Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

Libre opinion

 

 


Lettre à une amie

qui a perdu la foi

 

1ère lettre

 

Michel Benoit


19 janvier 2016

« Dieu » une fabrication humaine

En lisant la Bible (comme on ne la lit guère dans ta paroisse), j'ai découvert qu'elle a été écrite – majoritairement – par des théologiens, c'est-à-dire des hommes qui montent sur une estrade pour apprendre à Dieu comment il est fait. Le cœur de la Bible, c'est le chapitre 3 du livre de l'Exode : au désert, Moïse rencontre le buisson ardent. Immédiatement, il lui demande : « Quel est ton nom ? » Et la Chose lui répond : « Je n'ai pas de nom : je suis ce que je suis. » Les théologiens qui écrivaient la Bible se sont empressés de mettre un nom sur celui qui refusait pourtant, absolument, de donner le sien à Moïse. Ils l'ont appelé « Dieu » et n'ont eu de cesse d'en décrire l'identité, les contours, les pensées, les sentiments.

Depuis 3000 ans qu'il y a des théologiens, c'est fou ce que « Dieu » a pu apprendre sur lui- même, grâce à eux.
C'est à ce « Dieu » que tu ne peux plus croire, et tu as raison : « Dieu » – la notion de « Dieu » – est une fabrication de l'artisanat humain. Comme tout objet artisanal, cela peut être très beau, mais c'est périssable, et variable d'un atelier de fabrication à un autre. Et toi, tu voudrais une réalité avec laquelle vivre en tous lieux, dans ta culture en évolution, et qui t'accompagne jusqu'au bout sans se dégrader.

En même temps que ton engagement militant, tu t'es défaite du « Dieu » de ton enfance. Peut-être une porte s'ouvre-t-elle pour toi, celle de la reconnaissance paisible de ce qui se cachait derrière le « Dieu » des catéchismes de ta paroisse.
Ce passage de l'idée de « Dieu » à sa réalité, c'est celui qu'ont fait tous les mystiques, dans toutes les religions. Jean de la Croix appelle ce passage une « nuit obscure », parce que l'abandon de toutes les certitudes acquises, au profit de l'expérience indescriptible, nous plonge dans un inconnu nocturne.

Si l'on accepte ce passage comme une étape, un moment positif, que trouve-t-on au terme ? A quoi ressemble l'expérience que font ceux qui s'aventurent au-delà des mots et des formulations du dogme ou des catéchismes ?

Les mystiques sont unanimes : à rien. Rien qu'on puisse construire par l'intelligence, rien qui ressemble à nos expériences. Mais ce rien a plus de sens qu'aucune formulation verbale, plus de densité et de réalité qu'aucune expérience de notre quotidien. Il ne les prolonge pas, il les attire à lui.

Sommet réservé à quelques privilégiés de la mystique ? Mais non, cette expérience est à ta portée. Comme est à ta portée l'émerveillement silencieux que tu connais devant une fleur, un très beau paysage, un enfant qui dort.

Encore un mot. Ce chapitre 3 de l'Exode a donné naissance dans la Bible à un courant, minoritaire et toujours persécuté : je l'appelle le « petit ruisseau prophétique », par opposition au grand courant légaliste et clérical, toujours et partout majoritaire. Les prophètes (de la Bible et d'ailleurs) sont ceux qui n'ont jamais quitté le désert du buisson ardent, pour rejoindre le confort des chapelles où « Dieu » est si bien décrit.

Dans les Évangiles, Jésus le nazôréen se définit explicitement comme l'héritier et le continuateur de ce « petit ruisseau prophétique ».

C'est avec lui que je te laisse : tu seras en bonne compagnie.

 


Retour vers "libres opinions"
Vos commentaires et réactions

 

 

haut de la page

 

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.