Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

Libre opinion




Le temps des idées nauséabondes


Christophe Cousinié

pasteur de l'Église protestante unie


Texte paru dans le mensuel protestant Évangile et liberté

février 2022





7 mars 2022

Dans un texte consacré à Napoléon, Emerson écrivait : « si l’on rencontre un homme emportant après soi le pouvoir et la sympathie d’un grand nombre, si Napoléon est la France, si Napoléon est l’Europe, c’est parce que les peuples qu’il domine sont formés de petits Napoléons ». (Vie et caractère de Napoléon Bonaparte, par W.E. Channing & R.W. Emerson)

Ne pourrions-nous pas penser la même chose quand nous regardons les intentions de vote pour les prochaines élections et nous dire que le président que nous aurons au soir du second tour ne sera en fait que celui qui correspond le mieux aux citoyens ? Et tout comme Napoléon n’est pas arrivé au pouvoir en un jour, les idées extrémistes ont elles aussi pris le temps nécessaire pour devenir aujourd’hui une éventualité probable.

Ce temps, c’est celui de la défaite idéologique (et théologique qui l’accompagne). Défaite due au déficit toujours croissant de République. Si elle est en danger, ce n’est pas la faute des journalistes qui veulent s’essayer à la politique, mais c’est la faute de tous les renoncements à cet idéal républicain. « Le premier devoir d’une République est de faire des républicains » écrivait Buisson. Mais pour cela il faut de l’école, de la culture. Il faut un projet, un désir de vivre ensemble. Il faut un idéal qui embrase les consciences.

Hélas, quand le peuple n’est entraîné qu’à voir son propre intérêt, quand on le forme à croire que la seule réussite vient de l’écrasement de l’autre, quand on lui inculque la méfiance des idées des autres en lui laissant croire qu’il peut dire n’importe quelle ineptie comme si c’était une vérité, quand tout cela est mis en place, la République recule et les consciences s’aliènent aux idées les plus nauséabondes.

Plus que jamais nous devons défendre le libre examen comme méthode d’appréhender le monde. Et en tant que protestants, reprendre avec vigueur les mots de Samuel Vincent : « le fond du protestantisme c’est l’Évangile, sa forme la liberté d’examen. »

 


 

haut de la page

 

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : gilles@castelnau.eu
Il ne s'agit pas du réseau Linkedin auquel nous ne sommes pas rattachés.
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque