Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

Libre opinion


Le royaume terrestre
annoncé par Jésus

 

Michel Leconte

théologien,  psychologue clinicien

 

 

27 août 2021

En Matthieu 19, 28, en réponse à une question de Pierre, nous pouvons lire : « Jésus leur répondit : Je vous le dis en vérité, quand le Fils de l'homme, au renouvellement de toutes choses, sera assis sur le trône de sa gloire, vous qui m'avez suivi, vous serez de même assis sur douze trônes, et vous jugerez les douze tribus d'Israël. »
De même, les disciples d'Emmaüs affirmaient à l'inconnu venu à leur rencontre : « nous espérions qu'il était celui qui allait délivrer Israël » (Lc 24, 21).
La question se repose en Ac 1, 6. Les exégètes sont unanimes, Jésus a prêché en paroles et en actes un royaume terrestre qui ferait suite à une intervention de Dieu. Que faire de cette prédication de Jésus dans notre foi chrétienne ? Les premières communautés et Paul attendait le retour de Jésus, comment intégrer cela dans notre foi ?

Cette question m'a longtemps taraudé : dans le cadre de la promesse messianique juive, Jésus annonçait un royaume terrestre, mais la pensée commune en a fait un royaume spirituel ou bien l'a situé dans un au-delà de ce monde. On est même allé jusqu'à identifier ce royaume avec l'Église institutionnelle... Ce faisant, la foi chrétienne s'est centrée sur une sagesse morale ou, le plus souvent, sur un arrière-monde, voire une simple appartenance à l'Église catholique romaine, évacuant ainsi la praxis terrestre de Jésus. La résurrection du Christ a été réduite à être la préfiguration de la nôtre. Comment pouvons-nous être fidèle à l'objectif terrestre du Nazaréen ?

La mission de Jésus était soutenue par sa foi en la promesse biblique et son engagement contre la violence des rapports socio-religieux de son temps. C'est Ainsi que ses actes et ses paroles préfiguraient le Royaume qu'il annonçait. Sa résurrection par Dieu n'abolit nullement son parcours terrestre ; au contraire, c'est le oui de Dieu à sa praxis libératrice. Parce qu'il accusait l'injustice, la résurrection du Nazaréen n'abolit pas notre finitude, mais elle annonce que le meurtre de l'homme n'a pas d'avenir, et c'est parce que le meurtre de l'homme n'a pas d'avenir que la mort est vaincue.

Dès lors, on ne peut plus soupçonner la foi pascale d'être une illusion du désir car le lieu de la foi pascale se situe dans la dimension historique de la parole et de l'action de Jésus. La foi en la résurrection se présente à nous comme une dynamique pour transformer les rapports naturels des humains. Nous sommes ainsi renvoyés à notre responsabilité. Jésus fait de Dieu le complice de notre révolte. Nous sommes invités à nous inscrire dans le combat de Jésus sous le mode de l'aléatoire et du provisoire dans l'attente de l'advenue du règne de Dieu.



Retour vers Michel Leconte
Retour vers "libres opinions"
Vos commentaires et réactions

 

haut de la page

 

   

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.