Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

Libre opinion

 


Délit de fraternité

 

parabole du bon Samaritain


transmis par le Pharisien libéré



9 janvier 2017

Luc 10.25-37
Un professeur de la loi se leva et dit à Jésus pour le mettre à l'épreuve :
- Maître, que dois-je faire pour hériter de la vie éternelle ?
Jésus lui dit :
-  Qu'est-il écrit dans la loi ? Qu'y lis-tu ?
Il répondit :
-  Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta force et de toute ta pensée, et ton prochain comme toi-même.» «
-  Tu as bien répondu, lui dit Jésus. Fais cela et tu vivras.
Mais lui, voulant se justifier, dit à Jésus :
-  Et qui est mon prochain ?

Jésus reprit la parole et dit :
-  Un homme descendait de Jérusalem à Jéricho. Il tomba entre les mains de brigands qui le dépouillèrent, le rouèrent de coups et s'en allèrent en le laissant à moitié mort. Un prêtre qui, par hasard, descendait par le même chemin vit cet homme et passa à distance.. De même aussi un Lévite arriva à cet endroit ; il le vit et passa à distance.
Mais un Samaritain qui voyageait arriva près de lui et fut rempli de compassion lorsqu'il le vit. Il s'approcha et banda ses plaies en y versant de l'huile et du vin ; puis il le mit sur sa propre monture, le conduisit dans une auberge et prit soin de lui. Le lendemain, [à son départ,] il sortit deux pièces d'argent, les donna à l'aubergiste et dit :"'Prends soin de lui, et ce que tu dépenseras en plus, je te le rendrai à mon retour."
Lequel de ces trois te semble avoir été le prochain de celui qui était tombé au milieu des brigands ?» «
-  C'est celui qui a agi avec bonté envers lui, répondit le professeur de la loi.
Jésus lui dit :
-  Va agir de la même manière, toi aussi.
(traduction : Segond 21)

 

D’ordinaire, je fiche la paix à la Bible. Je ne mets pas un verset dans toutes les occasions où j’écris un texte dans cet honorable site. Être protestant, ce n’est pas cracher un verset à chaque pas de mon cheval mais protester (fr courant « attester ») de ma foi. C’est aussi l’ouvrir haut et fort dans les cas d’injustice.

Alors, ma foi est tressée de 2 traditions, l’une qui dit « liberté, égalité, fraternité » et l’autre qui dit « aime ton prochain comme toi-même ». En entendant parler de Pierre-Alain Mannoni et de Cédric Herrou, traînés au tribunal pour avoir aidé/ aimé leur prochain qui se trouvaient être des réfugiés ou des migrants, je me suis souvenu du Bon Samaritain et j’y ai vu l’occasion de protester...

Quand le parquet fait appel de la décision de relaxe concernant Pierre Alain Mannoni, il faut protester comme Antigone le faisait contre Créon. Quand le tribunal menace Cédric Herrou de 5 ans de prison pour avoir héberge, soigné et nourri des migrants rescapés du cimetière au soleil qu’est devenue la Méditerranée, il faut protester.

Nouzôtres protestants avons spécifiquement quelque chose à dire à notre administration en mémoire de Henri Dunant qui a fondé le Comité international de secours aux militaires blessés, devenu la Croix-Rouge (1864) en protestant à Genève aussi bien contre la condition faite aux prisonniers de guerre.

Nouzôtres protestants, nous devons protester contre le sort fait à Cédric Herrou et aux habitants de la vallée de la Roya en nous souvenant du plateau du Chambon et du pasteur Trocmé.

Protestons !

 

 

.

 

Fraternité, vous dis-je !

 

Jeu télévisé

Allez, on se fait un jeu télévisé, ça change de la Bible.

« J’ai fini ma carrière comme evêque catholique en 397, J’ai commencé ma vie comme militaire, fils de militaire dans les armées de l’empire romain. Le 4e siècle, dans lvos manuels d’école, est décrit comme le temps des barbares. D’ailleurs, je suis un barbare né en 316 en Pannonie.
Une fois converti, j’ai introduit le monachisme en occident. Je suis surtout connu pour avoir donné la moitié de son manteau, à avoir la partie qui m’ appartenait, à un SDF. »

« Et mon nom est... ? » Martin de Tours ! Vous avez gagné chère madame.

C’est ma minute œcuménique. J’aime bien les belles légendes où le flic offre sa pélerine au SDF parce que, de nos jours qu’on est devenus civilisés, en plein hiver et à Paris, Médecins sans frontières rapporte que la police « confisque » les couvertures des migrants pour les forcer à partir. Avec l’argent de mes impôts, la police confisque les couvertures des migrants.

Je commence à me demander ce que signifie « civilisé » ?



Retour vers "libres opinions"
Vos commentaires et réactions

 

 

haut de la page

 

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.