !
Je crois notre histoire habitée, soulevée, fécondée, par le Dieu vivant !
Dans sa parole, heureuse nouvelle, dans les signes de l'eau et du pain, dans les cris du pauvre et de l'affamé, dans les gestes du prisonnier et du rejeté.
Il m'attend… il me parle, mystérieux visiteur, dont le souffle de vie me fouette le visage.
Avec mes frères, je sais qu'il habite notre aujourd'hui.
Je crois avec tous les hommes d'hier, qui déchiffrèrent sa trace dans l'histoire : Peuple libéré de la servitude et tancé par les prophètes !
Peuple chanteur de Psaumes et sage de Proverbes !
Avec les foules palestiniennes
Et les apôtres témoins de sa voix humaine, j'entre dans ce grande cortège qui suit le Nazaréen :
Paul de Tarse, saint François d'Assise, Luther, Jean XXIII. Martin Luther King et tous les autres… qui n'ont pas cru en vain.
Je crois, dans le bruissement du monde, entendre les coups qu'il frappe à la porte, discerner les pas silencieux de Celui qui vient.
C'est pourquoi, au chevet des malades et des agonisants, je prie.
Avec tous les opprimés et les torturés, je crie.
Avec tous les passionnés, je cherche et les lutteurs je milite.
Car il vient… celui-là qui rompt tous les destins et ouvre les chemins,
Qui désarme toutes les résignations et suscite les responsabilités.
Et dont le projet fait pâlir tous les programmes !
J'attends le Vivant, dont la résurrection a nom Espérance.
Je crois en Dieu, Celui d'aujourd'hui, d'hier et de demain.
Michel Wagner.

• Je crois en un Dieu d'amour, sans calcul ni arrière-pensée, qui dans la folie de cet amour, nous accepte tels que nous sommes : homme d'affaires ou bien migrant, délinquant ou chef d'état, petit enfant ou homme de loi. Dieu de sœur Teresa, de Caïn, de Zachée, de Martin Luther King, j'aime ce Dieu, ce Père qui a lui-même inscrit mon nom au nombre de ses enfants.
Dans sa bonté, il nous donne Jésus-Christ, son Fils, homme vivant parmi nous, et qui accepte notre choix en échange de sa vie, éternellement.
Par la puissance de son amour, il nous insuffle élan et joie de vivre, heureux de notre valeur d'homme retrouvée, et libérés de toutes les fautes, les indifférences et les manques d'amour qui détruisent notre dignité et notre espérance.

• Le monde baigne dans le Rien qui est l'Ouvert, le Tout Autre, lumière, bercement, veille.
Le monde se maintient par une grâce incompréhensible comme si une promesse venue d'ailleurs, conduisait son histoire.
Sa beauté lui vient de sa vanité offerte pour rien au Rien.
L'homme est soumis à une exigence de gratuité et d'amour, qui s'oppose à sa tendance naturelle au profit et à la sécurité.
La figure du Christ, telle que je l'aperçois dans la méditation de la Croix, m'obsède et symbolise pour moi cette exigence.
J'aime le Christ d'une manière personnelle et passionnelle.
Le Christ incarne et manifeste le destin du peuple juif qui a vécu l'exigence du nomadisme et du tragique jusqu'à son écartèlement.
Le Christ annonce que tout homme est gracié bien qu'injustifiable : tous les hommes ont la même valeur parce qu'aucune échelle de valeur ne pourrait les différencier.
Tout homme, de la même manière, est chaque jour sauvé de la mort (baptême) et tributaire d'une vie qui lui est offerte (eucharistie).
Je suis appelé à renoncer à toute force, à tout souci de moi et à toute confiance en moi-même pour vivre le consentement au hasard et à l'insignifiance, l'attention aux hommes, la contemplation de la Croix et de la bienveillance divine.
Alain Houziaux

• Je crois en l'homme et en sa faculté de faire un choix pour sa vie. Je crois l'homme capable de sourire au lieu de se mettre en colère, de garder intact son espoir même quand tout marche de travers, de rester joyeux pour les autres même après la perte d'un être cher.
Je le crois capable d'aimer même son ennemi, de se mettre à la place de l'autre pour comprendre, de ne pas critiquer son voisin a priori sur la couleur de sa peau, sur sa religion, ses idées politiques ou ses coutumes.
Je le crois capable d'oublier son propre intérêt et sa sécurité pour se préoccuper de l'intérêt et de la sécurité de l'autre.
Je le cris capable de transformer ce monde de violence et d'argent en un monde de Foi et d'Amour.
Je crois en l'homme parce que Jésus était ainsi et que par lui l'Esprit de Dieu agit en nous.
C'est pourquoi je crois en l'homme, puisque Dieu croit en l'homme.

• Nous croyons en Jésus-Christ qui a marché, au nom de Dieu, sur les chemins où personne n'allait plus, pour y trouver les hommes et les femmes que personne ne regardait plus.
Il parlait aux hommes et aux femmes auxquels personne ne parlait plus. Il tendait la main là où l'on fermait le poing. Nous sommes ces gens vers lesquels il est venu, qu'il regarde et auxquels il parle ; auxquels il donne la paix.
Nous croyons en Jésus-Christ qui nous envoie nous aussi.
Nos pieds marchent sur les chemins de la rencontre ; nos yeux regardent les hommes et les femmes de notre monde ; nos bouches disent les paroles qui relèvent.
Nos mains apportent la paix.
Nous croyons que le Saint-Esprit nous met en marche, peuple de témoins. Amen
(Lu au synode régional de Bordeaux en 1998)

• Nous croyons en Jésus-Christ, un homme du même sang que nous, de la même douleur, du même effort, de la même espérance.
Nous croyons qu’il est l’image de Dieu, présence du Dieu suprême et mystérieux.
Il est né dans une étable, il a vécu et prêché, il a révélé Dieu et le monde nouveau qui surgit.
Il est mort crucifié par les hommes ; il est proche de tous les suppliciés.
Il est ressuscité, réellement et mystérieusement, et il vit pour toujours, présent dans son royaume et dans notre existence.
Par lui, nous croyons que le Dieu infini est pour nous un Père plein d’amour.
Par lui, nous croyons que l’Esprit de Dieu, l’Esprit-Saint, agit sur la terre sans tenir compte de nos distinctions, réunit les croyants, rend vivant l’Évangile, nous annonce notre résurrection, le renouvellement du monde, et la vie éternelle dans la justice et la joie de Dieu.
Jésus-Christ, nous espérons en lui !

• Dieu participe à notre vie Il n'y a pas un là-bas de Dieu et un ici-bas pauvres de nous.
Dieu n'est pas le Lointain, L'inaccessible est proche.
Dieu s'implique en notre vie, il intervient, s'incarne.
Il nous accepte, bien que souvent inacceptables.
Le monde de Dieu est parmi nous, il est en nous, il est plus que nous, mais il n'est pas sans nous.
Il faut nous impliquer dans notre propre vie puisque Dieu s'y incarne
Il faut participer à ce monde de Dieu, puisqu’il s’agit de notre monde humain.
Accepter son acceptation, bien que souvent inacceptables
Nous savons qu’il n'est pas facile d'espérer , qu’instinctivement nous préférons la pitié à l'amour la grimace impuissante au sourire de courage
Pourtant, Pâques, la Résurrection du Crucifié est notre fête elle est depuis toujours allumée dans nos cœurs et nous savons en reconnaître le dynamisme d’espérance à l’œuvre chez les hommes de notre entourage.

• Le royaume de Dieu vient là où des hommes écoutent la voix des prophètes, la voix du Christ. Le royaume vient là où des hommes misent sur lui, sur la force de l’amour sans défense.
Le royaume devient visible sous nos mains, sous nos yeux, quand nous allons où il nous envoie et croyons à la force des actions modestes.
Il nous donne la confiance et nous croyons que l’impossible en ce monde est possible pour lui car il est le Dieu des promesses.

• Il est un Dieu qui met le chant au cœur des hommes, toute vie doit chanter la louange de Dieu.
Il est la vie de toute créature, il met la paix sur nos erreurs, la force dans nos épreuves.
Il est la lutte contre la mort, la source de notre espérance.
Il est un Dieu qui met le chant au cœur des hommes, toute vie doit chanter la louange de Dieu.
Entre l'homme et ce qui l'écrase, Il met l'infini de son amour ; il vient dans toute vie désorientée comme la mère prend son enfant contre elle ; il est proche de tous les hommes.
Il est un Dieu qui met le chant au cœur des hommes, toute vie doit chanter la louange de Dieu.
A cause de lui nous mesurons l'éphémère de nos rêves, de nos fantasmes, de nos chimères, la fragilité de nos constructions, la désolation de nos angoisses et de nos égoïsmes.
Il est un Dieu qui met le chant au cœur des hommes, toute vie doit chanter la louange de Dieu.

• Nous osons croire au rêve de Dieu lui-même : un ciel nouveau, une terre nouvelle, où l’amour et la justice habiteront.
Nous ne croirons pas au droit du plus fort, au langage des armes, à la puissance des puissants.
Nous voulons croire aux droits des êtres humains, à la main ouverte, à la force des non-violents.
Le monde entier est notre maison, le champ où nous semons.
Nous ne croirons pas que nous puissions là-bas combattre l’oppression, si nous tolérons ici l’injustice.
Nous voulons croire que le droit est un, ici et là, et que nous ne sommes pas libres tant qu’un seul humain est esclave.
Nous ne croirons pas que la guerre et la faim sont inévitables, et la paix inaccessibles.
Nous voulons croire à l’action modeste, à l’amour aux mains nues, à la paix sur la terre.
Nous ne croirons pas que toute peine est vaine.
Nous ne croirons pas que l’échec et la mort seront la fin.
Mais nous osons croire, toujours et malgré tout, à l’Etre nouveau. Amen

• Nous croyons en Dieu qui as parlé face à face avec Moïse, qui a fait crier et pleurer les prophètes.
Il a fait jaillir les Psaumes de son peuple et murmurer la sagesse des Proverbes ;
nous croyons en ce Dieu vivant qui as mit le Magnificat dans la bouche de Marie et la confession du Christ dans celle de Pierre.
Il a prononcé sa Parole comme une parole humaine dans la vie de son fils et par son Esprit il nous rend la Bible vivante et voici que pour nous aussi elle devient sa Parole. Amen.

• Je crois en l'Esprit. Je crois en cette braise vivante qui couve sous la cendre des routines et des égoïsmes humains.
En ce souffle de nouveauté qui fait soudain irruption dans l'âme des peuples et des individus.
Je crois en cette puissance de résurrection qui travaille l'Eglise à longueur de siècles : l'Eglise, cette mère ingrate et infidèle qui nous a transmis la foi !
Je crois en Jésus, le Christ. Il est celui qui sait nous parler.
Il choisit le petit peuple contre les puissants, le partage du pain contre l'accaparement, le sacré de l'Homme contre le sacré des tabous.
Il a été exécuté comme blasphémateur et déstabilisateur mais il est ressuscité et en lui, Dieu a vaincu la mort comme l'avaient annoncé les prophètes.
Je crois au Dieu de Jésus-Christ. Je compte sur lui et, suivant Jésus, j'ose dire : “ Père tu n'es pas la garantie suprême des ordres établis, ni le nom donné à nos ignorances.
Tu es le Dieu des petits, respectueux de la dignité humaine.
Ta toute-puissance est celle d'un amour gratuit, si désarmé qu'il accepte d'être refusé par notre liberté ”.

• Il était une fois un homme, Jésus Christ.
Il a traversé notre monde comme une étoile.
Il a fait sauter les verrous, les blocages, les tabous.
Il redonnait la liberté aux hommes, la joie et l’espoir, la vie intérieure.
Alors les forces du mal, qui dépriment, écrasent et aliènent les hommes se sont dressées contre lui et il a été environné de ténèbres.
Il s’est dressé, ressuscité dans la lumière de Dieu, vainqueur des soldats, de Pilate, des Pharisiens et des grands-prêtres, libéré de son suaire, des aromates et de sa pierre tombale.
Comme un bélier en tête du troupeau, comme un premier de cordée, comme un grand frère entraîne les enfants, il nous emmène sur les chemins de Dieu, difficiles chemins de la joie et de la liberté.
Il emmène ceux d’entre nous qui sont emprisonné dans les mailles des filets de leur vie.
Il invite ceux qui, comme Zachée, sont trop petits et trop coupables pour redresser la tête, celles qui comme Madeleine, ont les cheveux trop longs pour être respectées.
Et nous laissons la force qui émane de lui nous arracher à nos tristesses, à nos angoisses, à nos souffrances, car il nous aimante, nous attire et nous conduit chacun de nous dans son sillage vers la source de vie, vers la résurrection, vers l’étoile.
Alain Houziaux

• Nous croyons que Dieu vient à l’homme et, surmontant notre méfiance et notre découragement, nous aussi nous voulons aller vers nos prochains et croire en eux.
Nous croyons nous aussi en l’homme et en sa faculté de faire un choix pour sa vie.
Nous croyons l’homme capable de sourire au lieu de se mettre en colère, de garder intact son espoir même quand tout marche de travers, de rester joyeux pour les autres, même après la perte d’un être cher.
Nous le croyons capable d’aimer même son ennemi, de se mettre à la place de l’autre pour comprendre, de ne pas critiquer son voisin, a priori, sur la couleur de sa peau, sur sa religion, ses idées politiques ou ses coutumes.
Nous le croyons capable d’oublier son propre intérêt et sa sécurité pour se préoccuper de l’intérêt et de la sécurité de l’autre. Nous le croyons capable de transformer ce monde de violence et d’argent en un monde de foi et d’amour.
Nous croyons en l’homme parce que Dieu croit en l’homme et que son Esprit monte en nous.

• Jésus est né dans une étable dans un très petit village
Il est venu au monde dans le bouleversement d'un recensement
Il fut l'enfant d'une fille de la campagne
C'est dans un autre petit village qu'il grandit
Il fréquenta dans sa jeunesse un atelier de menuiserie
C'est vers l'âge de trente ans qu'il commença à enseigner.
Il fut, à peine trois ans, prédicateur itinérant
Il ne reçut jamais d'instruction particulière
Il n'accéda jamais à la propriété
Il n'eut jamais de bureau à lui
Il n'écrivit jamais de livre
Il n'eut pas de famille
Il ne voyagea jamais à plus de trois-cents kilomètres de son village
Il n'eut jamais d'autre soutien que ce qui était en lui
Il avait un enseignement très étonnant
Il disait qu'il faut aimer ses ennemis
Il disait aussi d'aimer son prochain comme soi-même
Il proclamait que sa venue inaugurait une époque nouvelle
Il était jeune encore lorsque l'opinion se retourna contre lui
Il fut abandonné par ses nombreux amis
Il fut trahi par l'un d'entre eux
Livré à ses ennemis, il subit la honte d'un procès malhonnête
Il fut cloué à une croix entre deux malfaiteurs
Il connut le sentiment d'être abandonné par Dieu
Il vit ses bourreaux jouer ses vêtements aux dés
Il fut enterré dans une tombe empruntée à un ami compatissant
Il fut ressuscité
Ce que pourtant peu de gens crurent
Et maintenant, vingt siècles plus tard
Il faut bien reconnaître :
Tous les penseurs qui développèrent leurs idées
Tous les dictateurs qui imposèrent leur volonté
Toutes les armées qui se mirent en campagne
Toutes les flottes de guerre jamais construites
Toutes les grandes découvertes de la science
Toutes nos merveilleuses œuvres d'art
Tous les princes et les grands chefs d'état
Tous ceux-là ensemble
N'ont jamais marqué l'humanité aussi profondément
Influencé notre manière de vivre aussi ultimement
Que cette unique vie-là !

 

 

 

Prière d’illumination

• Ô Eternel, au moment où nous allons méditer les Écritures,
donne-nous d'y plonger nos visages comme dans une source inédite
qui éclaircisse nos voix, libère nos conversations,
nous permette de parler et d’écouter

Donne-nous, entre les pages ouvertes,
de sentir craquer la jointure de notre monde,
de sentir trembler les portes de notre monde,
et les yeux soudain levés vers notre monde,
d'entrevoir son ébranlement, de voir qu'il n'est pas fini.

Donne-nous d'être intrigués,
retardés dans nos courses fébriles ou apeurées,
dans notre lecture trop rapide
non seulement de tes écritures
mais de nos existences, de notre temps,
et de notre monde…

• Viens, saint Esprit, inspire-nous,
Fais-nous sentir ta présence
Toi dont le feu embrasait les anciens prophètes
Toi, source de vie et d’amour.
Viens, saint Esprit,
Couvre-nous de tes ailes, divine colombe
Viens nous donner ta vie
Et apaise nos esprits enfiévrés.
Si ta présence monte en nos âmes
O Dieu nous serons unis à toi
Et tu verras que nous dirons avec les anges
Les merveilles de ton amour.
Charles Wesley (1707-88)

• O Dieu, toi qui nous parles dans le silence des déserts, dans la verdure des collines,
dans le mystère des forêts, sur l’océan et dans les montagnes,
parle-nous aussi de ta voix qui murmure au fond de nos âmes. Amen.
         Charles Johnson, Chanoine de la cathédrale anglicane de Chichester.

• Tu nous demandes, ô Père, de parler avec joie et nous balbutions d’ignorance.
Tu veux nous faire collaborer à ton œuvre d’amour et nous nous laissons accabler par nos insuffisances.
Mais viens en nos cœurs et nous serons transfigurés à l’image de ton Fils.
Parle-nous, nous t’écouterons.

• Dieu, il arrive toujours que des hommes se comprennent si tu répands sur eux ton Esprit.
Fais-le descendre sur nous, ton Église d’aujourd’hui, et remplis de sa force nos paroles impuissantes.
Mets dans notre bouche un langage nouveau ;
que le monde s’y reconnaisse,
que les femmes et les hommes d’aujourd’hui apprennent dans leur propre langue ton message de délivrance.

• Sans ta Présence, ô Dieu, nous serions comme des enfants sans parents,
des oiseaux sans ailes, vaches sans lait, des éléphants sans défenses ;
comme un puits sans eau, une nuit sans lune, un désert sans oasis.
Donne-nous te Présence, ô Dieu, nous la recevrons.
(texte Hindou)

• Notre Père, nous te prions de renouveler nos vies, de les rendre claires et belles sous la lumière de l’Evangile
Que ta Parole nous atteigne au plus secret de nous-mêmes,
que ton amour emporte nos volontés défaillantes ou rebelles.
Que ta joie nous attende au terme des chemins semés d’obstacles et bordés de merveilles.
Car tu es un Dieu de vie, et tu prends soin de tes enfants.

• Aujourd'hui, nous entendons ta voix et nous n'endurcissons pas nos cœur.
Ouvrons nos cœurs à tes appels, nous t’écouterons avec bonheur et nous te suivrons avec amour,
jusqu'au soir de notre vie, au jour éternel où nous te contemplerons face à face pour les siècles des siècles.

• Que ta Parole parle à nos cœurs et nous dise ta tendresse et ta joie pour nous, comme pour ce monde. Amen.

• Nous mettons à tes pieds tout ce que nous avons et tout ce que nous sommes.
Mais nos mains sont crispées sur nos richesses ou sur nos malheurs…
Ouvre les toi-même, ouvre nos mains afin qu’elles prennent d’autres mains et… la tienne.
Ouvre nos cœurs afin qu’ils ne s’écoutent plus eux-mêmes ni l’écho de leur orgueil ou de leur plainte, mais qu’il écoutent et reçoivent ta Parole.
Ouvre nos chemins pour qu’il y ait ta place et ta venue et que nous puissions en Jésus-Christ reconnaître, saluer et recevoir notre joie et notre paix.

• De quel nom t’invoquer ? tu dépasses tout nom !
De toi procède tout ce qui est dit mais tu es au-delà de tout discours ;
de toi est issu tout ce qui est pensé mais tu es au delà de toute pensée.
Tu es le but de toutes les attentes, de toutes les aspirations silencieuses ;
tu es l’objet des gémissements de ta création tout entière.
Parle-nous, nous t’écoutons.
(Grégoire de Nysse)

• O Dieu, toi qui nous parles dans le silence des déserts,
dans la verdure des collines, dans le mystère des forêts,
sur l’océan et dans les montagnes,
parle-nous aussi de ta voix qui murmure au fond de nos âmes. Amen.
Charles Johnson, Chanoine de la cathédrale anglicane de Chichester.

• Nous t’invoquons, ô notre Dieu. Mais ta présence est déjà en nos cœurs.
Nous ne te dirions pas “c’est Toi” si tu n’avais déjà murmuré en nous “c’est moi”.
Parle-nous, nous t’écoutons. Amen.

• Par ta parole, ô Dieu, parle-nous pour que nous puissions entendre ton appel et te répondre dans la foi, l'espérance et l'amour.

• Toi qui veilles sur la création Comme un oiseau silencieux qui plane au-dessus de son nid
Toi qui viens établir ta demeure en nous,
Voici que tu déterres des paroles oubliées, enfermées dans nos cœurs, tu nous les redis avec des mots qui sont les nôtres.
Et nos yeux s’ouvrent et voient les arbres applaudir ta présence
Nos oreilles entendent le vent te chanter,
Nos cœurs t’aiment et s’ouvrent à toi, ô notre Dieu.

• C’est le moment du rendez-vous avec nous-mêmes.
C’est au plus secret de nous-même que se réalise l’inexprimable, la rencontre avec Dieu,
la réconciliation avec notre Dieu.

