Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

Libre opinion



Et si Jésus n'était

qu'un personnage littéraire ?


 

Michel Barlow

 

Article paru dans Évangile et Liberté
de février 2015


 

31 janvier 2015

Sa naissante moustache lui donnait beaucoup de soucis. Et cet accessoire de séducteur l’encourageait souvent à adopter en classe un rôle de provocateur jovial. Après avoir entendu le prof’ de philo (c’était moi) parler des Deux sources de la morale et de la religion (Henri Bergson), il fit mine d’exploser : « M’enfin, m’sieur ! Les croyants sont tous des fadas : ils parlent à quelqu’un (il prononce kékun) qui n’existe pas ! »

J’accueille la remarque du garçon, en me plaçant dans l’axe de sa propre réflexion
– le seul endroit où nos pensées peuvent se rencontrer :

– Votre objection est imparable, Raoul, mais seulement au niveau du réalisme sensoriel. Dans le souvenir ou la lecture d’un roman, par exemple, une personne décédée ou imaginaire nous est bel et bien présente : on pleure, on rit, on s’indigne en pensant à elle ; alors, pourquoi ne pas lui parler ? Et, pour le sujet qui nous occupe, ce qui est indubitable, c’est que Jésus est le personnage principal d’une œuvre littéraire qu’on appelle les évangiles : les souvenirs et réflexions des premières générations de ses disciples...


 – Ouais ! Mais, faut pas se leurrer ! (l’expression à la mode, cette année-là) Quand on ressasse ses souvenirs, ils s’embellissent de plus en plus et finissent par devenir carrément... extraordinaires ! C’est comme ça qu’on peut expliquer les prétendus « miracles » de Jésus !

– Allez au bout de votre raisonnement, Raoul ! Que le récit évangélique soit souvent légendaire (peut-être même toujours, pourquoi pas ?), cela lui ôterait toute crédibilité seulement si l’on voulait que ce soit un récit historique. Mais c’est avant tout un message spirituel qui, comme tel, peut parler à tous, croyants ou non. Alors...


 – Bref, la seule chose que vous nous prouvez, M’sieur, c’est que Jésus est un personnage littéraire... Eh bien ! (il prononce hébé !) vous avez de la chance qu’on soit plus au Moyen Âge, sinon les cathos vous crameraient pour hérésie !

 

 

Retour vers Michel Barlow
Retour vers "libres opinions"
Vos commentaires et réactions

 

haut de la page

 

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.