Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

Libre opinion

 

Le «Dieu sans Nom »

 

Jim Burklo

pasteur de l'Église Unie du Christ (United Church of Christ)
à l'Université de Californie du Sud

 

8 septembre 2009

Ma femme Roberta et moi nous nous promenions dans la rue principale de Sausalito (Californie), pas loin de l’église. Il y avait de la musique au « Bar Sans Nom » et nous nous sommes arrêtés pour écouter. Al, le patron du bar est justement sorti à ce moment-là pour fumer son cigare et nous nous sommes parlé. Je lui ai dit que j’étais le pasteur de l’église voisine et cela l’a frappé :
- Désolé, a-t-il dit, mais je ne crois pas en Dieu.
- Et alors ? ai-je demandé. Ce n’est pas le plus important. Je ne crois pas que le christianisme soit une question de croire des choses. Je crois que c’est une affaire de compassion et de spiritualité.
-  Qu’est-ce que la spiritualité ? a-t-il demandé.
- Je ne sais pas très bien dire, ai-je répondu. Mais je vais y réfléchir et je reviendrai vous le dire.
Cette remarque lui a plu et il nous a invités à boire quelque chose dans son bar. Nous sommes entrés. Il y avait d’autres personnes. On a parlé de quantités de choses et aussi de religion jusque tard dans la soirée.

Al et moi étions assez d’accord en ce qui concerne Dieu. Le Dieu auquel il ne croyait pas, je n’y croyais pas non plus. Il pensait qu’il était donc athée et moi je croyais être un chrétien libéral.
. Ni lui ni moi ne croyions en un Dieu surnaturel qui demeurerait en dehors du monde et interviendrait dans l’histoire de manière arbitraire, en soutenant celui-ci et pas celui-là.
. Ni lui ni moi ne croyions en un Dieu qui veut que nous croyions des choses incroyables ou qui veut que nous pensions qu’une certaine religion est la seule vraie à l’exclusion de toutes le autres.
. Ni lui ni moi ne croyions en un être divin qui aurait organisé la « chute » de l’humanité et demanderait alors un sacrifice sanglant pour se réconcilier avec elle.

Au lieu de croire en Dieu, je vis avec Dieu. Quand je ressens un amour absolu de la part des autres ou pour d’autres, je pense que c’est Dieu qui vit avec moi.
. Quand je suis plein de compassion pour d’autres et pour tout l’univers, quand je ressens une compassion qui vient de plus loin que nous, je pense que c’est Dieu qui est là.
. Quand je suis plein d’émerveillement, de crainte et de respect devant le monde qui m’entoure, je comprends que Dieu est là.
. Quand je vis la joyeuse hospitalité qu’Al nous a donnée, ce soir, je comprends que Dieu était là avec nous.

Comment une telle sensation pourrait-elle être expliquée et nommée ? Toutes les grandes religions du monde ont toujours employé le nom de Dieu avec infiniment de circonspection.Elles disent toputes d’une manière poétique et mythique que le langage humain ne permet pas de décrire vraiment Dieu, de « le » caractériser (ou de la caractériser « elle » ou de caractériser « cela »). Chaque religion parle à sa manière du Dieu dont on ne peut pas réellement parler.

Au « Bar Sans Nom », Al et moi avons parlé du « Dieu Sans Nom ». On peut comprendre la présence du « Dieu Sans Nom » dans un bistro comme dans une église, lors d’une promenade comme lors d’un culte, que l’on soit « athée » ou que l’on soit « croyant ». Et si Al pouvait me donner une place à sa table, le moins que nous, les chrétiens libéraux, pouvons faire, est de lui donner une place à notre table de communion, à lui et aux autres qui n’admettent pas ou mettent en doute notre religion traditionnelle.

 

Retour
Retour vers Jim Buklo
Vos commentaires et réactions

haut de la page

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.