Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

Libre opinion

 

Etienne

du service au martyre

 

Actes 6.8-15 et 7.54-59

 

prédication

pasteur René Lamey 

 

28 décembre 2015

En Alsace, le 26 décembre est un jour férié : c’est la fête des Etienne. Savez-vous qui est Etienne, et pourquoi on se rappelle de lui, à tel point qu’on en a fait un jour férié ? Etienne est un personnage du Nouveau Testament dont une partie de la vie nous est racontée dans le livre des Actes.

Actes 6.1-15
A cette époque-là, comme le nombre des disciples ne cessait d’augmenter, des tensions surgirent entre les disciples juifs de culture grecque et ceux qui étaient nés en Palestine : les premiers se plaignaient de ce que leurs veuves étaient défavorisées lors des distributions quotidiennes. 2 Alors les douze apôtres réunirent l’ensemble des disciples et leur dirent :
-  Il ne serait pas légitime que nous arrêtions de proclamer la Parole de Dieu pour nous occuper des distributions. 3 C’est pourquoi, frères, choisissez parmi vous sept hommes réputés dignes de confiance, remplis du Saint-Esprit et de sagesse. Nous les chargerons de ce travail. 4 Cela nous permettra de nous consacrer à la prière et au service de l’enseignement. 5 Cette proposition convint à tous les disciples ; ils élurent Etienne, un homme plein de foi et d’Esprit Saint, ainsi que Philippe, Prochore, Nicanor, Timon, Parménas et Nicolas, un païen originaire d’Antioche qui s’était converti au judaïsme. 6 Ils les présentèrent aux apôtres qui prièrent pour eux et leur imposèrent les mains. 
7 La Parole de Dieu se répandait toujours plus. Le nombre des disciples s’accroissait beaucoup à Jérusalem. Et même de nombreux prêtres obéissaient à la foi.
8 Etienne était rempli de la grâce et de la puissance divines et accomplissait de grands prodiges et des signes miraculeux au milieu du peuple.
9 Alors des membres de la synagogue se mirent à discuter avec lui, 10 mais ils se montraient incapables de résister à la sagesse de ses paroles, que lui donnait l’Esprit. 11 Là-dessus, ils payèrent des gens pour dire :
-  Nous l’avons entendu prononcer des paroles blasphématoires contre Moïse et contre Dieu. 12 Ils ameutèrent ainsi le peuple, les responsables du peuple et les spécialistes de la Loi. Survenant à l’improviste, ils s’emparèrent d’Etienne et l’amenèrent au Grand-Conseil. 13 Là, ils firent comparaître de faux témoins qui déposèrent contre lui : 
- Cet homme que voici, dirent-ils, ne cesse de discourir contre ce lieu saint et contre la Loi de Moïse. 14 En effet, nous l’avons entendu dire que ce Jésus de Nazareth détruirait ce lieu et changerait les coutumes que Moïse nous a transmises. 15 Tous ceux qui siégeaient au Grand-Conseil avaient les yeux fixés sur Etienne et son visage leur apparut comme celui d’un ange.

Puis suit un long discours dans lequel Etienne rappelle au peuple toutes les grandes interventions de Dieu au cours de son histoire, et il termine ce discours par ces mots :

Actes 7.51-59 
O vous hommes obstinés qui, comme de véritables incirconcis, gardez votre cœur et vos oreilles fermés, vous résistez toujours à l’Esprit Saint ! 52 Vous ressemblez bien à vos ancêtres ! Y a-t-il un seul prophète que vos ancêtres n’aient pas persécuté ? Ils ont tué ceux qui annonçaient la venue du seul Juste. Et vous, maintenant, vous l’avez trahi et assassiné ! 53 Oui, vous avez bien reçu la Loi de Dieu par l’intermédiaire des anges, mais vous ne l’avez jamais observée...
54 A ces mots, ceux qui siégeaient au Grand-Conseil devinrent fous de rage : ils grinçaient des dents contre Etienne. 55 Mais lui, rempli du Saint-Esprit, leva les yeux au ciel et vit la gloire de Dieu, et Jésus debout à la droite de Dieu. Alors, il s’écria :
-  Ecoutez : je vois le ciel ouvert et le Fils de l’homme debout à la droite de Dieu. 57 A ces mots, ils se mirent à vociférer et à se boucher les oreilles. D’un même élan, ils se ruèrent sur lui, 58 le traînèrent hors de la ville et le tuèrent à coups de pierres.
Les témoins avaient déposé leurs vêtements aux pieds d’un jeune homme nommé Saul.
Pendant qu’ils jetaient des pierres sur lui, Etienne priait ainsi :
-  Seigneur Jésus, reçois mon esprit ! 60 Puis il tomba à genoux et, de toutes ses forces, lança un dernier cri :
-  Seigneur, ne leur demande pas compte de ce péché ! Après avoir dit ces mots, il expira.

