Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

Libre opinion

 



Conversation sur la foi


Michael Morwood

 

11 décembre 2014

Il y a deux manières de parler de Dieu et deux manières de parler de Jésus, des sacrements et de la prière :

- Dieu est-il un être divin ou une présence universelle au-delà de nos compréhensions humaines ?

- Jésus est-il quelqu’un qui descend de quelque part en haut et qui est l’unique voie conduisant au Dieu qui demeure quelque part ailleurs ou est-il celui qui nous révèle le mystère de Dieu ?

- Les sacrements sont-ils les seuls moyens efficaces que nous avons pour accéder au sacré et obtenir que notre Hôte s’approche de nous ? ou ritualisent-ils notre disposition intérieure à manifester notre existence et la réalité de notre être ?

- La prière est-elle une manière d’entrer en contact avec une divinité extérieure qui écoute et exauce ou a-t-elle plutôt le but nous changer en approfondissant notre conscience de la réalité mystérieuse qui est en nous et en nous amenant à rendre trémoignage de notrre style de vie ?


Acceptons l’histoire de l’évolution
et au lieu de dire que Dieu dirige tout, disons que Dieu est partout, en tout et avec tout, agissant en tout ce qui vit.
Et au lieu de dire que Jésus demeure quelque part dans l’au-delà et qu’il représente la seule voie d’accès à Dieu, disons qu’il est celui qui dit clairement dans l’Évangile : « ouvrez les yeux, le Royaume, la Réalité de la présence de Dieu est ici dans votre vie, dans votre amour ».
Si Dieu est partout, s’il  est le fondement de tous les êtres, où pourrons-nous le rencontrer ?  Comment pourrons-nous le voir à l’œuvre ?
Tout ce qui se passe dans l’univers est le signe de l’activité divine. Le divin se manifeste par son œuvre dans la vie de l’univers. La présence divine s’exprime jusque dans l’appel adressé aux hommes : « œuvrez ensemble, coopérez et j’agirai en vous et par vous ».

Nous ne sommes pas dépendants de sacrements que nous octroierait les clercs d’une middle class pour nous rapprocher de Dieu. Les sacrements nous rendent capables de participer à la vie divine et la liturgie doit l’exprimer. Les textes liturgiques ne doivent donc pas nous situer devant un Dieu qui désire avant tout d’être adoré et qui se désole si nous ne le faisons pas. Ils doivent au contraire nous impliquer dans la vie divine, nous aider à prendre conscience de sa réalité et nous inciter à en témoigner.


La prière a deux buts. D’une part elle m’introduit dans la vie nouvelle du monde, dans l’émerveillement de ce que signifie être vraiment humain : n’être sans doute que des poussières d’étoiles mais regarder les étoiles.
Ma foi chrétienne m’apprend aussi que je dois donner du sens au mystère que j’appelle Dieu, la divine présence et que c’est en tant qu’humain que je le fais.
Jésus vivait et s’exprimait dans un univers imprégné de la présence divine. Mais le christianisme institutionnel semble l’ignorer. Il propage une vision dualiste et dit que Dieu a envoyé son fils Jésus-Christ depuis l’extérieur du monde, que celui-ci nous ouvre les portes des cieux et nous donne accès au paradis de Dieu qui est « au ciel ».

Je veux dire à ces choses un non résolu : Je ne crois à rien de tout cela. Je n’entre pas dans ces idées. Elles ne sont pas, à mes yeux, le véritable christianisme.

.

Voir aussi de Michael Morwood
Prière pour les enfants
Des enfants prient

 

 


Retour vers "libres opinions"
Vos commentaires et réactions

 

haut de la page

 

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.