Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

Libre opinion

 


Voteriez-vous pour Jésus ?


des questions que les électeurs chrétiens doivent se poser

 

Would You Vote For Jesus?

Questions Christian Voters Must Ask

 

Alex Iwashyna

Alex Iwashyna est une jeune femme américaine trentenaire qui a un mari et deux jeunes enfants. Elle tient un blog

 

19 octobre 2012

“Ne vous conformez pas au siècle présent, mais soyez transformés par le renouvellement de l'intelligence, afin que vous discerniez quelle est la volonté de Dieu”  Romains 12.2

De nombreux chrétiens que je connais fondent leur vote sur une seule question, notamment l’avortement.
Le but de cet article n’est pas d’entrer dans le débat du droit à l’avortement. Je comprends que si l’on fixe le commencement de la vie au moment de la conception, l’avortement n’est pas une option acceptable. Mais je pense que pour un électeur chrétien conscient, le choix du vote n’est pas aussi simple que le prétend la campagne électorale de certains candidats. La question devrait plutôt être : dans quelle mesure mon candidat ressemble au Christ.

A quoi ressemblait le ministère de Jésus ? Jésus parlait beaucoup de relever les gens, de les aider, de les aimer :

Jésus prit la parole, et dit :
Un homme descendait de Jérusalem à Jéricho. Il tomba au milieu des brigands, qui le dépouillèrent, le chargèrent de coups, et s'en allèrent, le laissant à demi mort.
Un prêtre, qui par hasard descendait par le même chemin, vit cet homme, et passa outre.
Un Lévite, qui arriva aussi dans ce lieu, le vit aussi et passa outre.
Mais un Samaritain, qui voyageait, passa par là, le vit et fut ému de compassion l.
Il s'approcha, banda ses plaies en y versant de l'huile et du vin, le mit sur sa propre monture, le conduisit à une auberge, et prit soin de lui.
Le lendemain, il donna deux deniers  à l'aubergiste, et lui dit : occupe-toi de lui, et ce que tu dépenseras de plus, je te le rembourserai à mon retour.
Lequel de ces trois te semble avoir été le prochain de celui qui était tombé au milieu des brigands ?
C'est celui qui a exercé la compassion envers lui, répondit le docteur de la loi. Et Jésus lui dit : Va, et toi, fais de même. Luc 10.30-37

 

Il critiquait l’attachement à l’argent :

Nul serviteur ne peut servir deux maîtres. Car, ou il haïra l'un et aimera l'autre ; ou il s'attachera à l'un et méprisera l'autre. Vous ne pouvez servir Dieu et l’argent. Luc 16.13.

 

Jésus ne demandait pas seulement aux chrétiens de venir en aide à ceux qui en avaient besoin mais il disait des paraboles qui parlaient d’aider ceux qui choisissaient de mal se conduire. Il s’agit avant tout d’aimer les gens.

Comment un homme politique peut-il aimer les gens ?Bien des électeurs qui sont personnellement contre l’IVG trouveront que l’homme politique qui est lui aussi contre l’IVG est un bon exemple d’amour.
Mais que dire de l’homme politique faisant campagne en faveur de la peine de mort ? Ne devons-nous pas aimer l’enfant prodigue ? (Luc 15) Imiterons-nous le père accueillant son fils ou bien le frère aîné qui le repousse ? Lequel de ces deux personnages de la parabole ressemble le plus à notre homme politique ?

 

Et que dit votre homme politique sur les questions de la santé ?  Ne sommes-nous pas censés avoir compassion des malades ?

Un lépreux vint à lui et, se jetant à genoux, il lui dit d'un ton suppliant : Si tu le veux, tu peux me rendre pur.
Jésus, ému de compassion, étendit la main, le toucha, et dit : Je le veux, sois pur.
Aussitôt la lèpre le quitta, et il fut purifié.
Marc 1.40-42


L’enfant asthmatique qui pour une question d’argent ou pour une autre raison, est incapable d’accéder  au traitement que son état exige, est-il moins important que l’embryon ou le fœtus d’une vie qui n’est pas encore née ?
Aux États-Unis, la mortalité maternelle est gigantesque. Qui votera pour les mères ? Quel homme politique fait campagne en faveur des femmes enceintes et des mères ?

 

Et en ce qui concerne le salaire minimum, que dire des accords sociaux en cours actuellement ? Quel est le seul groupe de gens dont Jésus disait du mal ? Ce n’étaient ni les prostituées ni les lépreux, ni même les disciples qui risquaient de le trahir. C’est contre les marchands du temple qu’il élevait la voix, ceux qui utilisaient une maison de prière pour gagner de l’argent.

Il trouva dans le temple les vendeurs de bœufs, de brebis et de pigeons, et les changeurs assis.
Ayant fait un fouet avec des cordes, il les chassa tous du temple, ainsi que les brebis et les bœufs; il dispersa la monnaie des changeurs, et renversa les tables; et il dit aux vendeurs de pigeons: Ôtez cela d'ici, ne faites pas de la maison de mon Père une maison de trafic.  
Jean 2.14-16

Il faut donc se demander quels hommes politiques, quels syndicats s’expriment en faveur des valeurs que Jésus faisait connaître.

Serait-il plus facile de faire campagne pour « sauver les bébés » que pour les buts que je viens de mentionner ? Serait-ce parce que les bébés sont mignons et innocents ? Mais Dieu n’a pas manifesté de préférence pour les innocents. Souvenons-nous de la conversion de Paul sur la route de Damas (Actes 9.1-18) : Le condamné dans le couloir de la mort aurait-il moins de droit à notre compassion et à notre pardon ?

 

Et si on votait pour l’homme politique qui déclare vouloir accroître les congés de maternité  et généralement les droits des femmes et des enfants ?
Serait-il moins important de développer l’assistance prénatale pour les enfants à naître que de se borner à éviter leur avortement ?
Dieu s’intéresse-t-il davantage à un fœtus qu’à un enfant vivant ainsi qu’à ses parents ?
Je ne peux pas répondre moi-même à toutes ces questions mais ce que je peux c’est appeler tous les chrétiens à porter ces choses dans leur prière et à comparer avec un esprit ouvert le ministère de Jésus avec les programmes des candidats aux élections. Je ne demande à personne de prendre position en faveur de l’avortement mais j’appelle à ce que tous ceux qui s’efforcent de voter au nom de Jésus prennent effectivement en compte le ministère de Jésus.

Il y a dix commandements. Et il y a le grand commandement.

Un des scribes, qui les avait entendus discuter, sachant que Jésus avait bien répondu aux sadducéens, s'approcha, et lui demanda : Quel est le premier de tous les commandements ?
Jésus répondit : Voici le premier : Écoute, Israël, le Seigneur, notre Dieu, est l'unique Seigneur ; tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta pensée, et de toute ta force.
Voici le second : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Il n'y a pas d'autre commandement plus grand que ceux-là.
Marc 12.28-31

 

Au lieu de porter des jugements sur notre prochain, nous devons l’aimer et faire davantage pour lui. Et nous demander si l’homme politique que nous soutenons en fait autant.

 

 


Retour vers "libres opinions"
Vos commentaires et réactions

 

haut de la page

 

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.