Etienne, c’est le premier martyr chrétien, c’est le premier disciple de Jésus à avoir payé de sa vie son amour et son engagement envers son Seigneur et Sauveur.
Quelques jours après Noël, mon but n’est pas de vous donner une douche froide en évoquant la persécution et le martyre. Ce sont pourtant des réalités dans certains pays et nous devons y penser, mais comme, pour l’instant, nous ne sommes pas concernés, j’aimerais plutôt attirer votre attention et votre réflexion sur un aspect de la vie d’Etienne qui nous concerne tous ce matin.
Que faisait Etienne avant d’être arrêté ? Quel rôle Etienne tenait-il dans l’Église avant d’être propulsé sur le devant de la scène,? Etait-il prédicateur ? Ou évangéliste ? Faisait-il partie des principaux responsables de l’église naissante ? Rien de tout cela.
Avant d’être martyr, Etienne a tenu un rôle discret et humble, à l’ombre du service des tables. Etienne avait été choisi avec d’autres pour le service des repas dans la communauté de Jérusalem.
Avez-vous noté les qualifications qui étaient demandées à ceux qui étaient destinés à prendre la louche, à partager la galette, à aller et venir entre les tables ? « Dignes de confiance, remplis du Saint-Esprit et de sagesse (v.3) !» Tout cela juste pour servir aux tables ? Eh oui, pour régler tous les petits conflits entre les gens de culture différente, il faut parfois une sacrée sagesse, ou plutôt, une sagesse sacrée !
Ainsi, Etienne a commencé sa courte mais fulgurante carrière en distribuant la soupe, en accomplissant un service tout banal et presque insignifiant.
Etienne avait sûrement d’autres dons, et la suite de sa vie nous montre un extraordinaire don de parole, un exceptionnel don d’orateur, mais Etienne n’a pas refusé de se salir les mains, ou plutôt de se mouiller les mains, il a accepté comme entrée dans l’Église un rôle de subalterne.
Il n’a pas dit : « Eh, moi, je suis un érudit, j’ai fait des études, j ‘ai des diplômes, je ne vais quand même pas commencer à distribuer la soupe, donnez-moi quelque chose qui soit en rapport avec mes qualités et mes qualifications ! »
Il a certainement accepté avec joie ce rôle de serviteur, il a dû accomplir son service avec entrain et humilité, en se souvenant qu’en servant ses frères et sœurs, il servait en réalité et en premier Jésus-Christ, il suivait l’exemple que le Maître avait laissé ; n’a-t-il pas dit, lui Jésus : « Je suis venu non pour être servi, mais pour servir. »
Et Etienne se souvenait peut-être aussi d’une autre parole de Jésus, une parole à l’intention de ceux qui avaient de grandes ambitions : « Que celui qui veut être le plus grand d’entre vous, qu’il devienne d’abord le serviteur des autres. »
La grandeur du service, la grandeur de la vie chrétienne ne se trouve pas seulement dans le sacrifice de la vie, la grandeur du service et de la vie chrétienne commence là où Etienne l’avait commencé : avec un tablier et une louche à la main !
Le vrai service commence dans ces petites choses parfois insignifiantes, ou rebutantes, ou humiliantes, ou considérées comme telles.
Avant de vouloir prêcher, il faut savoir balayer ou nettoyer les sanitaires ! Ex. : la femme de Gandhi.
Etienne a été fidèle dans son ministère de « serveur » au « Resto du Cœur » de l’époque, eh bien maintenant, il lui sera confié la tâche de servir la cause de Christ, non plus dans une cuisine, mais devant tout le gratin religieux de l’époque, c’est-à-dire le Sanhédrin, qui était un tribunal juif composé des rabbins les plus intelligents de Jérusalem mais aussi les plus rusés.
Après avoir servi aux tables, Etienne va servir son Maître à la table des accusés où il témoignera de sa foi au Christ !
