Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

Dieu n'y peut rien

God can't


Jim Burklo

pasteur de l’Église Unie du Christ
Université de Californie du Sud


 

traduction Gilles Castelnau

 

15 novembre 2021

Dieu est amour (I Jean 4.8) ; il n’est donc pas responsable de la souffrance et du mal. L’amour attire et ne force pas ; il n’oblige pas. Si Dieu est amour, il est certes omniprésent mais ni omnipotent et omniscient. Si Dieu est amour, il nous laisse libres de nos comportements et cela nous rend évidemment imprévisibles : nous pouvons suivre la lumière de l’amour divin et faire le bien, comme nous pouvons l’ignorer et faire le mal.

Thomas Jay Oord, qui est professeur à la Faculté de théologie online de Northwind, exprime la même idée de Dieu dans son livre « God Can't, Comment croire en Dieu après la tragédie, les abus et les autres drames » (SacraSage, 2019)

Il est marqué par la théologie du Process (sur ce site), celle-ci étant au cœur de la Claremont School of Theology où il a reçu son doctorat. Celle-ci peut intéresser les fidèles qui sont sensibles à l’incapacité de la théologie évangélique d’expliquer le problème du mal : comment un Dieu d'amour peut-il permettre la souffrance ?

Oord a enseigné dans la faculté de théologie évangélique du Nazaréen de l’Idaho et connait donc parfaitement le langage évangélique comme ses écrits en témoignent. Son livre est tout destiné à aider les évangéliques qui le souhaitent à passer progressivement à une théologie progressiste. Son titre en est peut-être choquant pour un chrétien conservateur, mais celui ou celle qui aura le courage de l’ouvrir, poussé par la curiosité ou par le désespoir, y trouvera l’assurance que le Dieu qui ne peut pas empêcher le mal est bien le Dieu de la foi chrétienne.

Tom Oord estime que le problème du mal est un grave sujet de doute pour de nombreux fidèles. Les pasteurs sont souvent incapables de parler correctement à leurs paroissiens qui sont affrontés à un malheur et ceux-ci se détournent alors souvent de la foi chrétienne. Oord propose une autre image de la divinité, celle d’un Dieu qui nous accompagne et nous montre à tirer le meilleur parti des mauvaises situations. Un Dieu qui ressent nos souffrances et nous aide à les soulager. Un Dieu qui a besoin que nous accomplissions son œuvre d’amour en ce monde.

Il y a effectivement des choses que Dieu ne peut pas faire, mais ce n’est pas qu’il ait refusé de les accomplir. C’est la Nature elle-même qui permet à toutes ses entités d’agir d’une manière imprévisible et de provoquer malheurs et catastrophes.

Oord décrit sa propre expérience spirituelle : « Dieu fut, un temps, la source de mes plus grandes peurs. Je croyais que j’étais un pécheur aux mains d’un Dieu de colère. Désormais, cela m’a pris du temps, mais j’ai pris conscience que Dieu m’aime toujours et je n’ai plus cette peur de lui. »

[...]

La libération du traditionnel théisme surnaturel (sur ce site) est la pratique d’une contemplation chrétienne qui nous conduit à vivre de la présence du Dieu d’amour.



 

 


 


Retour vers libres opinions
Retour vers Jim Burklo

Vos commentaires et réactions

 

haut de la page

 

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : gilles@castelnau.eu
Il ne s'agit pas du réseau Linkedin auquel nous ne sommes pas rattachés.
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque