Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

OnFaith




10 questions sur l’enfer

 

10 Questions About Hell


 

Herb Silverman

professeur émérite de mathématiques au Collège de Charleston, Caroline du Sud

 

18 juillet 2015

1.  Pourquoi la foi est-elle non seulement un élément important mais peut-être le facteur décisif pour décider si on va au paradis ou en enfer ?

Quand on me demande ce que je ferai si, à ma mort, je rencontre Jésus, je réponds que j’aurai alors la preuve qui me paraît indispensable pour devenir un croyant.
Mais apparemment il serait alors trop tard.
Si un Dieu créateur existe, pourquoi les humains qu’elle crée sont-ils tellement focalisés sur la preuve, si elle veut que nos décisions soient fondées sur la foi ?

 

2. Pourquoi les 30 dernières secondes de notre vie sont-elles si importantes ?

On dit que si quelqu'un comme Adolphe Hitler se repent sur son lit de mort pour l’Holocauste qu’il a fait et accepte Jésus, il ira au ciel.
Je pense qu’il serait plus raisonnable (mais la raison a-t-elle quelque chose à faire dans ces questions ?) de juger quelqu’un sur les actions commises durant sa vie, plutôt que sur sa croyance ultime.

 

3. Si nous avons notre liberté de penser sur la terre, l’aurons-nous aussi au ciel ?

Si c’est le cas, risquerons-nous de pécher et d’être renvoyés du ciel en enfer ? Et si non, en serons-nous réduits à n’être que des robots célestes ?
Et si Dieu peut nous rendre sans péché au Ciel, pourquoi ne nous a-t-elle pas créés ainsi déjà sur terre ?

 

4. Quel est le but moral d’enseigner des tortures éternelles ?

On s’efforce d’amender les délinquants et les criminels dans l’espoir qu’ils tireront la leçon de leur culpabilité passée. Même dans le cas de la peine capitale, nous cherchons une exécution la moins douloureuse possible. Pourquoi un Dieu que l’on dit bon et plein de compassion brûlerait-il des gens pour l’éternité ?

 

5. Quel est le sort de ceux qui sont morts avant la naissance de Jésus, ou qui n’ont pas entendu parler de lui ?

S’ils peuvent quand même accéder au ciel, en quoi Jésus est-il important ? S’ils sont tous condamnés à l’enfer, où est la compassion de Dieu ?

 

6. Si on veut vraiment que les gens aillent au ciel, ne devrait-on pas commettre systématiquement l’infanticide ?  

  Ne devrait-on pas les baptiser à leur naissance et les tuer immédiatement ? Ou même encourager l’avortement puisqu’on dit que les fœtus iront au ciel ?

 

7. De combien la valeur de la pire personne du ciel dépasse celle de la meilleure de l’enfer ?

L’un a juste réussi l’examen d’entrée au paradis, l’autre l’a juste raté. Il faut bien une ligne de partage. Dans notre monde aussi nous disons qu’il faut avoir atteint 18 ans pour voter et 21 ans pour acheter de l’alcool. Quelques jours après c’est permis, quelques jours avant non.
Mais la distinction céleste est autrement plus grave puisqu’elle fait la différence entre une éternité de béatitude et une éternité de torture.

 

8. Comment le paradis peut-il être un lieu de bonheur ?  

Peut-on jouir d un bonheur parfait au paradis tout en sachant que ceux que l’on aime sont torturés en enfer ?
Et d’ailleurs comment demeurer durant l’éternité dans ce bonheur parfait sans finir par s’en lasser ?

 

9. Pourquoi Dieu a-t-il torturé son fils ?  

Ne pouvait-il pas trouver un moyen moins sanglant de nous faire accéder au paradis que de torturer et de tuer son fils innocent pour régler la question d’un prétendu Péché originel d’un prétendu premier homme ? Nous adorons Dieu pour un acte qui aurait valu à un être humain inculpation et incarcération immédiates.
Dieu semble inhumain mais c’est sans doute parce qu’il n’est pas humain.

 

10. Un Dieu d’amour qui voudrait que nous allions tous au paradis, n’aurait-il pas expliqué de façon claire et sans ambiguïté comment il faut s’y prendre ? 

Les chrétiens ne s’occupent pas des fidèles des autres religions ou sans religion qui ont leurs propres idées sur ce qu’il faut croire et faire. Est-ce bien ?
Certains disent que l’on est prédestiné au ciel ou à l’enfer avant même d’être né et que l’on n’y peut absolument rien.
D’autres disent qu’il nous est donné à tous la possibilité de croire et d’accepter Jésus comme sauveur ce qui est la condition nécessaire pour entrer au paradis,mais que certains refusent cette possibilité.
Mais je ne peux refuser une possibilité dont je pense qu’elle ne m’a jamais été donnée. La foi est autre chose qu’une possibilité donnée.

 

Traduction Gilles Castelnau



Retour vers "libres opinions"
Vos commentaires et réactions

 

haut de la page

 

v it libérs du sacré

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.