Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français


Libre opinion

 

 

Protestantisme


La tradition
du salut par la grâce seule

 

publié dans le mensuel Évangile et Liberté

d'octobre 2012

 

Laurent Gagnebin

pasteur et professeur de théologie

 

2 octobre 2012

C'est par la seule grâce de Dieu que nous sommes sauvés (sola gratia) !

Ces mots, que nous réentendrons bientôt à l’occasion de la Fête de la Réformation, me paraissent usés. Ont-ils encore la force mobilisatrice et d’appel de naguère ? Certes, il est essentiel de pouvoir déclarer à un enfant baptisé : - « Que tu le saches ou non, que tu le veuilles ou non, Dieu t’aime, cela ne dépend pas de toi. »

Certes, la grâce fonde une pratique religieuse désintéressée. Mais cette annonce libératrice, qui aurait dû nous dépréoccuper de nous-mêmes, nous a au contraire trop souvent recentrés sur nous dans une perspective moralisatrice et culpabilisante : confesser toujours mon péché, penser toujours à mon salut, c’est penser toujours à moi.
Si le salut nous est acquis une fois pour toutes, alors soyons joyeux et n’en parlons plus ! Si le sola gratia signifie une libération, alors fuyons ces jérémiades narcissiques !

Au XVIe siècle, la proclamation du sola gratia fut pour des chrétiens terrorisés par l’enfer une prédication libératrice. Nos contextes ont changé ; l’homme de la rue, comme on dit, n’est plus obsédé par son salut dans l’Au-delà. De toute façon, le vocabulaire théologique hérité de Paul (justification, justifiés, justice de Dieu...) lui est incompréhensible et n’a rien à voir avec le sens courant donné à ces mots aujourd’hui.



Pour dire l’essence du protestantisme à nos contemporains, n’est-il pas infiniment préférable d’insister surtout sur deux expressions de la liberté qui lui sont propres ? Le libre examen : une lecture personnelle et critique de la Bible et cela sans fondamentalisme. La liberté de conscience s’opposant aux autoritarismes et aux fanatismes religieux, et cela par fidélité à l’enseignement de Jésus.

Oui : Évangile et liberté !

 


Retour vers "libres opinions"
Retour vers Laurent Gagnebin
Vos commentaires et réactions

 

haut de la page

 

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.