 

 

Prière d'intercession

• Ne le sentez-vous pas ? Il y a un esprit dans l’air
Qui proclame sur toute la terre l’amour que Jésus Christ a fait connaître par sa vie, par son œuvre en ce monde.
Oubliez votre réserve
Laissez l’amour de Dieu agir en vous
Et vivez donc ce que Jésus a fait :
Dieu en Christ est venu pour rester
Sentez sa présence parmi nous.
Quand le pain est partagé
Quand l’enfant qui a faim est nourri
Quand le sdf est logé
Et l’étranger est accueilli
Sentez sa force parmi nous.
En vérité, il y a un esprit dans l’air
Qui proclame par toute la terre l’amour que Jésus Christ a fait connaître par sa vie, par son œuvre en ce monde.

• Notre Père que ton nom retentisse si fort sur notre terre
que nous reconnaissions ta présence parmi nous.
Que ton règne d'amour et de joie vienne réchauffer tes enfants pour déloger l'angoisse, la souffrance, le péché.
Que ta volonté qui s'est manifestée dans le Christ soit faite aussi à travers nos efforts de justice, de partage, de paix.
Donne-nous aujourd'hui notre pain, notre part d'affection, notre part de force pour vivre et répandre la Bonne Nouvelle.
Pardonne-nous nos offenses comme nous essayons aussi de pardonner les offenses de ceux qui nous blessent, nous ignorent ou ne savent pas nous aimer.
Ne nous soumets pas à la tentation du refus, de la passivité, de la facilité, de l'évasion.
Mais délivre-nous du mal qui s'incruste dans le monde et en nous-mêmes.

• O notre Père, depuis qu’en tes prophètes et en Jésus, nos yeux se sont ouverts à la lumière du monde,
les ombres de l’oppression et du mensonge, de l’angoisse et de la mort nous apparaissent, envahissantes :
Inspire-nous afin que nous brillions bien, chacun dans son coin sombre.
Et depuis qu’en tes prophètes et en Jésus, nos cœurs se sont ouverts à la tendresse et à la force de ta présence paternelle,
la dureté et la froideur, l’égoïsme et la solitude nous étreignent :
Inspire-nous afin que nous apportions un peu de chaleur, chacun dans son coin glacé.

• Notre Père, qui es au-delà de tout, et même du ciel,
Que ton nom soit mis à part et qu'il ait une place de choix dans nos vies.
Que tu sois de plus en plus reconnu, respecté, écouté, suivi, parce que tout ce qui arrive, ici et ailleurs, n'est pas toujours le bien.
Que ta volonté s'accomplisse sur la terre comme au ciel.
Donne-nous aujourd'hui notre pain spirituel, ce pain de vie qu'est ta parole divine, ta présence, ton esprit, ton être même, ce pain qui peut nous nourrir pour l' éternité et nous donner la force qui vient de toi.
Parce que tu nous pardonnes, aide-nous, à notre tour, à nous pardonner mutuellement.
Fais que nous ne soyons pas introduits ou enfermés dans l'épreuve, vaincus, anéantis par elle, afin que nous puissions relever la tête.
Mais délivre-nous, libère-nous,
car le mal est là et il emprisonne. Nous te disons tout cela avec confiance car c'est à toi qu'appartiennent l'amour, le pardon et la paix aux siècles des siècles.

• O Dieu, nous nous tournons vers toi. Si tu discernes en nous quelque générosité, augmente-la par ta grâce ;
lorsque notre désir de renouveau s’affaiblit, ravive-le par ta vérité et la créativité en notre cœur, approfondis-la par ta sagesse.
Partout où surgit un espoir de réconciliation, que ta puissance nous unisse.
Suscite en nous un esprit sincère, la passion de la justice et le courage de nous engager sur ta voie prophétique.
Tourne vers nous ta face, ô Dieu et insuffle-nous la vie de ton Esprit.
Nous aspirons à la justice, nous aspirons à la paix, à la fin des oppressions, afin que des chants de soulagement et d’amour montent vers toi.
Donne-nous assez de courage et d’espérance pour élever bien haut la flamme de l’espérance aux quatre coins de notre monde ! Au sud, à l’ouest, au nord, à l’est…

• Nous te prions pour tous les hommes, quelle que soit leur foi ou leur croyance,
pour ceux qui suivent la voie du Bouddha,
pour ceux qui vénèrent les Dieux de l'hindouisme,
pour nos frères et nos sœurs de l'islam,
le peuple juif qui est notre origine,
les peuples des religions traditionnelles,
les différentes Églises chrétiennes et ceux qui ne reconnaissent pas Dieu afin qu'un jour nous soyons unis.
Nous te prions pour notre planète bleue pour la richesse de sa production d'où nous tirons nourriture et vêtement.
Nous voulons sauvegarder la création de tout notre cœur et de toute notre sagesse.
Nous voulons préserver ta bénédiction originelle sur la création.
Nous te prions pour ceux qui sont sans pain sans maison et sans pays.
Nous voulons combattre avec passion pour la justice afin que ce monde soit accueillant pour tous les peuples.
Nous te prions pour la vie brisée en nous l'enfant blessé au fond de nous nos amitiés perdues, notre méfiance à l'égard de nos prochains qui sont différents.
Alors que nous avons tout pleinement en Christ. Amen

• Nous évoquons devant toi tous ceux qui sont sans défense en face des souffrances du monde et qui n’ont personne pour prendre leur cause en mains, tous ceux qui vivent dans l’obscurité, dans la crainte de catastrophes, dans l’injustice, la guerre, la pauvreté ou le mépris, de sorte qu’il ne peuvent rien percevoir de ta présence active et de la paix que tu nous a réservée.
Tous ceux qui sont abandonnés et solitaires et qui doivent vivre sans l’aide de leur prochain.
Tous ceux qui ont perdu l’assurance de ta vérité, qui sont dans le trouble et l’incertitude au sujet de la place privilégiée de notre foi et dont la capacité d’amour fraternel et la force de sacrifice s’éteignent.
(Comité Central COE, Utrecht 8.1972).

• O Dieu, nous aspirons à la sérénité ; nous aimerions nous vider de nos préoccupations, de nos soucis, être libérés de nos tensions, bénéficier encore et toujours de ton pardon, recevoir la paix que tu donnes.
Pour tous ceux que nous connaissons, les inquiets, les agités, les révoltés, comme aussi les fraternels, les détendus, les équilibrés, et pour la multitude des êtres humains que nous ne connaissons pas, souvent fatigués et lassés.
Nous te le demandons, donne-leur ta paix, maintiens-les dans ta paix.
Fais de ton Eglise la communauté où l’on reçoit et donne cette paix ; où l’on peut se faire confiance et s’entraider.
Merci, ô Père, pour la patience et l’amour que tu as eus pour tes disciples, de la patience et de l’amour que tu as pour ce monde aussi.

• Délivre-nous, ô Père, de nos crispations qui nous empêchent de discerner la présence du Crucifié-Ressuscité, d’entendre ses appels, de vivre avec lui une vie nouvelle.
Cette vision de ta présence, accorde-la à tous ceux qui n’arrivent pas à voir au-delà de leurs évidences quotidiennes, avec tout leur content de découragement.
Renouvelle-la aux malades, aux affaiblis, aux endeuillés, pour que ta lumière perce leurs ténèbres et leur apporte le réconfort de ton Royaume.
Renouvelle-la à tous ceux qui sont devenus des artisans de mort, par orgueil ou par lâcheté, par lassitude, indifférence, ou dans une fausse idéologie.
Ne permets pas qu’il s’enferment définitivement dans leur vide spirituel ni qu’il continuent à fermer les portes de ton royaume à tous ceux qui en ont besoin.
Permets-nous surtout, Père, d’être dans tout ce que nous sommes et dans tout ce que nous faisons, des témoins de la Résurrection des crucifiés.

