Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

Innocence sans frontières

 

Albert Huber – Sylvie Ref-Stern

Ed. Olivétan
156 pages – 18 €

 


recension Gilles Castelnau


6 novembre 2020

Ce livre est fort sympathique. Il met en regard de très belles photos d’Albert Huber de femmes et d’enfants vivant leur amour et de brefs poèmes de Sylvie Reff-Stern pétris d’humanité et d’émotion.

Voici la 4e couverture :

Pour l'innocence sans frontières
celle qui sans cesse naît et renaît
au plus noir des ghettos et des guerres

L'enfant inespéré, l'enfant-roi, l'enfant divinisé
petit génie ou enfant en difficulté
objet de marché, convoité ou rejeté
éternellement destiné à parfaire
les inaccomplis, réparer les failles
chanter l'inavouable et guérir le monde

pour que se reconnaissent enfin tous les hommes
en cette innocence sans frontières
notre seule patrie possible sur terre.

 

En voici deux exemples :

 


                                                                                                                     cartel photo : Calcutta, Inde, 2005

 

Pas toujours souhaité, l'enfant qui naît quand même
pas facile à nourrir lorsqu’il n’y a rien
pas de père, pas d'emploi, pas de pain

pas sûr de survivre, l'enfant qui naît quand même
endormi sur un bout de plastique, en pleine rue
le soleil tapant sur ses jambes nues
tandis que sa mère casse des pierres
sans arriver à casser le malheur

pas las de vivre encore, l'enfant né quand même
car le bonheur viendra, il vient d'en rêver
Il dort, il prend des forces car un jour
il prendra toutes ces pierres
et pour sa mère il en construira
le grand palais de la bonté.

 

 


                                                                Porto-Novo – Bénin 2011

 

L’école est loin, je ne peux pas t'y emmener
Il y a les petits, le pain du jour à gagner
tu sais bien, les filles comptent moins que les garçons
pire encore quand elles sont sans instruction

alors vas-y ma fille, tiens bien le crayon
je ne te lâcherai pas la main, ni la vie

je veux que tu sois heureuse et libre
et capable de lire tous les livres
pour aider les autres à se libérer

je veux que tu sois forte et fière
avec un cœur, un corps qui t'appartienne
pour aider tes sœurs à se délivrer

tiens bon ma fille, et tes enfants un jour
sauront qu'il n'y a pas de justice sans amour



Retour vers libres opinions
Vos commentaires et réactions

 

 

haut de la page

 

   

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.