Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français


Hommage à Jean Costil

 



Henry Masson
Président de la Cimade,

Geneviève Jacques, Laurent Giovannoni
anciens Secrétaires généraux 

 

Voir aussi
La Cimade une histoire


18 décembre 2020
 
Notre émotion est forte, profonde, en apprenant ce matin le décès de Jean Costil.
Ce n’est pas une page mais un chapitre entier de l’histoire de la Cimade qui se tourne !
 
Impossible de penser à Jean sans d’abord penser à son caractère entier, ses coups de gueule, la virulence parfois de ses propos, lui le lyonnais, à l’égard de celles et ceux qui, au siège à Paris, étaient trop « parisiens »...
 
Impossible aussi d’évoquer Jean sans le présenter comme l’une de ces fortes personnalités, les « barons régionaux », qui pendant des années ont construit les fondements du Mouvement Cimade, qui ont inlassablement labouré leurs régions respectives pour que germent et naissent les groupes Cimade, afin qu’elle devienne effectivement cette association vivante, active, pleine d’acteurs et d’actricesengagé.es, militant.es et bénévoles.
 
Comment penser encore à Jean sans se remémorer la grève de la faim conduite en 1981 avec Christian Delorme ; ou à la Marche pour l’Egalité et le Racisme, la « marche des beurs », en 1983 avec Christian Delorme encore et à cette photo à l’Elysée où il remet une basket à F.Mitterrand ; ou aux autres actions menées contre la double peine, avec Jean-Pierre Lachaize, avec Bernard Bolze, qui ont réussi avec le film de B.Tavernier et Etienne Pinte à convaincre en 2002 N. Sarkozy, ministre de l’Intérieur, de mieux protéger les étrangers contre cette double peine ; ou encore ces missions  épiques en Bosnie avec Jean-Paul Nunez en 1993 et 1994 pour témoigner de la solidarité avec les victimes de cette guerre fratricide.
 
Jean le râleur, Jean le bâtisseur, Jean le militant, mais aussi et toujours, Jean l’homme généreux, chaleureux, d’une très grande tendresse derrière son côté bourru, l’attentionné à ceux qui l’entourent, le protecteur des jeunes militants, juristes ou avocats qui apprenaient avec lui toute la subtilité de l’action d’une association complexe comme la Cimade.
 
Et aussi Jean le pasteur, de cette lignée des pasteurs Costil, Maury, Bosc, Casalis et autres fidèles à la pensée de Karl Barth. Il est probable que là où il est maintenant, Jean ait déjà été appelé par Jacques Maury pour reprendre et poursuivre leurs longs échanges.
 
Oui c’est avec une grande émotion que nous te disons Adieu Jean. Et merci pour tout ce que tu as fait pour la Cimade.
 



Retour vers libres opinions
Vos commentaires et réactions

 

 

haut de la page

 

   

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.