• La face de la terre est le champ où tu sèmes.
Il nous tarde, ô Père, de voir le grain lever.
Quand nous voyons l’ivraie pousser avec le blé ;
quand le bien et le mal se mêlent dans nos vies ;
quand s’obscurcit ta parole ;
quand elle est trahie, défigurée, conservée jalousement ;
quand vient à s’affaiblir l’espoir au cœur de l’homme ;
quand le doute nous prend au carrefour des chemins, ô notre Père, envoie ton Esprit !

La face de la terre est le champ où tu sèmes.
Sur tous ceux que tu aimes, sur tous ceux qui te cherchent ;
sur tous ceux qui pensent t’avoir trouvé,
sur tous ceux qui prononcent ton nom, sur tous ceux qui ne l’ont jamais entendu, ô notre Père, envoie ton Esprit !

La face de la terre est le champ où tu sèmes.
Il nous tarde, ô Père, de voir le grain lever.
Sur tous ceux qui portent témoignage à l’Evangile, sur tous ceux qui œuvrent pour le royaume,
cachés au cœur du monde et sans efficacité apparente, sur tous ceux qu’on écoute et qui entraînent les autres,
sur les ouvriers de la première heure et sur ceux qui se mettent au travail au dernier moment,
ô notre Père, envoie ton Esprit !

• O notre Dieu, ce monde est le tien, aide-nous à le faire tien.
Cette Création vit de ton amour aide-nous à la faire vivre de ton amour
Ce monde marche vers l’avenir que tu lui donnes aide-nous à le faire marcher vers l’avenir que tu lui donnes
Tu fais de nous tous tes enfants, aide-nous à vivre comme tes enfants
Tu prépares de bonnes œuvres pour chacun de nous aide-nous à accomplir ces bonnes œuvres.
O notre Dieu, si nous ne croyons pas si nous n’agissons pas,
les ténèbres nous envahirons et tout ce que nous aurons espéré tout ce que tu auras voulu perdra toute existence.
Mais si nous croyons, si nous agissons,
les ténèbres nous envahirons mais la lumière y brillera nous verrons ton nouveau ciel, ta nouvelle terre et tu feras par la puissance qui agit en nous infiniment au-delà de ce que nous demandons ou pensons par Jésus-Christ Amen.
Evan Lewis Dunedin, Nouvelle Zélande.

• Prions. Pour ceux qui cherchent Dieu à tâtons : qu’ils le trouvent.
Pour ceux qui croient posséder Dieu : qu’ils le cherchent.
Pour tous ceux qui ont peur de l’avenir : qu’ils aient confiance.
Pour ceux qui ont échoué : qu’ils aient de nouvelles chances.
Pour ceux qui doutent : qu’ils ne désespèrent pas.
Pour ceux qui s’égarent : qu’ils trouvent leur chemin.
Pour ceux qui sont seuls : qu’ils rencontrent l’un de nous.
Pour ceux qui réussissent : qu’ils soient sans orgueil.
Pour les puissants: qu’ils soient vulnérables.
Pour tous ceux qui vivent dans ce monde entre l’espoir et la peur.
Pour nous-mêmes, ô Dieu : délivre-nous de la peur, des fausses sécurités; et donne-nous tout ce qui est bon pour nous. Par le Christ, notre Seigneur.

• [Dans le monde entier, en ce dimanche, des croyants sont assemblés par l’Esprit saint. Pour qu’ils montrent aux hommes le visage d’un peuple libre et sauvé, prions notre Dieu].
Dans le monde entier des hommes cherchent la libération de leurs frères ; pour qu’il sachent le faire dans le respect de toute personne et le souci d’une vraie liberté, prions le notre Dieu.
Dans le monde entier des hommes sont aliénés par l’injustice, l’oppression, la haine, le péché.
Pour que leur appel à la liberté soit entendu et que leur effort soit reconnu, prions notre Dieu.
Ce monde entier, il est tout près de nous ; pour que d’un cœur nous sachions nous mettre au service de nos frères et de leur pleine liberté, prions notre Dieu.

• Toi qui as lutté dans la nuit de Gethsémané, qui as connu la défaite et la douleur et qui les as acceptées ;
toi qui acceptes d’être vaincu par notre orgueil, notre indifférence ou notre folie…et par notre foi ;
toi qui as su la morsure, la souillure de la mort, toi qui te tiens dans notre vie de toute ton attention,
toi qui veux, ô créateur notre participation, nous te prions.
Seigneur Jésus qui t’es levé dans l’aube de Pâques,
toi qui portes en tes mains la lumière,
toi qui fais lever sur la terre si désespérée et si douce un jour nouveau,
toi qui nous veux près de toi dans la joie rayonnante, avec devant nous l’avenir tout neuf de la vie immédiate et de la vie éternelle, Jésus, nous te prions
Fais-nous connaître le secret où tu nous attends ;
dévoile à chacun l’aube qui est au fond de sa nuit ;
entend nos prières pour toute la terre : pour la paix, la justice et la liberté des hommes ;
pour le renouvellement et l’unité de ton Église,
pour que chacun de nous te recherche et te trouve, nous te prions.

• Notre monde, ô Dieu, devrait être un jardin.
Mais il est un désert pour tant et tant de gens.
Désert de nourriture, désert d'affection, désert de travail, désert de spiritualité, désert d'humanité.
Nous t'en prions : Aide-nous à ménager dans ce monde des oasis pour tous ceux qui en ont besoin.
Sois toi-même la source d'eau vive qui les délivrera de la sécheresse.
Nous te remettons les enfants abandonnés, les femmes délaissées ou maltraitées, les hommes découragés et désœuvrés,
les parents sans affection, les mourants sans consolation.
Envoie-nous comme messagers de ta présence et de ton réconfort.
Et quand tu veux nous utiliser pour être à notre tour ces anges de ton espérance et de ta miséricorde, fais-nous la grâce de nous renouveler la disponibilité, la compréhension et l'espérance sans lesquelles nous ne pourrions être les témoins de ton amour parmi les hommes.
Accorde-nous tout cela pour l'amour de Jésus, notre Maître.

• Notre Père, fais monter, encore et toujours en nous ton Saint-Esprit afin que, libérés par ta Présence, nous marchions ensemble au milieu des déchirures de ce monde, et nous proclamions la bonne nouvelle de la réconciliation, de la guérison et de ta Justice.
Dans la joie de l'Esprit de résurrection, nous marcherons au milieu de l'exclusion et de désespoir dans la promesse de la plénitude de la Vie.
Dans l'espérance, nous traverserons le désarroi causé par tous les mépris et les pertes d'identités en discernant les signes de l'accomplissement de ton Dessein de Père.
(Conseil Œcuménique des Églises, 1998)

• Si tu ne peines pas près de nous, jamais nous ne bâtirons la maison ;
si tu ne marches près de nous jamais nous n’y arriverons.
Pour que tombent les frontières, pour que s’éteignent les guerres,
pour que germe l’espérance sur les chemins de souffrance,
pour ceux qui luttent sans trêve pour la terre de nos rêves,
nous t’en prions, ô Dieu, viens en nos cœurs,
inspire-nous, encourage-nous, fortifie-nous, au nom de Jésus.