Etienne n’a pas cherché à tout prix cette occasion formidable de témoigner devant ce qu’il y avait de plus important à Jérusalem.
Simplement, Etienne vivait sa foi, il la communiquait par ses paroles et par ses actes. Et Dieu a béni ce simple témoignage ; il est dit que Dieu opérait à travers lui des miracles et des prodiges. Le texte ne mentionne pas lesquels, mais ils étaient suffisamment éloquents et étonnants pour attirer sur lui l’attention pas très amicale des responsables juifs.
Ils viennent l’interroger ; mais ils n’arrivent pas à le coincer : la sagesse d’Etienne les dépasse complètement.
On essaye ensuite par la ruse et le mensonge quitte à transgresser sans vergogne le 9ème commandement : on soudoie quelques fripouilles, on en fait des faux témoins et l’affaire est dans le sac.
Etienne est traîné devant le Sanhédrin. Etienne ne se fait pas d’illusion sur ce qui l’attend ; son sort ressemble d’ailleurs étrangement à celui de son Seigneur.
Pourtant là, devant ce tribunal, tous sont frappés par son calme et sa beauté ; le texte dit qu’ils croyaient voir un ange.
Son visage rayonne de paix et de confiance. Il n’y a aucune hostilité, aucune agressivité dans son cœur, mais un immense amour pour Dieu, un amour qui lui inspirera un des plus longs discours du livre des Actes, un discours dans lequel Etienne rappellera toutes les interventions de Dieu en faveur du salut du peuple d’Israël, depuis l’appel d’Abraham jusqu’à la dernière intervention qui récapitule toutes les autres, la venue de Jésus, celui, dit Etienne, que vous avez trahi et assassiné !
Le discours provoque un grand trouble parmi les auditeurs ; certains se bouchent les oreilles, d’autres grincent des dents, mais tous sont pris d’une haine meurtrière pour Etienne.
Mais lui est déjà ailleurs ; il est avec Jésus ; ses yeux le voient, et il le dit tout simplement, et en le disant, il prononce son arrêt de mort.
Ces simples paroles créent la panique dans tout le Sanhédrin ; ils sont tous hors d’eux-mêmes ; ils se saisissent d’Etienne, et le traînent hors de la ville pour le lapider comme un vulgaire meurtrier.
Mais lui, sous les cailloux qui lui arrachent la peau et cassent tous ses os, lui, il reste en paix. Et comme Jésus, dans un dernier cri, il va demander à Dieu de pardonner ce meurtre ignoble.
Haine d’un côté, pardon de l’autre, quel contraste extraordinaire !
Un contraste qu’un certain Saul, qui avait donné son approbation à l’exécution, ne manquera pas de relever, un contraste, un témoignage de foi et de douceur qui hantera les nuits de ce Saul, qui fera réfléchir ce Saul, ce Saul qui deviendra quelques semaines plus tard Paul, un homme qui portera jusqu’au bout du monde le message qu’il avait entendu de la bouche et de la vie d’Etienne.
Etienne signifie « couronne » : Etienne sera le premier témoin à recevoir la couronne de la vie éternelle, pour prix de son témoignage.
J’aurais pu intituler ce message : « Du service au martyre. »
Nous ne sommes pas tous appelés au martyre, mais au service, là, oui, nous sommes tous appelés.
Appelés au service de Dieu et du prochain, un service qui comportera peut-être des petites morts à soi-même (femme de Gandhi), un service concret, quotidien, qui sera un témoignage pour le monde, un témoignage de plus dans cette lignée de témoins inaugurée, et de quelle façon, par le « serviteur » Etienne.
Que Dieu bénisse notre service quel qu’il soit et quoi qu’il arrive, et que ce service puisse être un témoignage auprès de ceux qui nous entourent ! Amen.



Retour vers "libres opinions"
Retour vers "René Lamey"
Vos commentaires et réactions

 

 

haut de la page

 

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.