Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

Libre opinion


 

A l’ombre de la Bible

 

(Scènes de vie)


 

Michel Théron

 

Ed. Golias

96 pages - 10 €

 

Recension Gilles Castelnau

12 mars 2014

Michel Théron n’est pas seulement un professeur de culture, il est en même temps un homme de méditation et de contemplation de la vie telle qu’elle se présente.

Il est un lecteur de la Bible dont il laisse les textes vivre en son cœur, l’accompagner, l’inspirer, l’aspirer dans le grand fleuve de la vie humaine où Dieu n’est jamais loin.

Gageons que chaque lecteur de ces 19 petites méditations laissera lui aussi s’envoler sa pensée dans le grand souffle de vie qui est en lui, qui n’est pas sans lui mais qui est... plus que lui.

En voici deux exemples.

 

.

 

page 17

D'OÙ VIENNENT LES CIHOSES...


- Souris-moi toujours. J'en ai besoin, de ton sourire, et que tu me regardes comme cela toujours. J'en tire confiance et raison de vivre.

- Oui, mais toi aussi regarde-moi comme maintenant. Aime-moi, désire-moi, et je sourirai. C'est ton regard qui m'embellit. Sans lui, je retombe au néant.

Ce que tu vois, c'est ce que tu crées. Comprends-le. Tu peux tuer quelqu'un par un seul de tes regards, une seule de tes paroles. Et aussi le sauver. Choses et êtres sont ce que tu en fais. N'attends pas la surprise de l'extérieur. Rien ne t'est dû, tout t’est confié. Ne gâche rien, c'est si facile, et si fréquent... Ce qui compte, ce n'est pas ce qui vient à toi, c'est ce qui sort de toi.

 

Marc, 7/14-16
Ensuite, ayant de nouveau appelé la foule à lui, il lui dit : « Écoutez-moi tous, et comprenez. Il n'est hors de l'homme rien qui, entrant en lui, puisse le souiller ; mais ce qui sort de l'homme, c'est ce qui le souille. Si quelqu'un a des oreilles pour entendre, qu’il entende. »

 

Tu peux tuer quelqu'un par un seul de tes regards, une seule de tes paroles.

 

 

.

 

 

page 61

PROIES POUR LA HACHE


Quel massacre! Tous ces petits sapins jetés à bas, pour orner les salons pour les fêtes ! En tas, proposés à la convoitise, à l'entrée du temple moderne de la goinfrerie, le supermarché. Les clients passent devant, emplissant caddies et rayons. Empliront-ils les églises à Noël, c'est une autre question...

Impitoyablement coupés, tombés sous la hache, les voilà proposés, à tant l'exemplaire. Orphelins de la forêt. Pathétique amas végétal, dérisoirement étiqueté.

... Attendez que je calcule... Avec la décoration, cela fera tant... C'est bien ce qu'il y avait dans le prospectus. Même ils sont en promotion. À moi ristournes, économies : comme ça je pourrai gaspiller davantage...

Les lumières, la musique, le déluge des victuailles, que désirer de plus ? Qui a dit que Noël était la fête de la pauvreté ?

... Quel gâchis pourtant. Mais ils ne le voient pas. Heureux certes, ils le sont bien. Du bétail qui veut s'empiffrer. Je les hais. L'enfer moderne est là, dans les grandes surfaces. Laissez toute espérance, vous qui entrez...

... Mais nous voulons consommer. Nous sommes des hommes modernes. Qui a dit que tout était consommé ?

Au-delà de notre vie (notre vie !), nous ne voyons rien. Pas de lendemain. Toutes richesses immédiatement disponibles dans la ruée de la fièvre acheteuse.

Le petit sapin, arraché à sa forêt, tombé sous la hache... Et alors, il faut bien faire marcher le commerce...

... Je vous hais. La hache n'est pas que pour lui. Que savez-vous de l'homme, hommes petits et contents ? Vous faites des cadeaux à vos rejetons, à ceux que vous avez mis bas. Mais vous vous êtes mis bien bas. Et bientôt vous serez mis à bas. Vous ne plaignez pas le petit sapin. Voyez donc ici votre propre image. Déjà la cognée est mise à la racine des arbres...

 

Matthieu, 3/7-10
Mais, voyant venir à son baptême beaucoup de pharisiens et de sadducéens, il leur dit : « Races de vipères, qui vous a appris à fuir la colère à venir ? Produisez donc du fruit digne de la repentance, et ne prétendez pas dire en vous-mêmes : Nous avons Abraham pour père ! Car je vous déclare que de ces pierres-ci Dieu peut susciter des enfants à Abraham. Déjà la cognée est mise à la racine des arbres : tout arbre donc qui ne produit pas de bons fruits sera coupé et jeté au feu. »

 

Proies pour la hache

 

 

Retour vers Michel Théron
Retour

Vos commentaires et réactions

haut de la page

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.