 

 

 

Sainte cène

Préface

• Viens, Seigneur ressuscité, sois notre hôte. Ou plutôt accepte que nous soyons tes hôtes Car ce repas est le tien. Tu es là, présent parmi nous Et ce pain et ce vin sont à toi. Nous allons faire comme tes disciples ont fait Tu présideras la table tu nous donneras ton pain et ton vin et nous les recevrons de ta main.
Nous allons partager le pain de vie comme au cours des siècles tous les fidèles l’ont fait avant nous.
Nous nous unirons à toi, Seigneur ressuscité. Nous nous unirons aussi les uns aux autres puisque tu es uni à tous.
Et nous porterons le nom de chrétiens
          G.W.Briggs

• Comme le fiancé pour son aimée
Comme le roi pour son peuple
Comme le berger pour ses brebis
Comme le pilote pour son bateau
Ainsi, ô Dieu, tu es pour nous.
Comme la fontaine dans le jardin
Comme la bougie dans la nuit
Comme le trésor dans le coffre
Comme le puits dans le désert
Ainsi, ô Dieu tu es pour nous.
Comme la musique dans la fête
Comme le remède pour le malade
Comme le vin dans le repas
Comme la mère pour ses enfants
Ainsi, ô Dieu tu es pour nous.
          D’après JeanTauler

• Dieu nous dit : Si tu as besoin de moi, je suis là.
Tu ne peux pas me voir, pourtant je suis la lumière qui te permet de voir.
Tu ne peux pas m'entendre, pourtant je parle par ta voix.
Tu ne peux pas me toucher, pourtant je suis la force de tes mains.
J'agis sans cesse incognito. Je ne suis pas dans les visions surnaturelle, ni dans le « miraculeux ».
C'est dans le silence, au profond de ton être que tu me trouves,
Comme un élan, comme un sourire, comme un amour.
Je suis vraiment là, je t’écoute, je te parle tout doucement.
Quand tu as besoin de moi, je suis là.
Dans tes blocages, je suis là.
Dans ta solitude, je suis là.
Dans tes angoisses, je suis là.
Dans tes peines, je suis là.
Tu m'ignores peut-être, mais je suis pourtant là.
Ta foi en moi est vague, mais ma présence demeure.
Parce que je t'aime. mon enfant, je suis là.

• Père, donne-nous ton Esprit d’amour, à nous qui venons à cette table comme tes invités et tes enfants, pour y communier à la vie, à la mort, à la résurrection de Jésus-Christ.
Avec tous ceux qui l’aiment et croient en lui, donne-nous la force, le courage et la volonté d’être des artisans de ta paix, de ton Royaume, des ambassadeurs de ta réconciliation.
Rassemble-nous en toi avec tous ceux pour qui Jésus, le Christ, a donné sa vie et que tu veux attirer à lui.

• [Toi dont les mains emprisonnent les étoiles, toi qui parles toujours le premier et le dernier, toi le Dieu de vie qui as connu la mort, tu animes tout de ton exubérance, tu es le fondement de toute vie ; c’est toi le dynamisme de tout élan, la chaleur et le cœur de tout être.]
Sauveur de nos activités humaines, sauveur de nos peines humaines, tu nous fais abandonner nos petitesses, nous aventurer sur l’océan de ton Royaume ;
donne-nous bien d’apercevoir au plus profond de l’âme de nos frères dans l’épaisseur de la vie humaine, ton visage divin qui donne sens à tout.
Et voici que nous venons au devant de toi, alors que tu surgis en nous
(d’après Teilhard de Chardin).

• Lumière éternelle viens briller dans nos cœurs
Bonté éternelle viens nous délivrer du mal
Puissance éternelle viens nous soutenir
Sagesse éternelle viens éloigner les ténèbres de notre ignorance
Amour éternel, aie pitié de nous.
Que de tout notre cœur et de tout notre esprit de toutes notre âme et de toute notre force nous cherchions ta face ;
et que ton amour infini nous fasse entrer en ta sainte présence.
(Alcuyin dYork, VIIIe siècle)

• Dieu m'a dit : où habites-tu ? Et je n'ai pas osé lui dire que j'habitais plusieurs prisons.
Mais Il avait déjà brisé toutes les portes.
Dieu m'a dit : où habites-tu ? Et je n'ai pas osé lui dire que j'habitais des lieux de peur.
Mais il avait déjà semé la paix en moi.
Dieu m'a dit : où habites-tu ? Et je n'ai pas osé lui dire que j'habitais l’obscurité.
Mais il avait déjà répandu sa lumière.
Dieu m'a dit : où habites-tu ? Et je n'ai pas osé lui dire que j'habitais la solitude.
Mais II avait déjà mis ma main dans celle de frères.
Dieu m'a dit : où habites-tu ? Et je n'ai pas osé lui dire que j'habitais un tombeau.
Et il m'a proposé la vie, et le soleil, le pays de Dieu grand ouvert, et d'habiter l'Amour comme infinie demeure.
Gérard Bessière

• Dieu plus grand que notre cœur, Dieu au-dessus de nos pensées, il est juste et bon de te remercier en tous lieux où se lèvent des hommes pour marcher dans le droit, la justice et l’amour, pour tendre à autrui une main fraternelle, pour briser les barrières des haines et des méfiances séculaires.
Père de tous les hommes, rassemble nos vies et rassemble ton peuple, à l’heure où nos voix s’unissent pour proclamer ta gloire.

• Par toute la terre ta Parole vient à la rencontre des hommes,
les interpelle au plus profond d’eux-mêmes, loué sois-tu, ô Dieu.
Par toute la terre ta Parole accompagne l’homme et elle n’est pas des mots dans des livres, mais ta vie même, ô Dieu, loué sois-tu !
Par toute la terre ta Parole forge une histoire, celle de l’homme rencontrant Jésus-Christ, te reconnaissant comme L’Éternel et Sauveur, loué sois-tu, ô Dieu.

• Notre père, depuis qu'en tes prophètes et en Jésus nos yeux se sont ouverts à la lumière du monde, les ombres de l'oppression et du mensonge, de l'angoisse et de la mort, nous apparaissent, envahissantes :
Inspire-nous afin que nous brillions bien, chacun dans son coin sombre.
Et depuis qu'en tes prophètes et en Jésus nos cœurs se sont ouverts à la tendresse et à la force de ta présence paternelle, la dureté et la froideur, l'égoïsme et la solitude nous étreignent :
Inspire-nous afin que nous apportions un peu de chaleur, chacun dans son coin glacé.

• Tu es de chez nous, ô Christ, et nous discernons en toi une présence qui vient de très profond : tu donnes un visage au Dieu invisible de ce monde.
Tu es notre chemin, notre espoir, notre avenir.
Jésus-Christ, tu n'es pas un homme du passé, tu es d'aujourd'hui.
Ce matin encore, tu prends notre pain et tu nous le donnes : « voici le pain de vie, celui qui mange de ce pain n'aura plus jamais faim ».
Tu prends notre vin et tu nous le donnes : « ceci est ma vie, dis-tu, la vie qui ne craint plus la mort ».

 

 

Institution

• Lors du dernier repas qu’il a pris avec ses disciples,
Jésus prit du pain, rendit grâce et le rompit.
Il partagea aussi la coupe de vin.
« Faites cela en souvenir de moi » dit-il.
Nous rompons le pain comme il l’a fait
nous souvenant de son appel à aimer notre prochain comme il nous a aimés.
Nous partageons la coupe de vin en nous souvenant
que nous sommes appelés au pardon, à la tolérance et à la compréhension de nos prochains.

