Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

Théologie du Process

 

 

Dieu nous prévient-il ?

 

Divine Guidance

 

Fragments

 

John B. Cobb

 

7 mars 2010

Question

Comment, dans la vie de tous les jours, discerner la volonté de Dieu, à supposer qu’elle existe ? Que penser des gens très religieux qui croient que les attentats arrivent selon la volonté de Dieu ? Et pourquoi Dieu ne nous met-il pas en garde contre les dangers que lui seul connaît et dont il pourrait ainsi nous prémunir ?

 

Réponse de John Cobb

 

On peut se demander s’il y a vraiment une révélation divine de ce genre. Freud nous a appris que nous avons ce qu’il appelait un « surmoi » ou une « conscience ». Mais c’est peut-être tout simplement que nous intériorisons ce que nous avons appris. Par exemple si l’on a été élevé avec l’idée qu’un blanc ne doit pas dîner avec un noir, on peut avoir le sentiment que c’est notre « conscience » qui nous avertit de ne pas le faire.
De même si l’on a appris qu’il est « juste » de dévaloriser les homosexuels et de s’abstenir de relations amicales avec eux. Cette intériorisation de normes culturelles n’est pas ce que les théologiens du Process appellent l’inspiration de Dieu.

[...]

La théologie du Process enseigne que l’inclusion que Dieu inspire s’oppose à l’exclusion de la culture habituelle. Ce message d’universalité irrite beaucoup de gens. Il trouve néanmoins une certaine résonance. Puisque le désir de Dieu est l’inclusion de tous, nous pouvons être sûrs lorsqu’il y a esprit d’ouverture que c’est l’Esprit de Dieu qui est l’inspire. Whitehead reconnaît que beaucoup de mal a été fait au nom de la religion. Il a même écrit que le monde entier ne peut contenir les ossements de tous ceux qui ont été sacrifiés au nom de la religion.
Certains responsables religions prétendent en effet définir de manière absolue la volonté de Dieu et demandent aux autorités de l’État d’en rendre l’obéissance obligatoire. Leurs idées ne sont pas toutes mauvaises mais leur absolutisation crée un tel décalage entre ceux qui les approuvent et ceux qui les récusent - jusqu’à se retrouver eux-mêmes ostracisés - qu’il en résulte des conflits violents.

La théologie du Process n’entend ni approuver ni désapprouver la « religion » en tant que telle. Elle encourage à aimer Dieu et son prochain, comme le disait Jésus, et à s’ouvrir à son dessein d’amour universel qui englobe toutes les créatures. Mais il n’est pas toujours facile de savoir ce que cela signifie concrètement.
Pour trouver la réponse à nos hésitations, Dieu veut que nous utilisions toute notre intelligence pour anticiper l’avenir. Il veut que nous prenions conseil les uns des autres et notamment des groupes de réflexion qui réfléchissent à ces choses. Évidemment la question demeure d’une révélation concrète de la volonté de Dieu.

Puisque Dieu sait bien mieux que nous ce qu’il convient de faire, ne peut-il pas nous aider ? Peut-on espérer des suggestions pratiques de sa part ?
Mais ce n’est pas ainsi que Dieu agit dans le monde. 99 % de ce qu’écrit Whitehead l’affirme. Pourtant, tout à la fin de son ouvrage Process and Reality, il ajoute deux paragraphes qui suggèrent une relation très personnelle avec Dieu.
Il parle d’une « providence particulière dans les occasions particulières ».

Cela amène à admettre certaines anecdotes émouvantes rapportées dans la Bible et jusqu’à aujourd’hui : Dieu aurait peut-être effectivement averti Joseph, le père de Jésus, des intentions meurtrières du roi Hérode à l’encontre des enfants de Bethléem. Peut-être certaines personnes sont-elles aujourd’hui encore vivante parce que Dieu les a avertis de ne pas prendre un train qui allait avoir un accident.
Le problème avec de telles idées est que l’on se demande pourquoi de telles mises en garde, si elles existent, sont si rares. Pourquoi Dieu n’aurait-il pas averti également les familles des autres enfants de Bethléem ? Pourquoi n’a-t-il pas prévenu tout le monde de ne pas entrer dans le World Trade Center le 11 septembre 2001 ?

Une raison pourrait être que Dieu a bel et bien averti tout le monde mais qu’il n’a pas été écouté. Le niveau d’attention nécessaire à l’écoute de ses avertissement n’a pas été suffisant. Peut-être aussi Dieu n’envoie-t-il de tels avertissements particuliers que dans des circonstances exceptionnelles. Aucune de ces explications n’est vraiment satisfaisante.
Peut-on néanmoins ignorer sans plus tous les témoignages d’une providence particulière intervenant dans des circonstances particulières ? Nous ne comprenons pas tout ce qui arrive dans notre monde.

 

Traduction Gilles Castelnau

 

 

Retour vers "théologie du Process"
Retour vers "John Cobb"
Retour vers "spiritualité"
Vos commentaires et réactions

 

haut de la page

 

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.