Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

Libre opinion

 

La Cimade à Nice


Frontière Vintimille Menton

 

3 Rue Rouget de Lisle, 06000 Nice

 

1er octobre 2015

Le mercredi 30 septembre 2015 (La frontière proprement dite est toute proche de Menton, à 10 km de Vintimille)

Le camp du bord de mer, à deux pas de la frontière, est démantelé . A 6 heures du matin arrivent des policiers italiens en grand nombre. Il ne reste plus que 50 étrangers (d’autres sont partis dans la nuit) L‘expulsion est brutale.Tout est détruit, matériel, affaires personnelles, nourriture, partent dans des bennes à ordures.

Certains réfugiés se regroupent sur les rochers avec les « No Border », et menacent de se jeter à la mer .Des associations françaises tentent,d’apporter de l’eau et des vivres mais ne peuvent accéder. Il y a dans l’après-midi une médiation avec l’évêque italien et Caritas. Les « No Border » sont mis en garde à vue pour « vol d’électricité et vol d’eau ». Les réfugiés sont transportés en bus au centre de la Croix-Rouge à la gare de Vintimille. Voilà ce qui se passe en Italie

La responsabilité de cette situation incombe aux autorités françaises qui bloquent depuis 3 mois la frontière entre Vintimille et Menton. La frontière est fermée depuis 3 mois pour les étrangers qui ont l’air de « migrants» et pour tous ceux qui sont noirs. Les français noirs et les italiens noirs sont sérieusement contrôlés. Et protestent. Il y a la police nationale, la PAF, la gendarmerie : contrôles coté français, interpellations, refoulements immédiats, dans les trains, les gares, les routes de montagne. Beaucoup passent quand même en France, par voiture, camion, à pied par les chemins. Il y a des passeurs.La frontière fermée crée les passeurs.

Visite de la frontière entre Vintimille et Menton le 17 septembre 2015

Gare de Vintimille En délégation, Amnesty, Cimade, Anafé,nous rentrons dans le camp à côté de la gare de Vintimille, géré par la Croix-Rouge italienne, créée par la ville de Vintimille avec la Région. Nous avions prévenu de notre arrivée et sommes bien accueillies par la responsable de la Croix-Rouge. L’effectif dans le camp varie chaque jour. Il y a aujourd’hui environ 200 personnes, 40 nouvelles arrivées ce matin ; il y a encore de la place. Ils sont érythréens, soudanais, pakistanais ; en moins grand nombre des afghans, syriens, sri lankais , nigérians… Les personnes restent entre 1 et 10 jours. Ils ne sont pas « fichés », juste un nom sur un papier ; seule la visite médicale le premier jour est imposée. Ils sont libres de circuler en ville. La ville de Vintimille est sans problème, animée ; il y a de la solidarité. Ils préparent leur départ librement. Tous les matins la Croix-Rouge constate les départs et les arrivées.

Les locaux De larges chambres, hommes – femmes séparés, dans des locaux en dur. Des WC et douches dans des préfabriqués. Un espace pour les familles (2 aujourd’hui). Un bureau, infirmerie, assistante sociale. Une cuisine bien équipée, une cantine. Les bénévoles de la Croix-Rouge italienne et de la Croix-Rouge monégasque préparent les repas chauds, tenant compte des coutumes alimentaires. La Croix-Rouge monégasque fournit de la nourriture. Caritas et le Secours Catholique français, qui ont un local à l’extérieur, fournissent des lits pliants, des couvertures, des vêtements, des chaussures.

Les réfugiés Arrive une adjointe au maire de Vintimille. Avec l’assistante sociale, elle parle avec un groupe de jeunes érythréens qui viennent d’arriver. Parmi eux un garçon qui semble avoir entre 12 et 14 ans, extrêmement maigre et fatigué. Il veut rester avec le groupe. Il retrouve le sourire. Si un mineur est vraiment isolé, il est conduit au commissariat ; sa situation est évaluée et il est placé dans un foyer.

Si certains veulent demander l’asile en Italie, ils sont conduits au commissariat qui entame les démarches ; quelques jours après ils sont emmenés ailleurs. En 3 mois, seulement 16 demandesd’asile ! Pour la plupart, ils veulent aller ailleurs Tous veulent traverser cette frontière fermée et pénétrer en France. On leur explique qu’ils peuvent demander l’asile en France.;.  Ils veulent aller à Calais vers l’Angleterre et l’Allemagne. Ce camp est pour eux une étape : se soigner, dormir,, se nourrir, se laver…surtout se reposer… La Cimade 06 a fait un don en argent à la Croix-Rouge italienne pour marquer sa solidarité.

La frontière du bord de mer – visite Depuis quelque temps, il n’y avait plus personne sur les rochers côté italien. Le camp est installé sous le pont du chemin de fer et sous les arbres. Le camp est organisé par les No Border italiens (plus quelques français) qui font visiter à notre délégation. Francesca, qui parle amarik, nous dit qu’ils sont méfiants pour les visiteurs et journalistes. Il y a des tentes sous les arbres, des matelas sous le pont. Des cours de français et d’anglais sont organisés ; des visites de Médecins du Monde ; des explications et des conseils pour demander l’asile à Nice, à Paris, en Angleterre. Il y a une centaine de personnes aujourd’hui, principalement des soudanais du Darfour. Une cuisine a été installée, la nourriture vient des associations proches, françaises et italiennes..

Depuis juillet, avec la création du camp de la Croix-Rouge à la gare de Vintimille, les autorités italiennes veulent supprimer le camp du bord de mer. Elles proposent aux réfugiés de les transporter à la gare , ou ils seront mieux; certains ont accepté.certains sont revenus. Ces personnes, et les No Border qui vivent avec eux, résistent et veulent rester là, Tout est fait pour limiter ce camp « indésirable ».Mais les réfugiés veulent rester pour etre tout contre cette frontière qu’ils veulent franchir et les No Border pour que le scandale de la frontière fermée soit visible,sous les feux des projecteurs. Eh oui c’est un scandale…. La Cimade 06 donne des sacs de couchage et des sacs à dos pour marquer sa solidarité.

C’est donc la situation aujourd’hui , le 1er Octobre . Après cette description, nous vous rapporterons la situation du coté français.: Qu’arrive-t-il aux réfugiés qui parviennent à Nice ?. Que fait la Préfecture de Nice pour l’accueil et l’hébergement des demandeurs d’asile ?. Donc, à suivre….

Pour le groupe Cimade 06

E & E Grimanelli
Inge V, Elysabeth M.
et les autres

 

 

Retour vers "libres opinions"
Vos commentaires et réactions

 

haut de la page

 

rtin Luther  

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.