Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

Libre opinion

 



La leçon des bourdons

 


pasteur René Lamey 


Église protestante d’Alsace et de Lorraine
Labroque-Schirmeck

 

 

19 août 2020
 
En sortant par la porte arrière du presbytère, il y a un large perron avec trois marches à gauche et à droite. Avec l'usure du temps, des petites fentes d'inégales longueurs se sont formées le long de la base des marches.
Au début du confinement, j'ai observé le manège de deux-trois bourdons qui entraient et sortaient par ces petites fissures. Au bout de quinze jours, ce ne furent plus deux-trois, mais une vingtaine de bourdons qui voltigeaient autour des escaliers. Ce n'était pas dangereux en soi – en principe, les bourdons ne piquent pas – mais cela devenait déplaisant et agaçant – et avec la crainte malgré tout d'une piqure intempestive.

Nous avons alors réalisé qu'un nid de bourdons s'était tranquillement installé sous le perron. L'incessant bal des bourdons n'avait pas d'autre but que de nourrir la reine.

Après un temps de réflexion, nous avons décidé de réagir. Comme le nid était inaccessible, et comme nous n'avions pas les produits de bouchage adéquats, nous avons commencé à colmater les fissures avec du papier journal. Cela nous faisait de la peine de voir les bourdons aller et venir sans trouver l'accès au nid et nous étions tristes de penser que la reine et la colonie allaient mourir de faim. Mais nous nous trompions lourdement !

Si, juste après le colmatage, il y avait une nuée de bourdons qui tournaient inlassablement autour des escaliers, quelle ne fut pas ma surprise de constater, trois ou quatre heures plus tard, que le manège nourricier avait repris. Je me suis assis non loin des marches et j'ai regardé. Et j'ai vu que les bourdons s'enfilaient un par un à différents endroits du papier journal, ils profitaient du moindre interstice du papier pour se faufiler sous le perron. J'ai donc recherché des journaux, j'ai rebouché, j'ai mis le paquet. Tout semblait hermétique et étanche. L'affaire était close !

Le lendemain, re-surprise désagréable : le joyeux carrousel avait repris. Illico-presto, rebouchage total et acharné, même un moustique ne pourrait s'y glisser... et re-observation. C'est là que j'ai constaté la persévérance infatigable des bourdons ; sans cesse, ils revenaient, ils essayaient et re-essayaient encore les anciens passages, ils en cherchaient de nouveaux, chaque millimètre de papier était inspecté, ils tentaient énergiquement de passer dessus, dessous, derrière, à côté. En regardant de plus près, j'ai vu que l'un ou l'autre bourdon commençait à gratouiller le papier et même à le « mordiller » ou à le « mâchouiller », et quand ils étaient fatigués, d'autres venaient immédiatement les remplacer pour continuer l'opération d'usure et de déblaiement des voies.

A un moment donné, j'ai approché mon oreille et, à ma grande stupéfaction, j'ai entendu d'infimes petits « critch-critch » venant de l'autre côté du papier : les bourdons de l'intérieur s'étaient aussi mis à la tâche !  Nul étonnement alors qu'en une nuit, les bourdons avaient réussi à saborder ma belle œuvre de colmatage.

Je me suis assis, et j'ai admiré le travail des bourdons. Trois expressions me sont venues à l'esprit :

1) persévérance absolue : aucun répit, aucun découragement (si je puis dire), rien n'arrêtait la « mission de sauvetage » des bourdons ;

2) recherche constante et patiente d'une solution : tout était mis en œuvre pour forcer un passage vers le nid ;

3) collaboration efficace entre tous : il n'y en avait pas un qui voletait tranquillement en attendant que ça se dégage, tous les bourdons étaient mis à contribution et effectuaient un travail, autant à l'extérieur des marches qu'à l'intérieur.
 
Ce n'est pas très grand, un bourdon, mais quelle efficacité redoutable, quelle ingéniosité remarquable ! Dont nous serions bien avisés de nous inspirer...
 
(L'histoire se termine mal pour les bourdons : un ami est venu tout fermer avec du ciment... J'ai éprouvé de la compassion pour eux. Je leur ai aussi exprimé ma gratitude : en quelques heures, ils m'ont donné quelques belles leçons de vie).
 
.



Retour vers "libres opinions"
Retour vers "René Lamey"
Vos commentaires et réactions

 

haut de la page

 

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : gilles@castelnau.eu
Il ne s'agit pas du réseau Linkedin auquel nous ne sommes pas rattachés.
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque