Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

Libre opinion

 

 

Ce qu’ils voulaient réellement dire

en signant cette confession de foi

 


What They Really Meant When They Signed That Statement of Faith

 


Jim Burklo

 

pasteur de l’Église unie du Christ de Californie (USA)

Aumônier à l’université de Californie du Sud

 

 

2 avril 2014

Je dédicace cet article aux chrétiens sincères que sont certains de mes collègues, amis ou connaissances qui travaillent dans des églises, des collèges ou d’autres organisations évangéliques qui exigent de leurs employés qu’ils signent une déclaration de foi.

Je sais que nombre d’entre eux ne sont pas – ou ne sont plus – en accord avec les textes qu’ils ont signé et s’efforcent, sans rien dire, de les réinterpréter de manière raisonnable. Mais ils savent qu’ils seront licenciés s’ils le déclarent ouvertement et ils craignent évidemment de perdre une profession qui leur plaît.

On sait que certains chefs d’entreprises chrétiennes se plaignent d’être tenus par la loi de s’occuper des homosexuels ou de proposer le contrôle des naissances à ceux qui le demandent ; ils prétextent que leur liberté religieuse est ainsi violée. Mais en même temps ils n’hésitent pas à licencier ceux qui déclareraient ne plus croire à leurs dogmes. L’espace s’accroît entre les convictions qu’ils exigent de leurs employés et la réalité de celles-ci.

En solidarité avec ces milliers de personnes pour lesquelles toute liberté de pensée signifierait leur licenciement, je m’efforce d’ouvrir ici des fenêtres.

Je reproduis ici la confession de foi exigées des professeurs d’un collège évangélique avec, pour chaque paragraphe la signification réelle que l’on peut lui donner.

 

.

 

Nous croyons que la Bible est inspirée, unique Parole de Dieu infaillible et ayant autorité.

La Bible est inspirée par les nombreux et différents hommes de foi qui l’ont composée pendant des siècles. Une grande partie de ses textes sont des mythes et de la poésie et constituent néanmoins une collection infailliblement unique d’expressions authentiques et précieuses des itinéraires spirituels qu’ont suivi ces hommes.
Les livres de la Bible ont de l’autorité à la mesure de leur époque, mais Dieu parle aussi de nos jours. La Bible est la parole de Dieu pour les croyants de leur temps et certains passages sont parole de Dieu pour aujourd'hui. Mais elle n’est pas la dernière parole de Dieu que Dieu prononcerait pour demain.

 

 

Nous croyons en un seul Dieu, créateur du ciel et de la terre, existant éternellement en trois personnes - Père, Fils et Saint Esprit.

Dieu est la force naturelle créatrice de l’univers. La Trinité est une manière poétique d’en exprimer la créativité, la compassion et l’énergie qui émanent de cette source divine.

 

 

Nous croyons en la divinité de notre Seigneur Jésus-Christ, en sa naissance virginale, en sa vie sans péché, en ses miracles, en sa mort expiatrice et réconciliatrice par son sang versé, en sa résurrection corporelle, en son ascension à la droite du Père et en son retour personnel dans la puissance et la gloire.

Jésus était un être humain qui a pris conscience de la divinité en lui et a enseigné aux autres gens de la découvrir eux aussi en eux. Jésus a commis des erreurs comme tout le monde, mais ses péchés étaient continuellement effacés par la compassion divine qu’il rayonnait autour de lui. Son exemple nous inspire d’être nous aussi libérés du péché. Comme tous les êtres humains, Jésus était un miracle. Ses actes de compassion gratuite étaient des miracles de tendresse comme le sont les nôtres.

Il a été mis à mort par les Romains qui le considéraient comme un danger pour l’ordre public. Il a pardonné à ceux qui le tuaient. Sa volonté d’aimer ses ennemis qui versaient son sang est devenue modèle de réconciliation pour ceux qui ont de la haine envers leurs agresseurs. Son exemple nous libère du cycle de l’œil pour œil, dent pour dent.

Il a dit de manière poétique que le pain qu’il partageait avec ses disciples était son corps et que le vin qu’il buvait avec eux était son sang. Dans ce pain et ce vin il ressuscite pour Dieu en puissance et en gloire chaque fois que l’on partage un repas en souvenir de lui.

 

 

Nous croyons en la chute de l’humanité et en sa conséquence, la dépravation morale totale du monde, le débordement du péché et la nécessité d’être régénéré par le Saint Esprit.

Comme dans le mythe d’Adam et Ève, deux excellentes personnes qui ont fait des bêtises, nous sommes tous le beau couronnement de la création, tout en nous conduisant parfois de manière tout à fait dépravée. Nous sommes tous pécheurs et perdus alors même que nous sommes nés dans la bonté et la noblesse d’esprit. Le Saint Esprit de tendresse nous rétablit dans notre gloire originelle par sa créativité divine et généreuse.

 

 

Nous croyons à l’action continuée de sanctification du Saint Esprit dont la présence purifie les croyants et les rend capables de vivre dans la sainteté et le service.

Amen.

 

 

Nous croyons en la résurrection des sauvés et des perdus ; les sauvés pour la résurrection de la vie et les perdus pour la résurrection de la damnation.

La résurrection est le renouveau de la vie par un changement de la pensée et des actes. Lorsque nous sommes perdus dans l’avidité et la haine, c’est sur la terre que nous souffrons la damnation. Lorsque nous vivons le salut d’une vie mesquine et égoïste, nos pensées et nos actes changement pour le mieux et nos vies sont renouvelées.

L’enfer est d’être aliéné de la divinité ici sur la terre, mais personne n’y est attaché pour toujours. Le paradis est de vivre la communion à la divinité ici sur la terre, ce qui est promis à tout le monde quelle que soit sa religion.

 

 

Nous croyons en la communion spirituelle de tous les croyants en notre Seigneur Jésus-Christ.

Tous ceux qui suivent d’autres religions, ou pas de religion du tout, participent à la communion spirituelle des chrétiens. Les autres religions peuvent être un chemin de salut comme le christianisme l’est pour les chrétiens.

 

Traduction Gilles Castelnau

 


Retour vers Jim Burklo
Retour vers "libres opinions"
Vos commentaires et réactions

 

haut de la page

 

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.