Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

Libre opinion

 

profession de foi

 

Au point où j'en suis...

 

Michel Leconte

 

 

25 mai 2013

Oh, je ne voudrais pas choquer les âmes simples mais je ne peux plus croire en Dieu comme un être personnel avec lequel on pourrait entretenir une relation comme celle qu’on peut avoir avec des êtres humains ou dont on pourrait obtenir des faveurs grâce à nos prières. Pour moi, cela s’apparente à de la superstition.

Ce que je nomme Dieu, est pour moi le réel ultime du monde, ce qui lui donne sens, ce qui lui confère beauté et profondeur par delà le malheur ou le chaos. Dieu est un mot équivoque qui peut conduire aux pires fantasmes et aux fanatismes les plus odieux. C’est pourquoi je préfère l’utiliser avec modération et sobriété. Cette réalité ultime, je ne peux la nommer que par des mots abstraits, des images ou des métaphores comme la Grâce originelle qui nous précède ou le Logos, le souffle créateur du monde, la source vive qui irrigue nos terres desséchées. Devant cette réalité indicible, le mieux est de faire silence et se laisser pénétrer de sa divine douceur.

Le Christ Jésus est pour moi cet homme qui a su vivre et parler le mieux de ce mystère, celui qu’il appelait Abba, dans une proximité jamais égalée jusqu’à aujourd’hui. Jésus m’enseigne que le sens, l’origine et la finalité du monde réside dans un dynamisme d’amour et de tendresse qui nous porte, nous remet debout si nous tombons, nous recrée chaque jour et fait toutes choses nouvelles. Il nous enseigne la Voie, la seule qui nous permet de devenir des humains vivants et véritables, car investis par la tendresse qui précède tout. Désormais, nous pouvons avoir confiance devant la vie, cette confiance qui guérit et relève. Oui, nous sommes voulus et précédés par ce don originel que les vieux textes nomment Agapè, l’amour-tendresse qui doit irradier entre les humains afin qu’ils puissent vivre avec la certitude que nul ne peut être exclu ou condamné.

"ὁ θεòς ἀγάπη ἐστίν" : « Qui n’aime pas n’a pas découvert Dieu, puisque Dieu est amour. » (1 Jn 4, 8)


Retour vers "libres opinions"
Retour vers Michel Leconte
Vos commentaires et réactions

 

haut de la page

 

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.