« Faites ceci, disais-tu, faites ceci en mémoire de moi ».
Tu avais pris le pain à pleines mains et la coupe aussi pour les donner au monde, au monde mourant, pour qu'il retrouve la vie. Du pain et du vin. Prenez-les, mangez et buvez, c'est mon corps et mon sang. C'est ma vie que je donne. Je la remets pour toujours entre vos mains, mes amis.
Tout cela tu le disais un soir de printemps, entouré de tous ceux pour qui vraiment tu comptais.
Deux mille ans après, nous continuons le geste. Nous mangeons le pain et buvons à la coupe.

• C’est pour nous rendre plus humains, plus vrais, plus fraternels, c’est pour rassembler tes enfants dispersés que Jésus, ton Fils a pris du pain, l’a rompu en bénissant ton nom, et l’a partagé avec ses amis en disant : “ Prenez et mangez-en tous, ceci est mon corps livré pour vous ”.
Après le repas, il a pris la coupe et, de nouveau, en bénissant ton nom, il l’a donnée à tous ses amis, en disant : “ Prenez et buvez-en tous : ceci est la coupe de mon sang, le sang de l’alliance nouvelle et éternelle, qui sera versé pour vous et pour la multitude, en rémission des péchés. Vous ferez cela en souvenir de moi ”.

• Le troisième jour après sa mort, deux de ses disciples se rendaient à un village du nom d’Emmaüs, à deux heures de marche de Jérusalem. Ils parlaient entre eux de tous ces événements.
Or comme ils parlaient et discutaient ensemble, Jésus lui-même les rejoignit et fit route avec eux, mais leurs yeux étaient empêchés de le reconnaître. Ils approchèrent du village et lui fit mine d’aller plus loin. Ils le pressèrent en disant : “ Reste avec nous, car le soir vient et la journée est déjà avancée ”, et il entra pour rester avec eux.
Or, quand il se fut mis à table avec eux, il prit du pain, prononça la bénédiction, le rompit et le leur donna. Alors leurs yeux furent ouverts, et ils le reconnurent, puis il leur devint invisible.

 

• Voici le pain de la compassion et le vin du renouveau.
Jésus a rompu le pain au moment d’être brisé par la mort
Il a consacré le vin au moment où son sang allait couler sur la croix
Il a donné sa vie dans la compassion et l’amour
Il nous a tous invités à la fête de l’espérance.

Prière d’épiclèse
Nous venons à toi, Dieu de Jésus, Dieu d’amour.
Nous nous ouvrons à toi, saint Esprit du Dieu d’amour.
Qu’avec ce pain et ce vin ce soit ta vie qui monte en nous.
Nourris-nous de la vision de ton espérance et unis-nous dans ta paix.
          William Loader

 

 

 

Prière

• O Dieu, dans la foi nous voulons mettre nos vies en communion avec celle de ton Fils Jésus. Nous nous rappelons sa naissance dans la crèche, source de paix pour tous les hommes. Nous célébrons son ministère de renouveau, d’espérance et de paix, sa mort et sa résurrection, victoire de la vie sur la mort, triomphe de l'amour sur la haine, réconfort dans la souffrance.
Nous célébrons sa présence parmi nous et en nous. A travers les signes du pain et du vin, et par l'action de ton Esprit Saint, donne-nous , ô Dieu, la joie de sa présence, lui qui a dit qu’il demeurait tous les jours avec nous, jusqu'à la fin des temps.

• Père, si ton Esprit ne vient ouvrir nos oreilles et nos yeux, il n’y aura rien ici qu’un peu de pain et un peu de vin. Fais-en toi-même les signes dont notre foi a besoin pour que ton Fils Jésus-Christ soit source et pain de notre vie.
Nous sommes avides de posséder, de conquérir, de consommer.
Mais la vraie vie est d’entrer dans ton amour, dans ta joie créatrice.
Nous voici pour être gagnés par toi et pour renaître à l’image de Celui qui s’est donné lui-même pour nous afin que nous ayons la vie par lui.

• O notre Dieu, tu es la source de la vie, tu es la source de l’amour. Voici le pain et le vin !
Fais monter en nous ton souffle de renouveau.
Que rien ne nous écrase : ni la peur, ni la mort, ni l’injustice, ni le péché.
Fais au contraire de nous des êtres vivant de ton Évangile, réunis dans la foi, dans la construction d’un monde meilleur.

• Envoie sur nous ton Saint Esprit, viens en ce repas, ô notre Dieu et conduis-nous plus profond dans la prière, plus profond en toi jusqu’à ce que le chant de nos cœurs soit accordé à la musique des sphères, qui est ta voix, ô Dieu, ta voix qui résonnait déjà dans l’univers avant le début du temps.
Conduis-nous, ô Dieu, profond en toi, puisque tu viens, profond en nous. Amen.

• Viens en nous, Esprit de sainteté, tu rends témoignage en nous, tu intercèdes en nous, tu nous assistes et nous guéris.
Viens en nous, Esprit de vérité, par toi nous voyons la lumière, par toi nous comprenons la Parole, par toi nous apprenons à prier.
Viens en nous, Esprit créateur, par toi, toutes choses sont faites nouvelles, par toi les hommes revivent, par toi les disciples deviennent apôtres.
Viens en nous, Esprit de force et de puissance, Esprit de flamme et de feu, Esprit de sagesse et d'espérance.
Viens en nous Saint-Esprit, Esprit de Dieu !

• Toi qui tiens dans tes mains la lumière, toi qui fais lever sur notre terre un jour nouveau, toi qui nous veux auprès de toi dans la joie rayonnante, avec devant nous l’avenir tout neuf de la vie immédiate et de la vie éternelle, nous te prions. Fais-nous connaître le secret où tu nous attends.
Dévoile à chacun de nous l’aube qui est au fond de la nuit.
Entends notre prière pour toute la terre : pour la paix, la justice et la liberté des hommes, pour le renouvellement et l’unité de ton Eglise.
Envoie sur nous ton Saint-Esprit pour qu’en recevant ce pain et cette coupe il nous soit vraiment donné de communier à la présence de ton fils Jésus-Christ. Pour que chacun de nous te cherche et te trouve, Seigneur Jésus, nous te prions.

• Nous ne venons pas les mains vides, nous t’apportons ce que nous sommes, nous venons avec nos vies, avec nos peines et nos joies, nos deuils, nos larmes, avec notre amour.
Par l’action de ton saint Esprit, donne-nous communion au corps et au sang de ton Fils, donne-nous la paix, donne-nous la joie et la force que tu veux pour nous.

 

 

 

Invitation

• « Tout est prêt » dit Dieu
Voici le repas que nos main ont préparé mais où Lui-même nous donne nourriture,
Voici la table par nous dressée mais que Lui-même préside,
Voici la joie par nous désirée mais que Lui-même nous donne,
Voici le pain dont nous avons besoin et que Lui-même distribue,
Tout est prêt, dit notre Dieu, Venez.

• O Dieu, créateur du monde
Ouvre mes yeux à sa beauté
Ouvre mon esprit à l’émerveillement
Ouvre mes oreilles aux autres
Ouvre mon cœur à toi.

• Manger ce pain et boire ce vin est manger avec le Ressuscité, c’est entrer dans le festin du Royaume.
Notre célébration est un tison du grand feu qui se propage.

