Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

Libre opinion

 

La victoire du Front national

 


Antoine Nouis

directeur de l’hebdomadaire protestant Réforme

publié le 14 février 2015

 

13 février 2015

Le Front national a échoué de peu dans sa tentative d’envoyer un troisième député à l’Assemblée nationale le week-end dernier. La prochaine fois, il réussira ! Nous ne pouvons plus nous voiler la face devant un fait brut : la progression de ce parti est spectaculaire. Si en Grèce et en Espagne, la gauche radicale a réussi à fédérer la vague de mécontentement et de frustrations, en France, c’est Marine Le Pen qui a eu ce talent. L’accession du Front national au pouvoir n’est plus une simple hypothèse d’école. Même si la fille n’est pas le père, cette perspective est dangereuse pour trois raisons.

Le caractère clivant d’un mouvement incapable d’élaborer des compromis. On présente souvent comme un scandale le fait qu’un parti qui réunit plus de 20 % des électeurs ait moins de 1 % des députés. Dans le système électoral de la Ve République, pour avoir des députés, il faut contracter des alliances. Si le Front national a si peu de députés, c’est qu’il a été incapable d’établir des rapprochements. Même au niveau du Parlement européen où les députés sont élus à la proportionnelle, il n’a pas réussi à trouver des partenaires étrangers pour créer un groupe.

Le caractère démagogique de son programme. Il est toujours possible de promettre d’augmenter les salaires, les retraites et la protection sociale tout en baissant les impôts, sauf que ce n’est pas réaliste. Les économistes qui se sont penchés sur le programme du Front national disent qu’il n’est pas sérieux. Il est toujours dangereux de faire des promesses qu’on ne pourra tenir.

Le caractère malveillant de son discours. Les partis politiques ont la responsabilité morale de favoriser le vivre ensemble. Même si le Front national est moins extrême qu’il ne le fut, il continue à distiller le rejet de l’étranger sous couvert de préférence nationale, et le rejet du musulman sous couvert de défense de la laïcité. Le rejet est une boite de Pandore, la malveillance un poison aux effets imprévisibles. Tout discours qui alimente le rejet et le mépris ne fait que saper la possibilité d’une société de confiance et de collaboration

 


Retour vers la page d'accueil
Retour vers Antoine Nouis
Retour vers "libres opinions"
Vos commentaires et réactions

 

 

haut de la page

 

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.