Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

Libre opinion


 

Vous avez dit Marthe Robin

 

Michel Leconte

 psychologue clinicien

 

Voir sur ce site :
Conrad De Meester La fraude mystique de Marthe Robin

 

10 octobre 2020

La pseudo expertise du docteur Assailly, le psychiatre qui a examiné Marthe Robin dans les années quarante, n’a strictement rien de scientifique... Elle est basée sur sa confiance à priori en l’honnêteté de Marthe Robin. Ce qui est pour le moins surprenant pour une approche objective. Il aurait fallu isoler cette dames dans la chambre d’une clinique et la surveiller jour et nuit. Si on ne lui avait pas donné de nourriture, elle serait morte au bout d’une semaine complètement déshydratée. Conrad de Meester dit qu’on lui a proposé cette hospitalisation mais qu’elle aurait refusé en disant que « cela ne ferait que déplacer le problème »...

Cette valorisation de la souffrance afin de participer à la passion du Christ m’est extrêmement suspecte. Le Christ, tel qu’il est décrit dans les Evangiles,nous apparaît tel un être d’une grande humanité qui guérit les malades et les souffrants. Il demande aux êtres humains de s’aimer les uns les autres mais pourquoi aurait-il infligé 50 ans de souffrance à une personne plutôt que la guérir miraculeusement puisque miracles il y a ? La spiritualité de Marthe avec sa glorification doloriste de la souffrance m’apparaît plus que douteuse et son Dieu a le visage du Dieu pervers dont parlait si bien Maurice Bellet. Cette unique constatation me fait écarter Marthe Robin comme une authentique disciple du Dieu de Jésus Christ.

Voici quelques considérations que j’ai pu faire sur la personnalité de Marthe Robin :

La personnalité de Marthe Robin m’apparaît caractéristique de l’hystérie. On note en effet une forte tendance à l’autosuggestion en s’identifiant à la figure de la mystique dont elle copie et emprunte théâtralement de nombreux traits. C’est pourquoi, j’ai parlé plus haut de mystique par procuration. Ce trait pathologique renvoit a une personnes qui n’est pas parvenue à se fixer dans l’authenticité d’une identité personnelle fermement établie. Son statut de mystique lui sert de prothèse.

La mythomanie constitue le deuxième trait important de sa personnalité. Ses comédies, ses mensonges et affabulations ne cessent pas de falsifier ses rapports à autrui. Elle ne cesse de se donner en spectacle en se donnant une vie imaginaire. Chez Marthe, le masque du personnage masque complètement la personne. Marthe vit complètement dans un monde factice et artificiel.

Je ne peux pas me prononcer sur ses troubles physiques (paralysie, astasie, cécité), ne l’ayant pas personnellement examinée et donc je ne peux pas dire si ce sont des troubles de conversion ou de vrais troubles organiques, mais vue la personnalité sous-jacente, je pencherais soit pour des troubles de conversion hystérique, soit pour une pathomimie pour ce qui concerne la cécité. (Le trouble factice (ou pathomimie) est un trouble mental au cours duquel le sujet éprouve le besoin morbide de simuler une maladie en s'imposant des signes ou des symptômes, et en pouvant aller pour cela jusqu'à endommager son propre corps pour y provoquer délibérément des lésions).

 

.

 

Claudine Jourdan


J'a relu le livre de Conrad de Meester. 

Lorsque j'ai lu la thèse de Gonzague Mottet j'ai reconnu la problématique posée par ce que j'ai constaté à Châteauneuf de 1960 à 1967 comme élève et ensuite comme retraitante. 

Lorsqu' en fac de psycho Marthe était mise au même rang que la Madeleine de Janet,  j'ai un peu résisté. Il me semblait qu'avant de parler d'hystérie il fallait envisager le syndrome de Von Economo. 

Par ailleurs ayant appris par le livre de Bernard Peyrous que Marthe Robin était probablement enfant illégitime j'aurais plutôt penché pour une mélancolie qui l'aurait amenée à endosser le rôle de bouc émissaire. 

La lecture du livre de Conrad de Meester me ramène au diagnostic d'hystérie grave, ayant évolué vers une dissociation avec hallucinations visuelles et auditives. Personnalités multiples, écritures diverses, mystique doloriste assez caméléon avec les mystiques de l'époque. 

Le Père Finet a interprété tout cela dans le sens du surnaturel. Ce qu'il nous disait de Marthe était extrêmement déconcertant. Mais cela ne nuisait à la qualité du contenu de ses conférences de retraites qui était aidant. 
Je constate que sur 100 000 visiteurs de Marthe seulement 200 ont témoigné, les  autres, dont moi, ne trouvant rien à dire. 

Lorsque le Réel, le Symbolique et l'imaginaire se dénouent dans la psychose il faut ce que Lacan appelle un sinthome pour que le psychisme n'implose pas en folie. Ce synthome pour Marthe a probablement été sa mission de fondatrice. Elle avait de grandes qualités humaines que lui reconnaît le P.deMeester. Toutefois de par son ambivalence, il y a des personnes qu'elle a aidées, d'autres qu'elle a désorientées. Ces dernières se taisent.

.

Nous n'avons pas toutes les données en main. C'est intéressant d'aller sur le site des Foyers de Charité lire comment ils comprennent la vie, l'oeuvre, le message de Marthe Robin. Sa vie serait une mise en actes de ce verset de Saint Paul : j'achève en ma chair ce qui manque à la Passion du Christ pour son corps qui est l'église. C'est vrai qu'après avoir lu l'or que les Foyer tirent de la vie de Marthe, la gangue perd de son importance. Mais on ne peut pas l'ignorer, car c'est important de la passer au feu de la vérité.

 



Retour vers Michel Leconte
Retour vers "libres opinions"
Vos commentaires et réactions

 

haut de la page

 

   

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.