• Le Seigneur dit : « Passons sur l’autre bord ».
Si la mer se déchaîne, si le vent souffle fort, si la barque t’entraîne, si ton cœur est en peine, n’aies pas peur.
Il n’a pas dit que tu coulerais, il a simplement dit : « Passons sur l’autre bord ».

• Me voici, mon Dieu, pardonne-moi.
Me voici, mon Dieu, conduis-moi.
Me voici, mon Dieu, éclaire-moi.
Prends mon cœur, prends mon esprit.
Me voici, mon Dieu.
Lilian Hodgson, Upton, Wirral.

• Avec saint Patrick, nous disons :
Le Christ en nous ;
le Christ derrière nous ;
le Christ devant nous ;
le Christ à côté de nous ;
le Christ dans le calme ;
le Christ dans le danger ;
le Christ dans les cœurs de ceux qui nous aiment ;
le Christ dans la bouche de nos amis et... des autres.

• Prends ma main dans ta main, ô Dieu, Prends ma main dans ta main.
Prends mon esprit dans ton Esprit, ô Dieu Prends mon esprit dans ton Esprit.
Prends mes pensées dans tes pensées, ô Dieu, Prends mes pensées dans tes pensées.
Prends mon cœur dans ton cœur, ô Dieu, Prends mon cœur dans ton cœur
Prends ma vie dans ta vie, ô Dieu, Prends ma vie dans ta vie.

• Ce que je suis, je te le donne
Tout ce que j’ai, je le partage avec toi, ô Dieu. Tout ce que j’ai, je le partage avec toi
Toute ma vie est à toi, ô Dieu. Toute ma vie est à toi
Tous mes désirs sont tiens, ô Dieu Tous mes désirs sont tiens,
Tous mes espoirs sont en toi, ô Dieu Tous mes espoirs sont en toi,
Tout ce que je désire est ta présence, ô Dieu, ta présence

• Je te donne mes mains, Je te dédie mon travail, ô Dieu Je te dédie mon travail,
Je te présente mes pensée, ô Dieu Je te présente mes pensée,
Je te dis mes projets, ô Dieu Je te dis mes projets,
Donne-moi tes mains, ô Dieu, Donne-moi tes mains,
Que ta présence m’affranchisse, ô Dieu, Que ta présence m’affranchisse,
Garde-moi près de toi, ô Dieu, Garde-moi près de toi.

 

 

 

Exhortation et bénédiction

• Vous rencontrerez le Dieu vivant
Dans le rire des enfants
Dans le savoir faire des ouvriers
Dans la lenteur des gens âgés
Dans la patience des enseignants
Dans la fidélité de vos amis
Dans le dévouement des soignants
Dans l’exubérance des animaux
Dans le sourire de ceux qui ne se prennent pas au sérieux
Puissiez-vous leur transmettre la bénédiction de Dieu
Et que la grâce de notre Seigneur Jésus-Christ, l'amour du Père et la communion du saint Esprit soient avec vous.
      Jim Cotter

• Aujourd’hui, frères et soeurs, c’est le premier jour de ce qui vous reste à vivre.
La vie est une chance, saisissez-la.

La vie est un défi, faites lui face.

La vie est un devoir, accomplissez-le.

La vie est précieuse, prenez-en soin.
La vie est un mystère, respectez-le
La vie est un hymne, chantez-le.
La vie est un combat, acceptez-le.
La vie est quelquefois une tragédie, prenez-la à bras le corps.

La vie est un cadeau, ne l’oubliez pas.
      d’après l’ Hymne à la vie – Mère Teresa

• Dieu vous aime, Dieu vous accepte, Dieu vous pardonne. Aimez-vous donc vous-mêmes, acceptez-vous vous-mêmes, pardonnez-vous vous-même.
Et que la grâce de notre Seigneur Jésus-Christ, l'amour du Père et la communion du saint Esprit soient avec vous.

• Lorsque vous dites “paix, amour, fraternité”, que votre cœur ne murmure pas silencieusement “soupçon, tactique, mépris”, ou même “crainte, abandon, laisser faire”.
Lorsque vous tenez le langage de la colombe, desserrez vos griffes de vautour !
Et que la grâce de notre Seigneur Jésus-Christ, l'amour du Père et la communion du saint Esprit soient avec vous.

• Aujourd’hui Dieu vous envoie
Avec l’énergie qui vous conduira
La force qui vous soutiendra
La sagesse qui vous dirigera.
Le chemin de Dieu est votre chemin
Le bouclier de Dieu vous protègera
La compagnie de Dieu vous rassurera et vous défendra du mal.
Et les anges du ciel Se tiendront à vos côtés.
       Gravé sur l’armure de saint Patrick au 8e siècle

• Allons en paix, frères et sœurs dans ce monde si difficile à habiter, ce monde aux possibilités étonnantes et qui semble avoir perdu la tête.
Chaque jour pensez à votre Dieu. Pas n’importe quel Dieu : le Dieu de votre vie.
Il vous guidera, il orientera vos choix. Il apaisera votre crainte de l’inconnu, il vous évitera des paroles douteuses et vous aidera à trouver votre route.
Réfléchissez beaucoup, soyez intelligents, recherche la beauté, trouvez le meilleur, soyez contents et heureux.
Prenez garde au mal, pensez à l’amour – puissiez-vous le trouver.
Et que votre Dieu, le Dieu de votre vie, vous donne la paix.

• Que l’Éternel fasse rayonner l’habit de lumière dont il revêt chacun de nous ; qu’il nous garde tous en son amour !
L’Éternel est avec vous.

• Soyez bons, soyez ouverts, serviables. Sachez dire oui. Que votre compagnie soit agréable Faites du bien autour de vous. Dites du bien rayonnez d’un amour vécu. Aidez vos prochains à vivre.
Et que la grâce de notre Seigneur Jésus-Christ, l'amour du Père et la communion du saint Esprit soient avec vous.

• Si vous ne réussissez pas dans toutes vos entreprises recevez du moins dans vos cœurs la présence de Dieu qui donnera sa couleur à vos existences.
Si vous subissez des échecs puisez du moins en vous la force de Dieu qui vous permettra de tenir.
Si vous traversez des jours troublés et si les autres vous déplaisent, Sachez du moins comprendre leurs épreuves.
Et si vous butez sur des conflits insolubles conduisez-vous, si vous le pouvez, en artisans solidaires de partage et de paix.
d’après Philip Potter ancien secrétaire général du Conseil œcuménique des Églises.

• Que l’amour de Dieu vous entoure que la force de Dieu vous soutienne et que la paix de Dieu emplisse vos cœurs.

• Que les anges de Dieu vous embrassent et la bénédiction de Dieu Père, Fils et saint Esprit soit avec vous maintenant et toujours. amen.
Revd Michael Payne

• Que le Dieu de vie qui a relevé Jésus d’entre les morts fasse disparaître en vous ce qui est mort et fasse lever en vous la sève de la vie, afin que vous soyez heureux. Amen.

• Soyez créatifs, réfléchissez aux questions du monde d’aujourd’hui, apprenez des choses nouvelles, écoutez les gens, apprenez à bien vous expliquer, impliquez-vous, soyez inspirés. Et que l’amour et la puissance de Dieu vous réoriente et vous dynamise.

 

Retour
Vos commentaires et réactions

 

haut de la page

 

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.