Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

Spiritualité

 

 

Pour le renouvellement

de nos Églises

 

 

Gretta Vosper

pasteur de l'Église réformée unie de West Hill, Toronto, Canada

 

12 mai 2005

 

Éditorial du numéro 1 du Journal of the Canadian Centre for Progressive Christianity. Avril 2005

 

[...]

Les prédicateurs utilisent fréquemment comme des métaphores les mots tels que « résurrection », « salut », « Ascension », « naissance virginale », « Fils unique du Père » ou « seigneurie du Christ ». Et si on leur demande d'en préciser le sens, ils n'osent pas répondre qu'on ne doit pas les prendre à la lettre. Ils considèrent qu'une métaphore est une sorte de langage codé naturellement utilisé dans les offices religieux et destiné seulement à créer une ambiance de mystère.

Depuis plusieurs décennies, nous avons pu éviter les tempêtes théologiques du grand large en demeurant prudemment, avec notre langage équivoque, dans les eaux calmes du port.

Nous avons, bien sûr, évité une interprétation trop littérale des textes bibliques en introduisant graduellement dans le vocabulaire religieux de l'Église de nouvelles définitions. Mais nous n'avons fait que contourner la difficulté et notre message est devenu presque incompréhensible pour beaucoup de ceux qui viennent à l'église et pour presque tous ceux qui n'y viennent pas.

Par exemple, seuls ceux qui seront venus à l'église le jour de l'Ascension où nous aurons, bien entendu, expliqué le nouveau sens que nous donnons désormais à ce mot, le comprendront lorsqu'ils l'entendront prononcer à nouveau. Mais les autres en resteront à l'image d'un Jésus navigant dans le ciel entre les nuages et s'imagineront que nous y croyons vraiment. Maintenir une équivoque théologique, comme nous le faisons trop systématiquement, nuit sérieusement à la crédibilité de notre prédication, sauf peut-être aux yeux des fidèles les plus traditionalistes.

Voici des questions que nous pourrions soulever, pour commencer, dans nos groupes de réflexion et dans nos différents conseils.

 

-  Si nous croyons que nous avons tous accès au divin (quelle que soit la manière dont nous comprenons ce mot) ne devrions-nous pas réfléchir à l'utilisation de nos vêtements et de nos gestes liturgiques qui suggèrent que certains y ont plus accès que les autres ?

 

-  Si nous croyons que le divin, que nous nommons généralement Dieu, est partout et toujours autour de nous et en nous, pourquoi continuons-nous à l'invoquer, à lui demander de nous écouter, de nous répondre et d'intervenir pour nous ? N'y a-t-il pas d'autres manières d'exprimer notre foi en sa présence et en sa disponibilité ?

 

-  Si nous croyons que nous sommes créés beaux et saints et que le divin demeure en nous, avons-nous besoin d'être purifiés du péché originel par le baptême ? Est-il même nécessaire que nous en soyons sauvés ? Et sinon, pourquoi continuer à en parler ?

 

-  Si la présence dans le monde du mal et de la souffrance contredit l'idée que Dieu est juste et bon, pourquoi continuer à prier Dieu comme s'il dirigeait toute chose ? Quel nouveau langage devrions-nous trouver et quelle style de prière proposer ?

 

-  Si nous ne croyons pas que le christianisme a le monopole de la vérité, ne devrions-nous pas éliminer ou modifier les cantiques et les prières qui semblent le prétendre ? Ne devrions-nous pas corriger tout ce qui contredit notre théologie et notre spiritualité ? L'honnêteté et la clarté ne sont-elles pas plus importantes que nos traditions ?

 

-  Si la Bible a été écrite par des hommes qui rendaient compte de leur expérience de Dieu avec les conceptions et les préjugés de leur époque, pourquoi fonder sur elle toute notre vie cultuelle ? Ne pourrions-nous pas utiliser dans le culte d'autres lectures d'où émanerait également profondeur et sagesse ? Ne pourrions-nous pas prêcher aussi sur ces textes, surtout lorsque la lecture du jour présente un Dieu injuste et une morale obsolète ?

 

-  Si Jésus, qui est au centre des évangiles et que nous nommons le Seigneur de l'Église, n'est pas le seul Fils de Dieu, pourquoi ses paroles seraient-elles plus importantes que celles d'Emmanuel Kant, du Mahatma Gandhi ou de Martin Luther King ? Qu'a-t-il lui de plus que les autres penseurs de notre monde ? N'est-ce pas prendre une attitude infantile et irresponsable que de lui attribuer la place suprême à la droite du Père ?

 

-  Si la mort de Jésus sur la croix n'est pas le sacrifice qui sauve, quel est le sens de la sainte cène-eucharistie ? Pourrait-on imaginer d'autres symboles d'où émanerait une force semblable ou doit-on y renoncer ?

 

[...]

 

C'est le propre d'une Église institutionnalisée d'accorder une valeur ultime et absolue aux dogmes et aux rites. Il nous faut maintenant y renoncer et nous impliquer de manière plus responsable et plus profonde avec nous-mêmes, avec les autres, avec le monde et avec le divin.

 

Traduction Gilles Castelnau

 

Retour
Vos commentaires et réactions

 

haut de la page

 

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.